Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Les musiques du Maroc

Les musiques du Maroc

les+instruments+sur+le+mur+blanc.jpg

Dans l'imaginaire des anciens, le territoire actuel du Maroc est à la fois rêve et mystère. N'est-il pas le pays du supplice d'Atlas, des jardins d'Hespéris, le seuil de l'Atlantide ? Ce pays de contraste, comme plaisent à appeler les géographes, est effectivement un mystère, une mozaïque unie et multiples de peuples et de cultures divers, un pays qui assume sa fatalité géographique en faisant face à la convoitise des Phéniciens, des Romains, des Vandales et des Byzantins avant les Arabes, d'abord repoussés puis adoptés par les autochtones, n'apportent le ciment spirituel de l'Islam au pays du couchant devenu par la suite Al-Maghrib Al Aqsa . Le Maroc, qualifié de  pays de contrastes, l’est certainement par la diversité et la richesse au niveau de sa culture et de sa musique du fait de sa position géographique est une sorte de carrefour entre l’occident, l’orient et l’Afrique saharienne; ce pays a su tirer profit de ce profond avantage, et a puisé chez tous afin de développer son caractère propre. Comme l'expose le musicologue marocain Ahmed Aydoun : poser la question de la musique marocaine, c'est compter sans les difficultés sans les difficultés de l'analyse, car la réalité musicale complexe du pays résiste à l'exposé facile et se prête peu à la typologie. C'est pourquoi, pour éluder le problème de la synthèse, on parle plus aisément des musiques du Maroc.

MUSIQUES-AU-MAROC-copie.gif
Au Maghreb, chants, chansons et poésie ne sont pas séparés et restent attachée à la tradition orale profonde jusque dans les avatars de l'interprétation moderne (voir aussi Patrimoine : quelque 6.000 poèmes de malhoun collectés). L'essentiel du répertoire discographique marocain est interprété en darija. Phénomène ancien : au temps de l'Andalousie musulmane, les qasaid (poèmes), le zajal et les mouwachahat étaient composés dans cette langue. Le malhoun marocain en a tiré un parti heureux. On n'a qu'à écouter la quasida Homman du défunt Houssein Toulali, Al Harraz, de Thami Harouchi ou encore l'emblématique Chamâ (la bougie) chantées, tour à tour et toujours avec bonheur, aussi bien par le malhoun dans les années 1950, que par Jil Jilala, au début des années 1970, pour s'en convaincre. Et l'on fredonne jusqu'à nos jours l'air de «Aw hdi rassek layfouzou bik al kawman ya flan...» de Houssine Slaoui, vieux de plus de soixante ans. 
musique-maroc.jpg
La musique marocaine, très diversifiée se compose de quatre grands genres musicaux majeurs dotés d'une grande variété qui ne doivent pas être confondus : musique gnawa, raï, chaâbi, andalouse, musique berbère. Chaque groupe musical est lui même constitué de sous groupes, ainsi la musique arabe au Maroc est constituée de musique arabe moderne influencée par la musique arabe contemporaine du reste du monde arabe (Égypte, Liban, Syrie etc.), la musique arabe du terroir (populaire) propre à chaque région du Maroc, généralement chantée en arabe dialectal de chaque région, la musique savante arabo-andalouse, elle même composée de sous groupes originaires de Fès, Rabat, Tetouan, Oujda (répertoire musical gharnati) et la musique raï de la région d'Oujda.

 

danse-marocaine.jpg

Au Maroc, on confère aux musiciens des pouvoirs quasi magiques. Les maîtres musiciens font d'ailleurs partie d'une caste dans les villages marocains et sont exemptés des travaux agricoles. Les connaissances musicales sont transmises par la tradition orale.

La musique afro-marocaine, connue sous le nom de Gnaoua est une musique propre à la région de Marrakech, Essaouira ainsi que du Sud du Maroc, les paroles sont soit en arabe, en amazigh ou en un mélange afro-arabe.


« Est populaire, tout ce qui n'est pas officiel », Marcel Mauss.

Selon Littré « la tradition, c'est la transmission de faits historiques, de doctrines religieuses, de légendes etc. d'âge en âge par voie orale et sans preuve authentiques et écrites ». Les Anglo-saxons substituent au terme de « tradition orale », le vocable de « folklore » qui signifie étymologiquement « la culture populaire » (de « Folk » ; peuple et « Lore » ; savoir).

Pour Abdelkébir Khatibi la tradition est « le revenir de ce qui est oublié, ce revenir doit être retenu et questionné pour qu'il nous indique le chemin des morts qui parlent. Que dit la tradition, toute la tradition ? La tradition dit le séjour du divin dans le cœur et la raison des hommes...en quelque sorte, la métaphysique est le ciel de la tradition ».

haj dariss amrani

Hamadcha de Fès avec Haj Driss Amranai

Si le folklore appartient au passé des sociétés industrielles, au Maroc, il reste encore une réalité vivante : chaque ethnie, voire chaque profession dispose d'une sous culture qui lui est propre. C'est le programme de recherche dénommé « Paroles d'Essaouira », en tant que « Carrefour culturel », que Georges Lapassade avait lancé en 1980 et qui visait à recueillir et à analyser, les chants des moissonneurs, des artisans, des marins, des confréries religieuses, des femmes, des comptines d'enfants... Entreprise à laquelle l'auteur de ces lignes participa activement, y compris par cette recherche menée en 1983 à l'Université d'Aix en Provence, sous l'égide du professeur René Duchac. Nous devions constituer un dossier pour chaque fait « folklorique », en le reliant à son contexte historico-social, sans quoi, il demeurerait incompréhensible en lui-même comme l'affirmait Claude Lévi-Strauss, anthropologue et ethnologue français qui a exercé une influence décisive sur les sciences humaines dans la seconde moitié du XXe siècle en étant notamment l'une des figures fondatrices de la pensée structuraliste. Il critiquait le formalisme de Propp en ces termes :« La pratique confirme qu'en matière de tradition orale, la morphologie est stérile, à moins que l'observation ethnographique directe ne vienne la féconder ».

haj dariss amrani hamdacha

Il convient de préciser qu'il n'y a pas, en Afrique du Nord, de distinction nette entre la musique urbaine populaire et celle de l'élite. Ni l'emploi d'un arabe vernaculaire par opposition à la langue littéraire ni des genres déterminés ne sont des repères sûrs. Là encore, on trouve une situation analogue au sud du Sahara, où la chanson populaire est aussi devenue la musique de l'élite, indépendamment des autres divisions entre les classes sociales.[2]

La chanson marocaine prend son essor avec l’indépendance du pays. Deux grandes tendances se sont d’emblée révélées : l’une adoptant l’arabe classique et l’autre adoptant la langue dialectale, la première essaya de rester classique, respectant un style très conventionnel alors que la seconde tendance introduit un répertoire plus léger, plus proches d'un public populaire.

