Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Fès : Festival des musiques sacrées du monde

Fès : Festival des musiques sacrées du monde

 

 

Chaque année, à la fin du mois du mai et début juin, la ville de Fès, la plus ancienne des villes impériales marocaines organise un festival des musiques sacrées du monde. Durant toute la semaine de ce festival réputé, un florilège de musiques spirituelles est proposé; mais aussi des films, conférences et des expositions thématiques qui s'ajoutent au programme culturel co-organisé par l'Association Fès-Saïss et FèsM.S.M. 

Ce festival s'inscrit depuis sa création dans une mission universelle de paix et de rapprochement entre les peuples, le Festival choisi habituellement une programmation aussi riche que variée alliant plusieurs formes artistiques permettant d'apporter des innovations contribuant au développement culturel et touristique. Le festival de Fès des musiques sacrées du monde “représente le cœur spirituel de l’islam — épris de paix, pluraliste, généreux et joyeux. Rendant hommage à toutes les traditions spirituelles de la planète, il efface les frontières musicales”. Le festival offre un espace de rencontre et de discussion sur la musique, la poésie et le soufisme dans plusieurs sites historiques de la ville — avec, en prime, des concerts de rêve.

 

Un festival et un esprit au delà de Fès

Faouzi Skali, Docteur en anthropologie, éthnologie et sciences de religions est l'un de ces intellectuels qui se situent entre les voies de l'Orient et celle de l'Occident œuvrant pour le dialogue des hommes et des cultures est à l'origine de festival. Par ailleurs « Une âme pour la mondialisation » naît à Fès en terre marocaine et tend à devenir une sorte de contrepoint aux forums mondiaux économiques et sociaux[1]

La cité Idrisside, théâtre de ce festival, est valorisée d'une façon tout à fait inhabituelle. Au delà de Fès, c'est une image positive qui est ainsi donnée, à travers cet évènement, du génie marocain capable, grâce à ses richesses et traditions culturelles millénaires, de s'insérer dans un enjeu culturel mondial de grande envergure qu'il gère d'une manière particulièrement éloquente.

En dehors des spectacles officiels au Musée de Batha, à Bab Maquina, ou au site romain de Volubilis, c'est toute la ville impériale qui devient spectacle : son et lumière, artisanat et gastronomie, ajoutent leur animation dans cette ambiance peu commune.

Le festival accueille chaque année une multitude d'artistes venus de tout horizon et de toute culture ainsi que des colloques, des expositions et des projections de films en marge du festival.

Parmi les musiciens marquants qui ont participés aux éditions de ce festival, on retrouve, entre autres, Marcel Khalifé (Liban), Kadhem Saher, Sharam Nazeri (Iran), Sabah Fakhri (Syrie), Abdelhadi Belkhayat (Maroc) ainsi que des musiciens venus de l'Afrique et notamment Youssou N'Dour (Sénégal pour l'édition 2004 accompagné de l'Orchestre du Caire de Fathy Salamah.

Le festival accueille aussi des groupes musique et de danses spirituelles internationaux à l'image des derviches tourneurs de Konya de Turquie, des Moines danseurs du Tibet (Tibet) ainsi que de l'Arc Gospel Choir of Harlem  (USA).

Les concerts se tiennent sur différents endroits de la ville notamment à la place de Bab Boujloud, au Champs de course, Bab al Makina, pour les concerts Dar Tazi pour les soirées de confréries soufies.

La volonté d'ouverture du Festival des musiques sacrées de Fès jusqu'ici réticente aux formes musicales actuelles, la manifestation accueille pour son édition 2007 des représentants de la nouvelle scène (Darga, Mazagan, Amarg Fusion...), pour des concerts organisés dans un stade du quartier périphérique de Bensouda. Un nouveau tournant pour le Festival, qui ambitionne d'acquérir une connotation plus "populaire". Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Amel Abouel Aazm, manager du groupe Darga, a été nommée au poste de coordinatrice des programmes. "Notre proximité de l'équipe de L'Boulevard nous a permis de mettre cette création en place, mais également d'amener des artistes inhabituels pour le Festival, appelés à se produire dans des quartiers populaires".

L'édition 2008 qui se déroule du 6 au 14 juin qui a pour thème "les voies de la création". A cette occasion le groupe de rap marocain Fnaïre se représentait pour la première fois  au  Festival présidé par Mohamed Kabbaj.

En 2009, La Fondation Esprit de Fès organise la quinzième édition du Festival des Musiques Sacrées sous le thème révélateur de l'Arbre de Vie. La vie du festival gagne en maturité et en qualité année après année, toujours innovant, mais toujours fidèle à son message : le rapprochement des peuples et des religions par le biais du sacré. Un message qui touche tout le monde car La musique sacrée et la réflexion qu'elle suscite n'appartiennent à aucune époque et à aucune religion et s'adressent à tous, sans distinction.



Enjeux économiques et rayonnement culturel

Ce festival dont le rayonnement a dépassé les frontières du Maroc se revendiue d'être porteur de l'esprit de Fès. L'effet en retour sur la ville de Fès est considérable à la fois en terme d'image et en impact de tourisme culturel et donc économique. La ville historique, théâtre de ce festival, est valorisée d'une façon exceptionnelle. Au delà de Fès, c'est une image positive qui est donnée, à travers cet évènement.

Ils ont dit de ce festival

Mohamed Rouicha : C'est une très bonne chose que de rencontrer des cultures différentes venues des quatre coins du monde se rencontrer dans un seul et même lieu, et à fortiori à Fès, la capitale spirituelle du Royaume. Ce qui donne au célèbre adage « La musique n'a pas de frontières » tout son sens et sa profonde signification. A titre d'exemple, chez nous au Maroc, la musique du Souss ressemble dans certaines de ses mélodies et rythmes, voire dans certains gestes ou mouvements, à la musique asiatique. Ainsi, le festival de Fès lance un message très clair, celui de l'amour et de la paix, entre les cultures de différents peuples de notre planète. Dieu merci.

 

Notes et références de l'article

  1. Faouzi Skali, un mystique dans la cité 10 juillet 2005 - par Fawzia Zouari in Jeune Afrique.


Informations supplémentaire

Association Fès-Saïss - Sidi El Khayat BP 629 Fès-Médina - Maroc

  • Tél: 00 212 (0) 55 74 05 35
  • Fax: 00 212 (0) 55 74 06 92