Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Mohamed Briouel

Mohamed Briouel


Mohammed Briouel
محمد بريول (né en 1954 à Fès) est un musicien,
 un chef d'orchestre et un pédagogue marocain du versant de la musique arabo andalouse marocaine

En 1963, Mohammed Briouel étudie la musique, aux côtés de son maître, feu Haj Abdelkrim Raïs.

Dans les années 1970, il intégra le conservatoire national de musique de Rabat. Sa formation scientifique a été couronnée par l’obtention du premier prix en matière de solfège et le prix d’honneur en matière de musique andalouse.

Le jeune Briouel commence dés lors à côtoyer les grands de cet art et l’incontournable Dar Adyel, premier conservatoire de la musique andalouse au Maroc, qui reste à nos jours l’une des grandes écoles de la Musique Andalouse.

Il est le premier marocain à recevoir le premier prix de solfège et le prix d'honneur en musique arabo-andalouse.

Il dirige le Conservatoire de Musique de Fès, où il enseigne également le solfège. Sa double formation de musique andalouse et du solfège lui a permis d’enseigner aux conservatoires de Rabat et Fès et d’être nommé Secrétaire Général du Conservatoire de Fès.

Il participa également aux différentes commissions nationales de musicologie.

En 1986, Briouel obtient le Prix du Maroc pour la publication de son ouvrage d'étude, Musique Andalouse Marocaine : Nouba Gharibat Al Husayn, dans lequel sont retranscrites en notation occidentale et pour la première fois, les onze noubas andalouses.

Haj Abdelkrim désigna de son vivant son disciple pour reprendre la relève après son décès en 1996. Le disciple choisit ainsi de donner à l’ensemble le nom de son Maître à une prestigieuse formation musicale..

Mohamed Briouel avec le grand  maître Haj Abdelkrim Raïs, dépositaire de la musique arabo-andalouse à Fès

 

La première mission de cet orchestre étant de restituer la musique dans son cadre traditionnel et sa forme historique authentique. Pour cela, seuls les instruments à cordes sont utilisés. Cet orchestre témoigne de la richesse de l’activité de la ville de Fès qui fut l’un des grands foyers de la musique andalouse. L’esprit est vif, le rythme rapide et enlevé avec un jeu de cordes très ornementé. Il participe également à des concert avec des artiste de la musique sépharade, en compagnie d'artistes de traditions juives tels que Albert Bouhadana, Emile Zrihan, ou accompagnant Françoise Atlan dans les recherches sur la tradition poétique du chant et de la musicale judéo-marocaine 

 

Le style de Briouel se singularise par sa sobriété et son respect de la tradition. Il se distingue ainsi de ceux de Rabat et de Tétouan. Ce qui le caractérise, c'est son exploration des potentialités et de grands musiciens, à la fois, enseignants de cet art.

 



Cet orchestre a participé à de multiples manifestations nationales et internationales, notamment les éditions du festival de la musique andalouse de Fès, l’anniversaire des XII siècles du Royaume du Maroc, l’année du Maroc à Paris, la rencontre des trois civilisations organisées par l’UNESCO.

L’ensemble Abdelkrim Rais a également interprété les plus belles sanaates de la musique andalouse à l’Opéra Garnier de Paris, l’Opéra du Caire, et ne cesse de représenter son pays dans les différents pays (Belgique, Bosnie, Chine, Finlande, Espagne, Etats-Unis, Russie…)

Lorsque sa formation orchestrale attaque la première Nouba "Madh Fi Rassoul" (louanges à l'adresse du Prophète Sidna Mohammed), où l'amour de Dieu est sublimé, glorifié, supplié et loué, le public réalise bel et bien qu'il se trouve dans le berceau de la musique andalouse que lui présente Briouel, preuve encore vivante de l'attachement de son ensemble aux valeurs musicales d'Al-Ala comme les avait conçues et les lui avait transmises son maître, Abdelkrim Raïss.

De gauche à droite (Abderrahim Amrani, Mohamed Briouel et Abdelfettah Bennis)

Il a regroupé depuis quelques années de jeunes chanteurs de Fès, au sein d'une chorale qui s'est déjà produite avec succès dans les éditions passées du Festival des musiques sacrées de Fès.



Récompenses

Il participe tout au long de sa carrière à de nombreux festivals internationaux et obtenu plusieurs prix et distinctions. Il obtient en 1986 le Prix du Maroc pour la publication de «Nubat Gharibat Al Husayn», un ouvrage consacré à la musique andalouse marocaine, après avoir pendant plus de 10 ans réalisé la transcription en notation occidentale de onze noubas.


Voir aussi


Notes et sources