Avec le début de l'émigration massive des marocains vers l'Europe dans les années 60, le thème du licite et de l'illicite chanté par les premiers rais Chleuhs laissera la place à la chanson marocaine aux thèmes de l'immigration, et particulièrement à ceux sur les conditions difficiles du recrutement, les tracasseries administratives afin d'obtenir le passeport vert dans l'espoir de construire une vie meilleure...

127040417_d7fa5aabc5.jpg

En plus de la région du Souss, la chanson marocaine sur l'immigration s'étendra à d'autres régions du pays, comme la région du Maroc oriental avec les Chioukhs de Berkane et de Oujda : dans ce cadre on peut citer : Cheikh Ahmed Liou, Cheikh Ali Tinissani (1921-2006) ou encore Cheikh Mohamed El Younsi qui ont tous chanté des versions différentes d'une même chanson  intitulée le  "Passeport Lakhdar".

Plus tard, à partir des années 1970, l’apparition de formations musicale telles que Nass El Ghiwane, Jil Jilala, Lem Chaheb, Tagada et les frères Bouchenak  qui marquent un renouveau dans la musique marocaine.

Ahmad-Pirou.jpg

La musique arabo-andalouse

Connue comme la musique savante de référence, c'est à dire une forme de musiques classiques ou musiques d’art, ou une musique codifiée qui se transmet de maître à élève et demandant le respect d’un ensemble de règles musicales fixées. Il s’agit dans ce cas d'une musique modale, c’est-à-dire organisée sur base d’un ensemble de modes dont chacun impose une échelle, une hiérarchie de notes ce que le musicologue Henri Lecomte désigne comme un ensemble de connotations sociales et émotives, ce qui signifie qu’à chaque mode correspond un sentiment ou une humeur particulière. Ces musiques sont les héritières de la riche histoire de l’Andalousie musulmane. C’est pourquoi on évoque le terme de musique arabo-andalouse.

Connue autrefois sous le nom de moussiqua al-âla, il s'agit d'une musique de cour d'une civilisation très raffinée jouée et chantée dans les grandes villes du Nord du Maroc  : Fès, Tétouan, Oujda, et Tanger. Elle est surtout présente dans ces régions du fait des origines de leurs habitants (arabes chassés de l'Andalousie). De nombreuses communautés marocaines s’identifient encore comme andalouses. Des noms de famille telles que Diaz, Andalouss, Torres, Toledano, Kortobi, Molina, Nigno....résonnent encore d’un tel héritage.

http://a407.idata.over-blog.com/1/50/59/42/chanteurs/chanteur-3/chanteurs4/Boutaiba-Sghir/Banjo--1-.JPG

L'orchestre est composé du plusieurs instruments à cordes. Les poèmes sont en arabe littéral ou dialectal. Les membres de l'orchestre sont tous vêtus de djellabas blanches. La musique andalouse marocaine est donc une synthèse des traditions musicales arabes, berbères et espagnoles. Elle est nettement différente de la musique orientale: elle ne comporte pas de quarts de tons (quelques exceptions sont cependant à signaler); elle suit généralement le système de la gamme tempérée occidentale, la gamme est souvent exécutée comme une seule succession mélodique, alors qu'en musique orientale, elle est subdivisée en tricordes, tétracordes et pentacordes; sa ligne mélodique est simple et claire, les modulations y sont rares.

Au cours des siècles, des pratiques musicales locales distinctes se développèrent, en se forgeant un une identité culturelle particulière à chaque société. Il existe ainsi, dans des villes du Maghreb telles que Fez, Tétouan, Tlemcen et Tunis, des versions distinctes du noubas, qui font partie intégrante de la culture musicale locale. Sur la plan de la pratique musicale, al-Jâm'î  publie en 1886 un ouvrage qui s'appuie uniquement sur le répertoire pratiqué à Fès. Cette compilation est connue sous le titre : Précis du kunnâsh de al-Hâ'ik. (lien téléchargement word).

Une nouba est une composition musicale construite sur un mode dont elle prend le nom (par exemple Nouba Mâya). Des pièces instrumentales et vocales s’y enchaînent selon un ordre déterminé et selon une progression musicale allant du non mesuré au mesuré. Un prélude libre, laissant une large place à l’improvisation ouvre la suite où se succèdent diverses pièces, notamment des poèmes dont les thèmes sont souvent l’amour, la nature, le vin... La nouba se termine par une phase plus vive, plus rythmée[3].

briouel.jpg

Le répertoire Al-âla du Maroc comprend encore onze noubas, chacune d’entre elles étant divisée en cinq mouvements (mîzân) joués sur cinq rythmes de base. Chaque nouba est très longue et il est rare qu’on les joue au complet. On se contente souvent de jouer un seul mouvement. Cependant, l’intégralité des noubat marocaines a été enregistrée par la Maison des Cultures du Monde à Paris, en collaboration avec le Ministère de la Culture du Maroc. Soit un total de septante-trois disques compact répartis en douze coffrets présentant chacun une nouba ou des mîzâns (une durée totale de plus de septante heures de musique). Chaque suite comprend des poèmes chantés. L’orchestre de la musique al-âla comprend souvent violon, rebab, oud, violoncelle, alto et percussions (les instruments à archet étant souvent présents en plusieurs exemplaires) et un ou plusieurs chanteurs. 

orchestre-malhoune-de-m-hamed-bouzoubae.

Le Malhoun

P1080361.jpg


La culture populaire au Maghreb est très riche, elle a été surtout transmise oralement.
Depuis l'ouverture à l'université de Tlemcen (Algérie), d'un troisième cycle spécialisé en "culture populaire", des écrits qui sont surtout des thèses de Magister ou doctorat, sont venus enrichir la connaissance de ce patrimoine d'une valeur inestimable du Malhoun. Saïd El Meftahi est l'un des éminents spécialistes de l'étude de ce patrimoine.

L'origine du mot Malhoune ou Melhoun ou Malhun en arabe الملحون désigne un poème mélodique qu'on appelle aussi qasida, issu d'une culture authentiquement marocaine qui remonte au XIIe siècle, en empruntant de manière simplifiée ses modes à la musique arabo-andalouse. Il s'est développé sous une forme littéraire qui ne respecte pas la structure grammaticale classique. Il est un imposant corpus de poèmes et de chants véhiculés par une double tradition orale et manuscrite, représentant un art plus élaboré des formes de versification notamment en arabe dialectal.

