Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Les musiques de Colombie

Les musiques de Colombie

http://img.over-blog.com/600x450/1/50/59/42/calligraphies/divers/divers/PICT3235.23134202.JPG

La Colombie est l'un des pays d'Amérique du Sud les plus métissés et même parmi les plus riches musicalement de la planète !

Lorsque que l’Amérique fut découverte le 12 octobre 1492 par Christophe Colomb, les indigènes possédaient déjà leurs musiques et leurs danses aux rythmes syncopés et de chansons langoureuses accompagné d'instruments primitifs. L'organologie de l'époque fait part de flûtes et autres instruments similaires.

Dès que les Espagnols s’établirent en Colombie fin des années du XV ème siècle, leurs puissance se fit chaque jour plus puissante. De nombreux artistes jouaient et chantaient la musique en espagnol, laquelle arrivait avec les influences musicale arabes qui étaient les colons de la péninsule ibérique. Voilà brièvement  où se situe l’origine de la musique colombienne ! Cette musique est mélancolique et d’une fraîcheur et d'une délicatesse extraordinaires.

Espanol_Currulao.jpg

La musique et la danse en Colombie est un véritable cocktail d'expressions issues des colons espagnols, des esclaves africains et des amérindiens qui ont joué un rôle fondamental dans la préservation du Patrimoine et de la culture populaire du Pays. Cet héritage culturel est souvent remémoré lors des nombreux festivals qui se déroulent dans toutes les régions de la Colombie. Les instruments de musique utilisés sont principalement les tambours (influence africaine), la harpe et le "cuatro" (petite guitare à quatre cordes) d'origine européenne. Les colons qui se sont établis en Colombie ont également pris une large part dans le développement de la culture musicale colombienne. 

C’est dans les villes  comme Carthagène dans la mer de Caraïbes que son sont développé les musiques les plus métissées de Colombie, puisant dans les musiques africaines, mais aussi dans la cumbia, le bullerengue, le son de negro, la chalupa, et qui ont été l'essence d'une musique afro-colombienne qui fait la fièreté du pays. Dans les années 1920 aura lieu une importante émigration vers les villes du Nord. La musique des palenque suivra les gens pour s'intensifier dans tout le pays. C’est dans les années 1970, qu’apparaîtra un nouvel acteur capital dans la diffusion de cette musique: les premiers sound systems locaux : les picos.

tambours.jpg

Maracas, et Tambours de "Bullerengue" nommés "Llamador" ("Tambour d'appel", à gauche), et "Alegre" ("Joyeux", à droite).

Le Professeur Enirto de Lima précise : que des musiciens allemands, français, hollandais, italiens et espagnols ont contribué efficacement au progrès de l’art musical colombien. Par exemple, l’hymne national colombien a été composé par un italien, Oreste Sindici ; diverses chansons et autres musiques très appréciées sont dues à des étrangers qui après avoir vécu en Colombie quelques années sont devenus plus colombiens que les nationaux, car les conditions caractéristiques des habitants sont sincérité et loyauté dans l’amitié, profonde hospitalité et grande noblesse de sentiments

Au sein de la bibliothèque nationale de Colombie, le Centre de Documentation Musicale a développé un site de cartographie des musiques traditionnelles nationale avec le soutien du Ministère de Culture : Il apparaît que la Colombie soit le seul pays d’Amérique du Sud qui soit à à la fois sur l’océan Pacifique et sur la mer des Caraïbes, qui passe des Andes à l’Amazonie et dont la biodiversité est reconnue comme l’une des plus riches de la planète en effet, chaque région possède ses propres danses comme ses propres cuisines qui se rythment de manière plurielles en fonction de leur situation géographique : merecumbé, porro, mapalé, currulao, cumbia et valenato sur les côtes ; bambuco, pasillo, valse, bunde, guabina et sanjuanero à l'intérieur du pays ; joropo et galerón dans les plaines.

