Articles avec #maroc tag

Publié le 20 Mai 2020

Tout ce qui est rare est cher dit le sophisme des libéraux. Autrement dit. la disponibilité en baisse fait monter les prix. Les acteurs du crime organisé exploitent la situation afin de renforcer leur image auprès de la population en fournissant des services, en particulier aux personnes vulnérables. Les trafics ont été fortement touchés et on estime qu'ils ont diminué de 30 à 40%.

Le coronavirus conduit à une pénurie de drogue.

Comment le coronavirus chamboule le trafic de drogue ?

La production et la distribution de cocaïne semblent être perturbées dans les pays producteurs d'Amérique latine, tandis que la pénurie d'héroïne en Europe et en Amérique du Nord. Le ralentissement économique causé par la pandémie a le potentiel de conduire à une transformation profonde et durable des marchés de la drogue.

Routes d'approvisionnement coupées pour le cannabis en provenance du Maroc, raréfaction du consommateur confiné, points de deal fermés, vols entre la Guyane et la métropole supprimés pour les mules transportant de la cocaïne : ces jours du confinement ont eu des conséquences sévères sur un secteur dont le chiffre d'affaires annuel est estimé, au bas mot, à 3 milliards d'euros

Hausse de la demande de cannabis

La Belgique reste une des plaques tournantes du trafic de drogues en Europe, notamment pour la cocaïne transitant par le port d’Anvers. La barrette de cannabis vendue 15-20 euros en temps normal pouvait parfois atteindre les 40 euros. Cela entraîne inexorablement une baisse générale de la consommation, mais principalement des drogues consommées dans les environnements récréatifs. Cette brusque contraction du marché s'est par ailleurs accompagnée de son lot de violences, sur fond de rivalités exacerbées.

En Europe, dans le Sud-Ouest asiatique et en Amérique du Nord particulièrement, une baisse de l’offre d’héroïne a également été rapportée, avec un risque croissant de surdose et de partage des équipements d’injection, vecteurs de contaminations virales.

Les mesures mises en œuvre par les gouvernements pour endiguer la pandémie de COVID-19 ont entraîné une perturbation des routes de trafic aérien de drogues, ainsi qu'une réduction drastique des transports terrestres, selon un nouveau rapport du Bureau des Nations Unies contre Drogues et criminalité.

Covid-19 et crime organisé

L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a lancé un programme de formation pour les forces de sécurité chargées des douanes en Amérique latine.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Drogue, #Coronavirus, #Maroc, #Covid-19, #crime organisé, #Belgique, #2020

Repost0

Publié le 23 Novembre 2019

16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes.

Le viol est ancré dans un ensemble complexe de croyances et de relations de pouvoir favorisant l’omniprésence et la normalisation de la violence sexuelle. Il est bien connu que l’obtention de chiffres exacts, s’agissant du viol et des agressions sexuelles, est très difficile en raison de la liberté et de l’impunité dont jouissent les agresseurs, de la stigmatisation des victimes et de leur silence.

 

La culture du viol peut aisément perdurer lorsque nous adhérons à des idées sur la masculinité qui véhiculent la violence et la domination en en faisant des expressions de « force », des comportements « mâles », et lorsque les femmes et les filles sont sous-valorisées.   Elle est également relayée par le fait de jeter le blâme sur la victime — une attitude qui consiste à penser que c’est la victime plutôt que l’agresseur qui porte la responsabilité de l’agression.  Lorsque l’on discute de cas de violence sexuelle, la sobriété, les vêtements et la sexualité d’une victime n’ont pas à entrer en ligne de compte. Au contraire, réfutez l’idée selon laquelle les hommes et les garçons doivent exercer leur pouvoir par la violence et remettez en question le concept d’acte sexuel en tant que droit.
La culture du viol peut aisément perdurer lorsque nous adhérons à des idées sur la masculinité qui véhiculent la violence et la domination en en faisant des expressions de « force », des comportements « mâles », et lorsque les femmes et les filles sont sous-valorisées.   Elle est également relayée par le fait de jeter le blâme sur la victime — une attitude qui consiste à penser que c’est la victime plutôt que l’agresseur qui porte la responsabilité de l’agression.  Lorsque l’on discute de cas de violence sexuelle, la sobriété, les vêtements et la sexualité d’une victime n’ont pas à entrer en ligne de compte. Au contraire, réfutez l’idée selon laquelle les hommes et les garçons doivent exercer leur pouvoir par la violence et remettez en question le concept d’acte sexuel en tant que droit.

La culture du viol peut aisément perdurer lorsque nous adhérons à des idées sur la masculinité qui véhiculent la violence et la domination en en faisant des expressions de « force », des comportements « mâles », et lorsque les femmes et les filles sont sous-valorisées. Elle est également relayée par le fait de jeter le blâme sur la victime — une attitude qui consiste à penser que c’est la victime plutôt que l’agresseur qui porte la responsabilité de l’agression. Lorsque l’on discute de cas de violence sexuelle, la sobriété, les vêtements et la sexualité d’une victime n’ont pas à entrer en ligne de compte. Au contraire, réfutez l’idée selon laquelle les hommes et les garçons doivent exercer leur pouvoir par la violence et remettez en question le concept d’acte sexuel en tant que droit.

Portez un regard critique sur ce que la masculinité signifie pour vous et comment vous l’incarnez. L’autoréflexion, les conversations collectives et l’expression artistique ne sont que quelques-uns des outils à la disposition des hommes et des garçons (comme des femmes et des filles d’ailleurs) devant leur permettre d’examiner et de redéfinir les masculinités selon des principes féministes.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #GénerationÉgalité, #2019, #Maroc, #culture du viol

Repost0

Publié le 18 Septembre 2019

Affaire Adil Miloudi - L’émission The Kotbi Tonight sur Chada TV est suspendue pour trois semaines

Imad Kotbi est actuellement producteur et animateur de l'émission The Kotbi Tonight sur la chaîne de télévision marocaine Chada TV.