Le poème écrit en zajal (زجل) est enrichi de mélodies populaires, cette création donne naissance au Malhoun.

La chanson populaire arabe au Maroc emprunte régulièrement ses modes à la musique arabo-andalouse. Il est connu depuis l'époque almohade où de nombreuses productions marocaines et andalouses du zajal ont vu le jour. La forme première du malhoun était véhiculée par les maddahin, s'accommodait en effet très bien avec la mission de diffusion d'informations que s'étaient assigné ces premiers Almohades.

Parmi les premiers auteurs de malhoun, il convient de citer Abdelaziz El-Maghraoui (1578-1602) et Sidi Abderrahmane El-Majdoub qui ont vécu à la même période et qui se sont fait connaître avec leur quatrains mystiques. Au cours du XVIII et XIX ème siècle, le Maroc à connu de très nombreux poètes qui ont adoptés ce genre artistique. Le doyen de cette musique Malhoun est Haj Houcine Toulali (1924-1998) qui avait créé une école qui a contribué à préserver cette expression musicale typique reflétant les différents aspects de la vie quotidienne, comme par exemple le titre intitulé Bain Zarda qui présente l´histoire d´un homme qui s'invite chez son voisin pour lui demander de préparer toute sortes de mets marocains avec une poésie toute remarquable.

Selon des musicologues, il fut chanté par les artisans des villes. Chaque corps de métier et chaque quartier ont leur répertoire et leurs poèmes. Pour eux, le malhoun était un moyen d'atténuer les rigueurs du travail et de rompre sa monotonie. Tant et si bien qu'il est devenu pour eux synonyme de calme et de sérénité, calme par sa musicalité douce et détendue, et serein par la noblesse et la chasteté des paroles. Accompagné par les percussions, le oud, le guembri et le violon, les chanteurs de melhoun racontent, au travers de poèmes parfois très anciens, la vie des vieux quartiers de la medina, les voluptés ou les déceptions de l'amour. Apprécié, voire même soutenu, par des Sultans, des juges et des hommes de lettres pour unifier le peuple, il englobe la richesse de toute une nation.

jil-jilala 2516

Ce genre tente toutefois aujourd'hui de se renouveler. Après le travail de Nass El Ghiwane qui a révolutionné la musique marocaine et dans le paysage culturel du pays, puis de Jil Jilala et plus récemment à travers le rap (Fnaïre). Toutes ces formation ont tenté de le rendre plus accessible, mais si peu authentique. Les femmes s'en sont également emparées, l'adaptant avec bonheur à la tessiture de leurs voix. Pensons à la jeune génération de voix comme Asmae Lazrak, Majda El Yehyaoui (qui a dépoussiéré l'image vieillotte du style musical). Actuellement, il y a des jeunes qui apprennent par cœur les « qsaïd ». Toutefois, des craintes font croire que si jamais ils ne trouvent pas l'appui nécessaire et l'encouragement qu'ils méritent, ils pourront abandonner ce genre musical.

Les villes réputées pour le représenter le malhoun sont Meknès, Tafilalt, Taroudant, Marrakech, Fès. Le Malhoun de Marrakech accorde une grande importance à la parole, celui de Fès à la distribution musicale et celui de Meknès à l'interprétation selon Jamal Eddine Benhaddou.

bendriss-abdelmalek-el-youbi-mohamed-bou

 

Jamal Eddine Benhaddou. Jamal Eddine Ben Haddou, professeur de musicologie à l'université Hassan II à Mohammédia, chanteur et poète, tient à faire prendre au malhoun un nouveau virage, sans toutefois mettre au placard l'habit ancien : «Ce que j'essaie de mettre en place, c'est un malhoun ouvert aux jeunes avec une nouvelle distribution musicale, une composition inédite, des sujets inspirés de la réalité et des paroles limpides».

Citadine, elle se développe principalement à l'intérieur des corporations artisanales. Il s'agit d'une poésie chantée en arabe dialectal, à sujet aussi bien religieux que profane, caractérisé par un langage sophistiqué et par une mélodie en style déclamatoire.

Les femmes ont été toujours présentes et influentes durant les différentes étapes historiques du Malhoun. Elles ont fortement contribué à son édification et sa préservation (citons à titre d'exemple la grande Cheikha Brika de Fès). Elles étaient poètes, musiciennes et chanteuses, mais faute de moeurs sociales, de coutumes et de médiatisation, elles n'ont pas eu la même chance que la gente masculine devant cet art musical.

l_5be7711b379d1611cc8efee893532632-copie

La chanson populaire arabe au Maroc emprunte ses modes à la musique andalouse, en les simplifiant. Le doyen de la musique Melhoun est feu  Haj Houcine Toulali (avec notamment el Harraz, Khlakhal Ouicha...)

 

http://img.over-blog.com/600x410/1/50/59/42/Mohamed-el-fassi/autres/Jillelghiwane.mohammed6.jpg

Les confréries soufies

Marouane Hajji 2599

Dans l'histoire de l'islam, le soufisme (Tassawuf) s'est très tôt opposé à la casuistique des théologiens, tout en respectant scrupuleusement la loi. Les soufis ont élaboré une image intemporelle du prophète de l'islam. Ainsi, leur piété faite d'amour et de relation personnelle avec le divin est à l'origine d'un culte mystique intime de Mohammed et de son message. Les premières écoles soufis s'élaborent au IXe s. à Bassora et à Bagdad autour de maîtres réputés comme Junayd et son disciple al-Hallaj. À partir du XIIe siècle. se répandent des confréries (tariqa) où les adeptes (mouride), à la recherche de l'anéantissement en Dieu, sont guidés par un cheikh ou munchid dans la pratique du dhikr, c'est à dire la répétition d'invocations qui est la pratique la plus courante du mouride (le disciple) qui est l'élément central du rituel soufi. Ainsi naissent notamment la Qadiriyya à Bagdad au XIIe s., l'ordre des derviches mawlawi de Djalal al-Din Rumi à Konya au XIIIe S., la Naqchbandiyya en Asie centrale au XIVe S., la Sanusiyya au XIXe siècle. au Maghreb...
Le maraboutisme, essentiellement présent en Afrique du Nord, représente un autre aspect du soufisme, mais la forme dominante en est constituée par les très nombreuses confréries qui jouent encore actuellement un rôle politique et religieux important. Si le Soufisme se distingue des autres formes de spiritualité par son ancrage à l'Islam, le soufi se distingue d'un quelconque musulman par son assiduité au 'Dikhr'. En tête des invocations musulmanes on rencontre tout d'abord la formule de l'unicité La-ilaha illa-llah.