Les afro-colombiens ont par exemple fusionné à la champetta aux  rythmes de leurs tambours pour lui donner les lettres de noblesse et toute la saveur de la musique latine. Depuis, chaque année, une trentaine d'artistes afro-colombiens se disputent le titre de Roi de la Champeta, dans de légendaires duels musicaux parrainés par des Sounds Systems aussi puissants et téméraires que ceux de Jamaïque. Cette musique fait un tabac à Porto Rico, en République dominicaine et dans les autres îles, où elle règne en maître sur les pieds des danseurs les plus exigeants. Pourtant cette musique, qui est l'une des plus inventives de notre époque, reste l'une des plus méconnues du public européen.

La Cumbia

La cumbia est un genre musical et une danse né au xviie siècle sur la côte Atlantique de la Colombie et qui identifie le mieux la Colombie à l'Etranger. Cette musique entraînante pratiquée dans un premier temps sur la côte atlantique colombienne par des esclaves africains vers la fin du XVIIIe siècle. Les musiques Afro-Caraïbes de Colombie sont extrêmement variées, et les genres musicaux s'entremêlent. On peut citer entre autres dans les origines des musique africaine qui ont pu donner naissant tant à la cumbia qu'à la champeta:

  • Les "Bailes cantaos" ("danses chantées"): ce sont les manifestations les plus traditionnelles, composées de tambours, chants responsoriels et frappes des mains, et accompagnées de danses. Elles célèbrent la liberté, la vie quotidienne, la religiosité, la fécondité... On peut citer les genres "chalupa", "mapalé" et les chants brûlans du "Bullerengue", et enfin de "Lumbalu".

Plusieurs variations ont été développées à travers les années, mais les pas essentiels de cette danse dérivent directement des pas des esclaves dansant avec des chaînes et des boulets (Exemples: El Mundo et El Boga de Sonora Santenera, A Mover la Colita de Sonara DinamitaJuana la cubana de Fito Olivares)

La Champeta

Parmi les musiques urbaines, on compte la Champeta, aux rythmes venus du Palenque de San Basilio, des Congos (soukous) et des Antilles (zouk).  On fait vibrer la Champeta dans la rue grâce à d'énormes enceintes appelées "pico" (de pick-up). La Champeta est aujourd'hui un vrai phénomène musical et social, omniprésent sur toute la côte Caraïbe de la Colombie et représente un véritable phénomène culturel et un genre musical particulier en Colombie en identifiant le mieux la culture des descendants des esclaves africains dans la région de Cartagena de Indias en Colombie. La Champeta est une fusion musicale explosive de Sukus, de Mbaqanga associé aux brûlantes vibrations des Caraïbes (Rap-Ragga-Reggae, Compas haïtien, Soca et Calypso). Cette musique est apparue, il y a trente ans (il a été utilisé pour identifier une danse dans les années 1970 et un genre musical dans les années 1980),  à l'époque où quelques marins ont ramené les premiers disques africains à Carthagène, port de la côte Caraïbe colombienne.

Le Vallenato

La Carranga

La carranga est un genre musical issu de l'altiplano cundiboyacence, la région centrale de la Colombie, plus précisément dans le département de Boyacá dans les anées 1970.

Cette musique traditionnelle s'est développée et a pris son essor principalement grâce au vétérinaire colombien Jorge Veloza. La carranga est interprétée à l'aide d'une guitare, du tiple, du requinto et de la guacharaca. Les thèmes des paroles font largement allusions  à la vie paysanne, à l'écologie, mais aussi en étant l'expression de la critique de la société colombienne. Depuis que la carranga a été connue et appréciée des habitant des principales villes du pays, de nombreux groupes l'ont interprétée, de telle sorte qu'aujourd'hui on trouve par exemple des groupes de musique qui vont jusqu'à créer une fusion comme le carranga-rock comme le titre "Velo de Oza".

Le Joropo

Le joropo est un genre musical traditionnel originaire à la fois du Vénézuela et de Colombie qui utilise comme instrumentation la harpe, le cuatro, les maracas et la guitare. Ce genre intègre des influences africaines et européennes. C'est au début du XVIIIème siècle que les "llaneros", habitant la région des llanos, commencèrent à utiliser le mot “joropo” au lieu du mot "fandango", qu'ils utilisaient jusque là pour désigner leurs musique et danse.

On distingue trois types de joropo: le joropo llanero, le joropo central, et le joropo oriental.