Les attitudes misogynes et sexistes sont monnaie courante au Maroc et rarement condamnées par les autorités.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Adil El Miloudi, #Chada TV, #Imad Kotbi, #Maroc, #The Kotbi Tonight

Repost0

Publié le 12 Septembre 2019

Bouzebal, un marocain d'en bas ? Sous-éduqué, il passe une grande partie de son temps dans la rue en survêtements imitation Gucci, rêvant d'être un grand chanteur. Dans une tentative de paraître une classe supérieure, il jette son discours avec de nombreux mots et phrases mal formés en langue française.
Bouzebal, un marocain d'en bas ? Sous-éduqué, il passe une grande partie de son temps dans la rue en survêtements imitation Gucci, rêvant d'être un grand chanteur. Dans une tentative de paraître une classe supérieure, il jette son discours avec de nombreux mots et phrases mal formés en langue française.

Bouzebal, un marocain d'en bas ? Sous-éduqué, il passe une grande partie de son temps dans la rue en survêtements imitation Gucci, rêvant d'être un grand chanteur. Dans une tentative de paraître une classe supérieure, il jette son discours avec de nombreux mots et phrases mal formés en langue française.

Pendant que Chada TV n’a pas encore réagi face aux insanités misogynes du chanteur folklorique marocain Adil El Miloudi perpétrés sur son antenne, une autre station de radio n’a pas manqué d’aborder le sujet. MFM Radio, dans le cadre de l’émission “Ach waqae?” (Que s’est-il passé?), produite et animée par Yassine Hasnaoui. Et Jamal Berraoui, journaliste et politologue n’a pas été “tendre” avec cet artiste, fervent adepte du tabassage des épouses marocaines.

 

Qualifiant ce chanteur de cabaret de “personnage insignifiant et futile”, Berraoui n’y est pas allé de main morte pour dénoncer vigoureusement ses propos et demander qu’il rende des comptes et soit sévèrement sanctionné et ce, dans les plus brefs délais.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Chada TV, #Adil El Miloudi, #MFM Radio, #Maroc, #Bouzebal

Repost0

Publié le 8 Août 2019

Ali El Asri présente ses excuses auprès des jeunes bénévoles belges menacées de décapitation au Maroc.
Ali El Asri présente ses excuses auprès des jeunes bénévoles belges menacées de décapitation au Maroc.

Le député du parti islamiste du PJD, Ali El Asri, les avaient accusées d’« importer la débauche européenne au Maroc», de nombreux internautes réclament sa démission. L’association belge Bouworde, à l’origine de l’initiative, a décidé d’arrêter ses actions  au Maroc pour cette année. Cette mesure aurait été prise en consultation avec l’ambassade de Belgique au Maroc.

Le Maroc, c’est aussi le pays où un député trouve tout à fait normal de lyncher des bénévoles en s’attaquant à leurs tenues. Mais bon, quand il s’agit de discuter le fond, les médiocres polémiquent sur la forme et Ali El Asri est un médiocre. Ali El Asri, en voyant des femmes accomplir un travail censé être un boulot d’homme, médiatiser en plus la chose en montrant très naïvement au monde qu’on a besoin de bras étrangers pour rendre un peu de dignité aux oubliés du pays (parce que, je vous le donne dans le mille, ceux qui sont payés pour ça, « les élus du peuple », n’en font rien), a juste eu la haine et a préféré détourner l’attention sur un « problème » inexistant et verser dans le populisme.

Majda El Krami

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Ali El Asri, #Maroc, #Terrorisme, #2019, #populisme

Repost0

Publié le 7 Août 2019

Le député d'extrême droite marocain Ali El Asri n'est pas arrêté, il a pourtant attisé cette haine. Aucun mandat d’arrêt pour l'instant.
Le député d'extrême droite marocain Ali El Asri n'est pas arrêté, il a pourtant attisé cette haine. Aucun mandat d’arrêt pour l'instant.

Le député d'extrême droite marocain Ali El Asri n'est pas arrêté, il a pourtant attisé cette haine. Aucun mandat d’arrêt pour l'instant.

Contexte

Le groupe visé par les menaces de mort est composé d'une douzaine de filles et garçons âgés de 15 à 18 ans, qui travaillent bénévolement dans le village d'Adar. Outre l'instituteur arrêté, un député du parti islamiste PJD, Ali El Asri à la tête de la coalition gouvernementale, avait aussi dénoncé les tenues des jeunes belges en incitant des propos haineux sur les réseaux sociaux. Il n'est pas inquiété par la justice marocaine

L'ASBL belge Bouworde n'enverra plus envoyer de bénévoles au Maroc après des contacts avec l'ambassade belge à Rabat.

Le 17 décembre 2018, trois extrémistes - fidèles au groupe djihadiste Etat islamique (EI) - ont décapité la Danoise Louisa Vesterager Jespersen, 24 ans, et la Norvégienne Maren Ueland, 28 ans, qui a pratiqué l'alpinisme dans la ville d'Imlil, Au sud de marrakech.

Le principal accusé du meurtre des deux jeunes femmes, Abdessamad el Joud, 25 ans, a confessé à la justice qu'il avait tué des femmes pour se venger des pays occidentaux pour avoir participé à la Coalition mondiale contre l'Etat islamique.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Maroc, #Terrorisme, #Tourisme marocain, #Ali El Asri, #apologie du terrorisme, #Adar

Repost0