Le Maroc a connu, tout au long de son histoire, des confréries soufies fondées par des maîtres éducateurs reconnus pour leur mansuétude et leur clairvoyant discernement et considérés comme des modèles de conduite morale à suivre. Ces confréries furent des écoles spirituelles et éducatives ayant servi l'Islam en contribuant à la consécration de ses préceptes, à l'approfondissement de la connaissance de ses règles et à son adaptation aux lieux et aux conjonctures. Leur encadrement de la population s'exerçait par le biais de zaouias implantées dans les villes et dans les campagnes, et dont certaines continuent d'exister aujourd'hui.

Selon le monarque chérifien : Cœur de l'islam, le soufisme a vocation à parfaire l'épanouissement spirituel des individus. Il conduit intérieurement à l'Unité et à l'expérience de la Proximité divine . Extérieurement, il favorise l'enracinement des vertus et des comportements nobles des individus et contribue ainsi à influencer l'harmonie du corps social.

L'encyclopédie de l'Islam les définit comme « une méthode de psychologie morale pour guider pratiquement les vocations individuelles ». Les turuq (pluriel de tarîqa, voie en arabe) inscrivent, alors, leur action dans le cadre du vaste mouvement ou école de pensée musulmane connue sous le nom de soufisme. Ce dernier serait une manière de se désintéresser des choses terrestres pour se consacrer à Dieu malgré les multiples divergences concernant sa définition et ses caractéristiques. C'est, en quelque sorte, un vaste « programme de vie » spirituelle dont la dimension mystique trouverait son fondement dans le Coran et les traditions prophétiques et va, parfois, au-delà du cadre islamique par sa quête universelle du divin.

Chaque confrérie est reliée par une chaîne mystique (silsila) du fondateur de l'ordre jusqu'au Prophète. Chaque soufi croit que la foi professée par son ordre est l'essence ésotérique de l'islam et que le rituel de son ordre possède le même degré d'efficacité que la prière canonique (salât). L'affiliation de chaque soufi à son ordre s'effectue au moyen d'un pacte consistant en une profession de foi religieuse et des vœux qui varient selon les différentes confréries qui comprennent toujours le vœu de pauvreté.

Le Samaâ, "l'audition en arabe" est un art de chants polyphoniques a capella sacrés, hymnes dédié au culte du Prophète Mohammed et à Allah. Désigne également les séances musicales des confréries soufies. Cette mystique musicale va, petit à petit, se ritualiser et devenir séance ou cérémonie sacrée englobant d'autres rites. Le dhikr, par exemple, peut être un point culminant du Samaâ dans la plupart des confréries, point culminant qui, selon les lieux et les croyances, s'appelle parfois aussi hadra (assistance), imara (plénitude) ou halqa (cercle).

Le mawwâl est un genre poétique relevant à la fois des traditions populaires et savantes. Chantée en arabe dialectal dans un style non mesuré, cette forme relève de l’improvisation vocale individuelle. Accompagnée par un ou plusieurs instruments, elle est construite sur des variations mélodiques et des répétitions. Si le mawwâl chante généralement l’amour, il se fait aussi parfois l’expression d’une morale ou d’un sentiment religieux voire mystique. Au Maroc, le mawwâl trouverait l'origine de son expression dans la tradition soufie. Ce sont les nombreuses confréries soufies qui, au cours de leurs échanges entre l’Orient et le Maghreb, auraient élargi le cadre de son interprétation, du chant religieux (inshâd) pratiqué lors de leurs cérémonies à la musique arabo-andalouse.

Minaret-de-la-z-wiya-copie-1.jpg
Aïssaoua (الطريقة العيساوية)

Fondée au XVIe siècle par Sidi Mohamed Ben Aïssa, cette confrérie religieuse se rattache au soufisme. Son centre spirituel (zaouia) principal se trouve à Meknès où son fondateur est enterré. Les Aïssâwas sont célèbres dans le monde arabe pour produire une musique spirituelle au son du hautbois ghaita (syn. mizmar, zurna), de chants collectifs  religieux accompagnés par un orchestre de percussions utilisant des éléments de polyrythmie.

Deux pratiques fondamentales sont propres à cette confrérie :

  • la hadra, c’est une pratique collective de la transe exécutée pendant les grandes fêtes aissawas. La grande fête ou moussem a lieu à Meknès prés du sanctuaire du cheikh al Kamel, à l’occasion de la célébration de la naissance du prophète. La hadra fait partie d’un rituel que l’on appelle aussi lila, car il dure toute la nuit . La lila des Aissawas commence par des chants puis est suivi par la hadra dans laquelle les prières sont invoquées inlassablement jusqu'à prendre le corps puis l’esprit, de cet état découle la transe. 
  • la frissa, est une pratique propre à cette confrérie et consiste à dévorer un animal vivant.

Jabalia-de-F-s.jpg

Taktouka Jabalia ou Aïta Jabalia est un art populaire traditionnel dit "chamali" qui puise ses racine dans les montagnes du nord-ouest du Maroc. C'est dans les plaines bordant l'océan Atlantique que ce genre musical est le plus apprécié et fait partie intégrale de la société. Elle apparait parfois sous le son d' un cri de ralliement, un soupir d'amour ou encore une complainte. Par maints aspects, elle s'apparente à la geste Hilalienne (des tribus des Béni Hilal). La pratique de la aïta au Maroc est une coutume ancestrale qui conférait à des gens connus pour leur probité et leur modestie la faculté de décrire par le chant et la parole, la vie quotidienne, les problèmes et entraves de leurs semblables. Mais il y a autre chose encore qui assure la réputation de la ville de Ouezzane, c'est le soufisme. ambiant qui y baigne. Une confrérie appelée Tariqa El Ouazzania du nom de la ville s'est implantée donnant par ailleurs naissance à d'autres écoles religieuses, d'autres tariqa formant « Ahel el touat ».
 