  • Le joropo llanero se joue avec une harpe aux cordes de nylon, une bandola llanera, un cuatro, et des maracas.
  • Le joropo central se joue avec une harpe aux cordes en métal, des maracas, et le chant.
  • Le joropo oriental intègre des instruments supplémentaires, comme la guitare, la mandoline, la bandola oriental et parfois l'accordéon.
Currulao

La côte pacifique colombienne est caractérisée car c'est une région a dominante noire; le currulao est la principale danse de cette région. Elle est d'origine africaine et dérive exactement de la culture des esclaves qui ont été amené sur la cote pacifique . Cette danse, ce n'est pas proprement une danse de couple parce que le couple de danseurs ne se prend jamais par la main.

 
Guabina Chiquinquirena
 L’origine du mot Guabina n’est pas exactement connue. On pense que le nom a été pris du nom d’un  poisson des plaines, très apprécié pour sa viande. On dit aussi d’un homme simple (humble) qu’il est  "guabina". 
Cette danse représente la pudeur et l'innocence des femmes des hauts plateaux qui, quand les hommes leur font la cour, se jouent d’eux avec une mantille (sorte châle typique de ces régions froides) et une corbeille de fleurs. C'est une danse d’origine européenne, avec des adaptations locales très prononcées qui nous laisse imaginer la rigueur du climat de ces régions. Nous savons qu'au XIXème siècle, la Guabina était une danse populaire poursuivie par le clergé antioqueño et par les notables.

Le Guabina est une danse de la région andine. On la trouve dans les départements de Santander, Boyacá, Tolima, Huila et Antioquia. Les mélodies diffèrent quelque peu d’un département à l’autre, mais le rythme reste le même.

Cette danse représente la pudeur et l'innocence des femmes des hauts plateaux qui, quand les hommes leur font la cour, se jouent d’eux avec une mantille (sorte châle typique de ces régions froides) et une corbeille de fleurs. C'est une danse d’origine européenne, avec des adaptations locales très prononcées qui nous laisse imaginer la rigueur du climat de ces régions. Nous savons qu'au XIXème siècle, la Guabina était une danse populaire poursuivie par le clergé antioqueño et par les notables.

Sanjuanero

Le Sanjuanero caractérise la conquête du courtisant à sa bien aimée et de l'idylle qui précède la romance. Entre d'autres temps, l’homme utilisait cette danse pour être près de la femme qu'il aimait et pour concrétiser les fiançailles durant la fête. Le Sanjuanero est une danse traditionnelle, l’une des danses les plus populaires de la Colombie, né des fêtes de la Saint Pierre et de la Saint Paul que l’on voit se danser dans les régions de Tolima et de Huila. Son rythme est dérivé du Bambuco qui est une autre danse de la région andine. Le Sanjuanero est une création plutôt moderne dans sa structure musicale et chorégraphique puisqu'il élimine quasiment le pas traditionnel du Bambuco. Les pas sont formés par une abondance de croisements, de rapprochements et de tours. Les vêtements se sont aussi transformés avec le temps pour adopter des couleurs très voyantes.

Le Sanjuanero caractérise la conquête du courtisant à sa bien aimée et de l'idylle qui précède la romance. Entre d'autres temps, l’homme utilisait cette danse pour être près de la femme qu'il aimait et pour concrétiser les fiançailles durant la fête.

Le Sanjuanero est une danse traditionnelle, l’une des danses les plus populaires de la Colombie, né des fêtes de la Saint Pierre et de la Saint Paul que l’on voit se danser dans les régions de Tolima et de Huila. Son rythme est dérivé du Bambuco qui est une autre danse de la région andine. Le Sanjuanero est une création plutôt moderne dans sa structure musicale et chorégraphique puisqu'il élimine quasiment le pas traditionnel du Bambuco. Les pas sont formés par une abondance de croisements, de rapprochements et de tours. Les vêtements se sont aussi transformés avec le temps pour adopter des couleurs très voyantes.