La musique des gnawas

 P1050681.jpg
La tradition musulmane a toujours associé étroitement la musique et la transe, plus particulièrement dans les confréries soufies. Pour eux la transe tient une grande place dans la quête spirituelle et met en communication directe avec Dieu ; la transe s’obtient souvent par la musique. 

alikane.jpg

Les Gnawa sont des descendants d'Africains de l'Ouest, qui furent emmenés comme esclaves par le fleuve Niger jusqu'au Maroc au XVIe siècle. Une fois arrivés au Maroc, Ils se sont ensuite métissés à la population locale et se sont formés en confrérie pour créer un culte original mélangeant des apports africains et arabo-berbères qui se convertirent à l'islam, bien qu'ils aient été attachés à leurs propres cultes et croyances. Pour eux, la musique et la religion sont étroitement liées : de nombreux rituels locaux utilisent la musique et la danse afin de provoquer un état de transe qui, selon eux, permet aux dieux ancestraux de pénétrer leur corps et leur moi profond. La danse et le chant gnawa ont un aspect mystico-religieux. Les danseurs sont parfois capables d'exécuter de très belles acrobaties. Avec leur crakeb (crotales en métal), les chanteurs et danseurs peuvent parfois se mettre en transe. Le style est envoûtant, folklorique et remarquable.

 
le Festival des Gnaouas est organisé à Essaouira chaque début d'été.

musique-gnawa.jpg

 

marocfemmemusiciennebijouxba.jpg


La musique berbère

La musique amazigh (berbère) est elle aussi divisée en sous groupes, généralement suivant les diverses régions et parlés : amazigh, tachelhit, tarifit, soussie etc. Cette musique est aussi divisée en "moderne" et "traditionnelle". Elle est "inspirée par la beauté saisissante du paysage rural marocain et la résonance du bendir", qui régit la rythmique des chansons, des chants et des danses festives, le soir autour d'un grand feu de bois. Les hommes et femmes membres de groupes musicaux sont toujours vêtus d'habits traditionnels. L'expression la plus profonde de l'âme berbère réside par les chants et la musique qui se transmettent de génération en génération. La rythmique constitue la base fondamentale de cette musique. La danse accompagne toujours les chants. Ainsi, les trois styles de danse et de chants berbères correspondent à différentes zones linguistiques.


P1060135.jpg


Tsanguif ou Tasnguift

Concept d’origine berbère qui signifie: a cappella. Généralement, c’est un style dominé par les voix féminines pendant les occasions des mariages, et où les femmes chantent la douleur de la séparation entre la fille et sa mère.     

 

Gharnati

La musique gharnati est un style d'influence clairement identifié comme algérien mais égalment populaire à Rabat,et à Oujda au Maroc. l'orchestration met en primauté des instruments de musique comme le kouitra, le mandole, le banjo, le oud et le Kamanja. Ces musiques se sont répandues sur une partie du Maroc suite à des déplacements de populations judéo-marocaines et à l’installation d’Algériens au Maroc au début du XXe siècle. Les Marocains désignent indistinctement par le qualificatif de « gharnati », la musique pratiquée à Tanger, à Tétouan comme dans certaines communautés juives du Maroc. Cette musique s'inscrit dans la mouvance des écoles algériennes, qu'elles soient d'obédience tlemcénienne (Sami el Maghribi) ou Algéroise (Ahmed Pirou).

 
Malgré les influence ottomanes la mélodie de base conserve l'esprit des origines d'Andalousie mauresque qui a réussi à préserver le caractère ancestral et la richesse musicale en l'agrémentant de  textes chantés qui figurent parmi les plus belles pages de poésie arabo-musulmane d'Andalousie. Le mariage entre la nouba gharnati et le Melhoun a donné naissance au style hawzi connu dans le Maroc oriental et en Algérie à  Tlemcen.

Le chaâbi

Le chaâbi marocain est une musique populaire que l'on retrouve fréquemment dans les mariages. Ce style de musique est associé à la fête et s'est surtout développée dans les villes marocaines. L'utilisation du langage populaire et la création de nouveaux rythmes ont fait de ce style un complément essentiel de la danse. De nombreuses tendances sont apparues. Ainsi de nouvelles chikhate, des petits groupes de quartier et autres chanteurs et chanteuses de charme ont pu proliférer dans toutes les villes. Houcine Slaoui fut parmi les pionniers de ce genre musical avec son célèbre « dakhlou lmarikane »  qui raconte le débarquement des troupes américaines au Maroc en 1942, alors que la 2ème guerre mondiale faisait rage en Europe, ce débarquement va bouleverser la vie sociale et économique des marocains. Bouchaïb El Bidaoui est également une personnalité musicale importante de la chansons populaire marocaine

cheb-amrou.jpg


Le Raï

le Raï est un genre musical issu des terroirs de l'Ouest Algérien. Il plonge ses racines dans la poésie traditionnelle chantée, aux marges de laquelle il a fleuri dans des lieux de plaisirs.  Ce  mouvement musical devient  dans les années 1970, la musique populaire dominante parmi les jeunes du Maghreb. Il s'inspire de diverses sources : le rock, les musiques orientales et rurales. Son développement est indissociable de l'apparition de la cassette audio. En France, on a coutume de désigner par le vocable raï (qui signifie, en arabe, « l'opinion » ou « point de vue ») l'ensemble des musiques algériennes populaires et électriques(...)

Comme le flamenco, le fado, la chanson napolitaine, la rebetika, le raï, avant d'être un genre musical est une manière de sentir la musique. C'est une expressivité vocale particulière au caractère fortement ethnique, avant d'être un type de musique ou un rythme caractérisé par des contours changeants. Son foyer, Oran, un port méditerranéen où vécurent ensemble Nords-Africains, Espagnols, Italiens. Par ses contenus transgressifs par rapport aux codes de la culture traditionnelle maghrébine, il est comparable par certains aspects à la Rébétika[4]..., même si les artistes ne sont pas des marginaux comme les rebetes du Pirée dans les années 30.

Musiciens-juifs-copie-1.jpg

Cette musique est la dernière, et la plus jeune des musiques urbaines de la Méditerranée. Son espace créatif est construit sur une tension dialectique des contradictions qui caractérisent le rapport entre l'Europe et le monde arabe, entre modernité et tradition, entre pratique musicale pré-industrielle de la fête familiale, divertissement et consommation du spectacle musical.

La musique de variété arabe

C’est surtout grâce à la télévision satellitaire que la nouvelle vague de la variété arabe a connu un regain d’intérêt ces dernières années. Les clips vidéo ont permis à des millions de spectateurs de suivre la montée en puissance de nombreuses stars de différents pays arabes. L’offre, jadis réduite puisque basée sur le système des grandes Divas par exemple et des superproductions de comédies musicales, s’est étoffée à travers l’optimisation des systèmes de production qui ont adapté les compositions musicales au « temps d’antenne » et aux impératifs de diffusion en créant des clips musicaux aux standards internationaux. Haïfa Wehbe et Jad Choueiri représentent ce star-system à l’orientale qui fait vibrer des millions de fans chaque jour. Par ailleurs, le star-system s’est renforcé avec l’avènement des émissions de reality-show où le spectateur vote pour son chanteur préféré. Ce qui a permis une plus grande proximité entre le chanteur et le spectateur. Le festival de Casablanca a choisi de programmer cette année des artistes issus de ces émissions à forte audience (Leila El Barrak, Hatim Idar et les lauréats de la dernière édition du concours Studio 2M) pour leur permettre d’aller à la rencontre de leur public.

2345385_c8916a31b7_m.jpg


Vers la modernité et les styles de musique de l'Occident

Les jeunes ont un penchant vers le Rap, le Métal, la fusion, etc. Toutes ces musiques qui nous sont importées et n'ont rien de marocain. Même les fusions sont parfois très négatives et ne respectent pas l'équilibre modal entre les deux musiques.

C'est là où c'est grave et entraîne une détérioration du patrimoine musical.

Par exemple, la musique andalouse, Al Aita, Ahwach, Ahidous, les Rwaess et toutes les autres musiques berbères sont en pleine détérioration.

Il y a des orchestres et groupes qui utilisent des bribes de cette musique populaire pour des finalités très commerciales. Ces musiques ne sont pas à l'abri de ces travaux maléfiques. Et là, je tire la sonnette d'alarme, parce qu'il faut faire très attention car notre patrimoine est en danger. Q'est-ce que c'est qu'un gnaoui avec une guitare électrique, une batterie et une basse. Puis, une « lila » a ses rites et sa connotation sociale et doit se dérouler dans un lieu adéquat pour cette musique, une Zaouiya ou maison traditionnelle qui possèdent une sonorité et une acoustique toute particulière. Je ne suis pas contre la fusion, mais il faut respecter ses règles. On peut s'inspirer des musiques traditionnelles et prendre leur parfum, mais pas les pirater complètement et dire que c'est une création personnelle. Les compositeurs qui font cela ne sont pas des créateurs. Mais les avis sont partagés.

La "fusion", au Maroc, n'est un concept pas nouveau puisque les premières tentatives entre les multiples traditions musicales locales et tout qui ne s'appelait pas encore la world music remontent à plus d'un demi-siècle : l'écrivain mais aussi compositeur américain Paul Bowles s'installe à Tanger en 1947 et reçoit la visite des poètes de la beat generation Allen Ginsberg, William Burroughs...

Enfin il existe une nouvelle génération de jeunes pour ne citer que Mazagan, qui compose une musique synthétisant l'esprit marocain aux influences venues du monde entier (blues, rock, metal, reggae …).

Un des évènements les plus importants de cette scène "underground", est le Boulevard des Jeunes Musiciens qui a lieu tous les ans à Casablanca et qui rallie la jeunesse marocaine dans un même évènement de contre culture que l'on décrit souvent comme provenant de la Nayda. Sur fond de rap ou de fusion, la jeunesse marocaine réclame le droit à la parole. Pour les groupes marocains, le festival organisé dans un stade de Casablanca, est une des rares occasions de se produire sur scène. La variante (ou plutôt les variantes) locale de l'arabe joue d'ailleurs un rôle considérable dans un mouvement musical et culturel qui, tout en assumant sa filiation avec les courants mondiaux, revendique son originalité et son authenticité notamment par le biais de la langue.

Le jazz, le blues, la musique rock et le reggae ont été pendant longtemps des moyens d'expression de la culture d'origine africaine. Ces genres musicaux se sont répandus sans égard au sexe, à la couleur de la peau ou à la texture de cheveux des adeptes.

la scène métal. est à la fois un style de musique très populaire parmi les jeunes mais aussi marginalisé, en effet certains estiment que métal et islam ne font pas bon ménage. Résultat : programmer des groupes de métal reste difficile. Les fans sont souvent obligés d'organiser leurs propres concerts pour pouvoir écouter leur musique.

 mc-4-l-afiche.jpg

 http://img.over-blog.com/600x331/1/50/59/42/chanteurs/chanteur-3/57968_156479164368054_100000179130764_499428_2358500_n.jpg

Khalid Twin - "Ghir'Nti"

 

Bien que ces genres musicaux ne constituent pas une culture distincte, le hip-hop, quant à lui, a toujours été considéré comme une culture particulière, dont découlent différentes formes d'expression artistique. La culture hip-hop est avant tout urbaine mais son rayonnement n'a pas de frontières. C'est ainsi qu'elle se reflète dans la poésie, la musique, les arts visuels, la danse et la mode vestimentaire; elle se manifeste également dans l'attitude des jeunes d'aujourd'hui vivant en milieu urbain. Le rap marocain est un style musical apparenté au rap et à la culture hip-hop du Maroc qui devient un moyen d’expression par excellence  pour une partie de la jeunesse.

Pendant plusieurs années, ce rap n’a pu évoluer qu'en se mêlant à d'autres genres musicaux locaux comme le chaâbi, le raï et d'autres styles plus occidentaux comme la soul, funk, reggae, hard rock, folk, jazz...Il persiste encore une grande résistance culturelle à ce mouvement.[6]. Le rap marocain confirme progressivement sa propre personnalité, oscillant d'une part entre revendications ou sociopolitiques pour les uns et messages positifs ou festifs et certainement une tentation commerciale pour les autres. Un phénomène qui prend de l'ampleur depuis quelques années est celui du concours de Studio 2M au Maroc.

 

Spectacles musicaux et danses traditionnelles du Maroc

Au Maroc, plusieurs courants musicaux co-existent : Melhoun, musique andalouse, ghaïta, raï, musique moderne etc font bon ménage avec les musiques folkloriques comme Daqqa Marrakchia, Aissaoua, Gnawas, Hmadcha, etc.
Tous ces styles se retrouvent dans les mariages urbains ; Les orchestres chargés d'animer l'événement sont tenus de jouer tous ces répertoires. Un mariage marocain célébré en ville est presque à lui seul un festival. Ces mariages ont permis l'émergence de beaucoup d'artistes dont l'expérience ne cesse de s'enrichir et de se renouveler au fil des manifestations. Cela est particulièrement vrai dans le domaine de la chanson populaire ou chaabia par exemple.

Il n'existe pas encore au Maroc, à ce jour, de spectacles musicaux du type Starmania (Québec-France, années 70), Hair (USA, années 70), West Side Story (USA, années 60), Notre Dame de Paris(France, années 2000), Le roi Soleil (France, années 2000).....Dans le monde arabe, aujourd'hui seul le Liban produit des spectacles de ce type.

Ces spectacles liant musiques et danses sont soit des fictions soit des reprises de livres ou de contes et connaissent en Occident un énorme succès.

Au Maroc, les spectacles musicaux existant, sont sous forme de pièces de théâtre musicale.