El bambuco

Le bambuco, une musique traditionnelle colombienne d'origine andine hérité de la culture quechua, qui était généralement interprété par les artisans de céramique ; selon cette hypothèse le mot bambuco dériverait étymologiquement de wampu (petite embarcation, radeau) et puku (récipient) en donnant wampu puku (récipient en forme de petite embarcation). À l'arrivée des Espagnols, suite au manque de compréhension de ces derniers, la prononciation s'est transformé en wampuku puis en Bambuco prononciation communément admise de nos jours. Il existe une polémique face à une autre signification possible, selon d'autres sources, le préfixe ku aurait un sens possessif. Cela voudrait dire que très probablement le mot Bambuco dériverait de wampu kuqui signifie canoeros, cela impliquerait que ce sont les canoeros indigènes quechuas colombiens qui ont inventé le bambuco. Cette musique a accompagné les troupes de libération dans tous leurs déplacements, dans leur recherche et dans la lutte pour l'indépendance des 5 nations andines, rappel constant des origines néogranadines (donc colombiennes) des troupes du libérateur Simon Bolivar. Un aperçu de ce qu'a représenté cette musique pour la liberté colombienne peut être consulté sur le site web http://www.banrep.gov.co/blaavirtual/letra-s/site/67.htm. Selon lui : Bambuco = Liberté pour les cinq patries latino-américaines.

La musique Marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien

La musique Marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien font partie du patrimoine des groupes afro-colombiens des départements de Valle del Cauca, Cauca et Nariño. Le chant des femmes et des hommes (cantadoras et chureadores) se mêle au son des instruments acoustiques fabriqués à la main avec les matériaux locaux : le bois de palmier pour les Marimbas, le bois et le cuir pour les tambours graves et joués à la main, et le bambou et les graines pour les hochets. Cette musique se joue principalement au cours de quatre rituels : Arrullo, Currulao, Chigualo et Alabao. L’Arrullo est un rituel de vénération des saints que dirigent les femmes qui préparent les saints, les bougies et les autels et interprètent des chants au son du tambour et, à l’occasion, des Marimbas. Le Currulao (ou danse Marimba) est un événement festif. Les hommes jouent de la Marimba et interprètent des chants profanes, tandis que les gens chantent, dansent, mangent, boivent, et racontent des histoires. Le Chigualo est une veillée qui suit la mort d’un petit enfant. Le corps est recouvert de fleurs et des chants a cappella sont exécutés autour du défunt. L’Alabao est la veillée funèbre d’un adulte où l’on chante aussi a cappella des chants extrêmement tristes.

La connaissance musicale de ces traditions se transmet oralement de génération en génération, les jeunes exécutants étant guidés par des musiciens plus expérimentés. Avec un fort pourcentage de la population afro-colombienne de la région ayant émigré vers les zones urbaines au cours des dernières décennies, son patrimoine musical demeure une source importante d’identité communautaire, que ce soit dans ses villages d’origine ou en ville. (Source Unesco).

La salsa

Cette musique est issue d'un métissage afrocaribéens de plusieurs styles musicaux et de danses qu' s'y sont rattachées. La salsa se diffuse en Colombie (patrie de la Cumbia et du Vallenato, et de très nombreux rythmes également avec : Joe Arroyo, Fruko, Yolanda Rayo…) .

Musiques actuelles

Le Hip-Hop colombien est présent, avec par exemple le Colectivo Mariamulatas Callejeras, un des groupes les plus actifs de la ville caraïbe de Cartagena. 

Les Musiques Afro-Caraïbes prennent de nos jours de nouveaux chemins, avec par exemple l'Electro-Hip-Hop du Systema Solar ou encore le reggaeton et une danse qui s'appelle el baile del choque. Enfin, la jeunesse est férue de pop avec sa star internationale Shakira.

Côté rock, le groupe Los Aterciopeladios est une valeur sûre à découvrir.

 

 

Références

  • Burton, Kim. "El Sonido Dorado". 2000. In Broughton, Simon and Ellingham, Mark with McConnachie, James and Duane, Orla (Ed.), World Music, Vol. 2: Latin & North America, Caribbean, India, Asia and Pacific, pp 372–385. Rough Guides Ltd, Penguin Books. ISBN 1-85828-636-0

Liens externes

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/09/Shakira_Rio_02.jpg/401px-Shakira_Rio_02.jpg

Voir aussi