Si la danse du ventre dont des textes bibliques font déjà état à l'époque du prophète Moïse (dont les cinéastes égyptiens se sont emparés), est très connue et appréciée dans le monde entier, les danses et musiques marocaines ne sont pas moins connues dans le monde arabe et occidental. Les danses du Maroc sont nombreuses et diverses ; Toutefois, depuis quelques années , la troupe de la danseuse et chorégraphe marocaine Nawal Benabdellah (la Compagnie Nawal) les présente au public du monde arabe avec un très net succès.

Depuis peu, il existe les Folie's de Marrakech : Cet établissement propose des spectacles dansants et musicaux sur le modèle des "Folies Bergères" de Paris.

 P1050234.JPG

Conservatoires et écoles de musique au Maroc

  • Conservatoire de Rabat
  • Conservatoire Dar Moulay Rachid Rabat
  • Conservatoire de Kénitra
  • Conservatoire de Fès
  • Centre Dar Adyel à Fès
  • Conservatoire de Casablanca[8][9].
  • Conservatoire de Tétouan
  • Conservatoire de Tanger
  • Conservatoire de Larache
  • Conservatoire de chefchaouen
  • Conservatoire de Ksar El Kébir
  • Conservatoire de Marrakech
  • Conservatoire de Meknès[10].
  • Conservatoire de Taza
  • Conservatoire de Oujda
  • Conservatoire d'El Jadida
  • Conservatoire de Safi
  • Conservatoire de Laayoune

 

La Propriété intellectuelle de la musique au Maroc

Au Maroc, comme dans la plupart des pays du monde arabe, la réglementation de la propriété intellectuelle est une règlementation encore récente et peu appliquée. Depuis toujours et jusqu’au XX ème siècle, les droits d’auteur et créateur étaient inconnus. Un auteur pouvait confier la reproduction de son oeuvre à plusieurs copistes en même temps et le possesseur d'une oeuvre pouvait en disposer comme bon lui semblait. Il pouvait y incorporer des ajouts et même en modifier le contenu et proposer la nouvelle version à la vente pour son propre compte. (Source

Encore aujourd'hui, dans le domaine de la musique, un produit piraté est vendu en toute légitimité au magasin de musique ou dans le souk ce qui cause de grands torts à la qualité musicale et aux artistes marocains et est responsable de la perte de vitesse de l'industrie discographique nationale. Le cauchemar des artistes reste le piratage qui sape sérieusement la carrière des musiciens.

Remarquons aussi que l'effondrement des prix des techologies modernes (disques et graveurs, internet) qui donne la possibilité aux particuliers par exemple de télécharger directement en MP3 ce dont ils ont besoin. Les réseaux existent et les logiciels ou sites de téléchargement sont connus par tous les internautes.

2400000501_1.jpg

 

Musiques-du-Maroc


Bibliographie

  • Chants et Danses Berbères (Moyen Atlas - Foire au Mouton de Timhadit) par Alexis Chottin 16 juin 1935 in Revue de musicologie, T. 17e, No. 58e (1936), pp. 65-69
  • Olsen, Myriam ; Lortat-Jacob, Bernard, pref. Musiques de l’Atlas, Arles : Actes Sud : Cité de la musique, 1997 .
  • Guettat, Mahmoud, La musique classique du Maghreb, Paris : Sindbad, 1980 . (La bibliothèque arabe).
  • Aydoun, Ahmed, Musiques du Maroc, Casablanca : Editions EDDIF, 1994.
  • Mohamed Belghazi (dir.), Instruments des musiques populaires et de confréries du Maroc. Fragments de musées, Aix-en-Provence : Edisud, La croisée des chemins, 1998.
  • Catherine Homo-Lechner et Christian Rault, Instruments de musique du Maroc et d'al-Andalus, Fondation Royaumont,  CERIMM, 1999.
  • Musique arabe. Le congrès du Caire de 1932 Actes du Colloque « Les documents du premier congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932 », Le Caire, Qasr al-Ghoury, 25-28 mai 1989, CEDEJ, Le Caire, 1992, 440 p. (+ 1 cassette audio) isbn : 2-905839-28-X
  • Abassi Hammadi Tunis chante et danse (1900-1950) Éd. du Layeur, coll. « Layeur Audio », Paris, 2000, 47 p. isbn : 2-911468465 [Réédition d'un ouvrage paru en 1995.]
  • Aous Rachid (dir.) Les Grands Maîtres algériens du cha'bi et du hawzi. Diwân arabe et kabyle El Ouns / Unesco, coll. « Chants et poésies du Maghreb » et « Collection Unesco d'oeuvres représentatives », Paris, 1996, 530 p. isbn : 2-911854-00-4
  • Aous Rachid, Samrakandi Mohammed Habib Musiques d'Algérie Presses universitaires du Mirail, coll. « Horizons maghrébins », Toulouse, 2002, 200 p. isbn : 2-8581-6657-9
  • Benaissa Naoufel Étude analytique de l'évolution du tba' tunisien dans la première moitié du XXe siècle Presses universitaires du Septentrion, coll. « Thèse à la carte », Villeneuve-d'Ascq, 1999, 581 p. isbn : 2-284-01152-7
  • Bougherara Hadri Voyage sentimental en musique arabo-andalouse Paris-Méditerranée / Edif 2000, coll. « Documents, témoignages et divers », Paris / Alger, 2002, 173 p. isbn : 2-84272-137-3
  • Chlyeh Abdelhafid Les Gnaoua du Maroc. Itinéraires initiatiques, transe et possession La Pensée sauvage, coll. « Bibliothèque d'ethnopsychiatrie », Grenoble, 1998, 174 p. isbn : 2-85919-136-4 ; 9981-838-85-3
  • Daoudi Bouziane Le Raï Librio, coll. « Librio musique », Paris, 2000, 84 p. isbn : 2-290-30092-6
  • During Jean Quelque chose se passe. Le sens de la tradition dans l'Orient musical Verdier, Lagrasse, 1995, 448 p. isbn : 2-86432-212-9
  • Guettat Mahmoud La Musique arabo-andalouse. L'empreinte du Maghreb El Ouns, coll. « Chants et poésies du Maghreb », Paris, 2000, 528 p. isbn : 2-911854-08-X
  • Guignard Michel Musique, honneur et plaisir au Sahara. Étude psycho-sociologique et musicologique de la société maure Geuthner, coll. « Bibliothèque d'études islamiques », Paris, 1975, 232 p. (+ un disque souple) isbn : 2-7053-0549
  • Hachlaf Ahmed, Hachlaf Mohamed Elhabib Anthologie de la musique arabe (1906-1960) Publisud, Paris, 1993, 345 p. isbn : 2-86600-476-0
  • Hasan ibn Ahmad ibn Ali al-Katib al- La Perfection des connaissances musicales. Traduction et commentaire d'un traité de musique arabe du XIe siècle par Amnon Shiloah Geuthner, coll. « Bibliothèque d'études islamiques », Paris, 1972, 238 p. isbn : 2-7053-1006-1
  • Hassan Schéhérazade Qassim Les Instruments de musique en Irak et leur rôle dans la société traditionnelle École des hautes études en sciences sociales, coll. « Cahiers de l'homme », Paris, 1980, 258 p. isbn : 2-7132-0701-0
  • Hell Bertrand Le Tourbillon des génies. Au Maroc avec les Gnawa Flammarion, coll. « Essais », Paris, 2002, 371 p. isbn : 2-08-211581-X
  • Khouas Arezki, Cherbi Moh Chanson kabyle et identité berbère. L'oeuvre de Lounis Aït Menguellet Paris-Méditerranée, coll. « Documents, témoignages et divers », Paris, 1999, 160 p. isbn : 2-84272-056-3
  • Ibn Taymiyya Ahmad ibn Abd al-Halim Musique et danse selon Ibn Taymiyya. Le «  Livre du sama et de la danse : Kitab al-samâ' wa l-raqs » compilé par le shaykh Muhammad al- Manbijî (trad. et prés. Jean R. Michot) Vrin, coll. « Études musulmanes », Paris, 1991, 221 p. isbn : 2-7116-1089-6
  • Ibrahim Mustafa Fathy, Pignol Armand L'Extase et le Transistor. Aperçu sur la chanson égyptienne contemporaine de grande audience CEDEJ, coll. « Dossiers du CEDEJ », Le Caire, 1986, 222 p. isbn : 2-905838-06-X
  • Jargy Simon La Musique arabe PUF, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1977, 127 p. isbn : 2-1304-0266-6 
  • Lortat-Jacob Bernard Musique et fêtes au Haut-Atlas École des hautes études en sciences sociales, coll. « Cahiers de l'homme », Paris, 1980, 154 p. (+ 1 disque souple) isbn : 2-7193-0464-6 ; 2-7132-0697-9
  • Mortaigne Véronique Musiques du Maghreb Éd. du Chêne, coll. « Notes de voyage », Paris, 2002, 95 p. (+ 1 CD audio) isbn : 2-84277-290-3
  • Poché Christian Musiques du monde arabe. Écoute et découverte Institut du monde arabe, Paris, 1994, 64 p. (+ 1 CD audio) isbn : 2-906062-66-9
  • Poché Christian La Musique arabo-andalouse Cité de la musique / Actes Sud, Paris / Arles, 1995, 159 p. (+ 1 CD « Musiques du monde ») isbn : 2-7427-0501-5
  • Poché Christian, Lambert Jean Musiques du monde arabe et musulman. Bibliographie et discographie Geuthner, Paris, 2000, 405 p. isbn :2-7053-3671-0
  • Rouget Gilbert La Musique et la Transe. Esquisse d'une théorie générale des relations de la musique et de la possession Gallimard, coll. « Tel », Paris, 1990, 621 p. isbn : 2-07-072010-1
  • Rovsing Olsen Myriam Chants et danses de l'Atlas. Maroc Cité de la musique / Actes Sud, Paris / Arles, 1997, 160 p. (+ 1 CD audio « Musiques du monde ») isbn : 2-7427-1050-7
    Salvador-Daniel Francisco Musique et instruments de musique du Maghreb La Boîte à documents, Paris, 1987, 175 p. isbn : 2-906164-3
  • Samrakandi Mohammed Habib, Zagzoule Mokhtar Rihla, traversée. Musique du Maroc Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2001, 195 p. (+ 1 CD audio) isbn : 2-85816-573-4
  • Shiloah Amnon La Musique dans le monde de l'islam. Une étude socio-culturelle (trad. Christian Poché) Fayard, coll. « Les chemins de la musique », Paris, 2002, 409 p. isbn : 2-213-61201-3
  • Tenaille Frank Le Raï. De la bâtardise à la reconnaissance internationale Cité de la musique / Actes Sud, Paris / Arles, 2002, 187 p. (+ 1 CD audio « Musiques du monde ») isbn : 2-7427-3824-X
  • Vigreux Philippe La Derbouka. Technique fondamentale et initiation aux rythmes arabes Édisud, Aix-en-Provence, 1999, 176 p. isbn : 2-85744-229-7
  • Virolle Marie La Chanson raï. De l'Algérie profonde à la scène internationale Karthala, Paris, 1996, 216 p. isbn : 2-86537-637-0

Rebab.jpg


Notes et références de l'article

  1. ↑ en arabe (Al Aqsa  signifie l’occident le plus éloigné)
  2. ↑ Parmi les différents styles musicaux Grecs, ils existent des chansons que l’on appelle Rébétika. Ce sont des chansons simples, que chantaient il y a très longtemps les gens simples, pauvres du peuple. Selon les informations que l’on a retrouvé, les premières chansons de style Rébétika sont apparues vers la fin du 19e siècle, même si personne ne sait exactement. On dit par contre que ces chansons sont nées dans les régions du vieux Athènes, à Constantinople, à Evroupoli (île de Syros aujourd’hui), à Alexandrie, et Thessalonique.
  3. ↑ Rap qui s'inscrit d'abord comme un mouvement révolutionnaire en musical noir, mais qui dans le contexte marocains pourrait rapprocher de la culture africaine dont se réclame le mouvement hip-hop de manière générale.
  4. http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=46657 En ce sens que les islamistes tiennent le haut du pavé dans les facultés marocaines, sans pour autant convaincre une grande partie d'une jeunesse estudiantine attirée par la culture occidentale. Sur les pelouses des campus de Casablanca cohabitent, tant bien que mal, les adorateurs du cheikh Yassine et les fans de hip-hop
  5. ↑ Haj Youness, oudiste dirige ce conservatoire de Casablanca. Il a procédé à la création d’une branche de la musique andalouse, dans le cadre de la préservation du patrimoine. Il a été ambassadeur de la culture marocaine aux Etats-Unis en 2003. Son talent exceptionnel a mérité la reconnaissance du Grand Mélomane Feu S.M. le Roi Hassan II, qui dans sa magnificence, lui a offert la récompense du Luth d’Or en 1983 et par la même occasion, l’a désigné comme compositeur attitré à l’Orchestre Royal Symphonique.En 2003, il a déclaré que le "hard rock n’est pas une musique'.
  6. ↑ Dirigé par Abdelaziz Benabdeljalil, un éminent musicologue, membre de l'Académie de la Musique Arabe, ayant déjà écrit plusieurs livres fondés sur des recherches dans le domaine musical

 

P1050646-copie-1.jpg

P1120609