Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Taroudant, capitale rayonnante du Souss

Taroudant, capitale rayonnante du Souss

CarteSiteThouareg.jpg

 

Taroudant est la capitale rayonnante du Souss, au sud du Maroc, plus exactement à 80 kilomètres de la station balnéaire d'Agadir. Taroudant est en effet l'une des plus vieilles cités du pays : sa création remonterait à une période antérieure à l'occupation romaine. Les remparts couleur ocre et cuivre du 16ème siècle, imposants de beauté, au son du frémissement des palmiers donnent à cette ville sa douceur et son charme particulier.

L'origine de ce nom berbère Taroudant est énigmatique. Certaines légendes associent ce nom à une princesse syrienne qui s'est installée dans la région et qui portait le nom de «la Reine Roudana», tant que d'autres l'expliquent par la phrase berbère «Taroua ddante» qui veut dire «Les enfants ont été emportés par l'eau» que cria une femme berbère qui faisait sa lessive au bord du fleuve quand les crues emportèrent ses enfants. Taroudant est une ville très calme. Objet de convoitises de divers pouvoirs, Taroudant connaît une période de prospérité au cours du XVIème siècle.

 

 


Elle devient en effet une capitale de la dynastie des Saadiens, dirigée alors par Mohammed ech-Cheikh qui donne à cette ville la fonction stratégique de point de départ des attaques en direction des Portugais, alors en place à Agadir.

Connue dès l'Antiquité, l'Histoire est là pour témoigner du passé de la ville avec ses murailles de pisé et ses cinq portes surmontées de tours cassées qui remontent au XVIIIème siècle. Au début du 20ème siècle, la ville fut un bastion de l'anti-colonialisme, se rebellant contre les colonisateurs français.

Une mention particulière revient à ses habitants, doués eux d'urbanité. Promenez-vous dans les rues et vous n'aurez jamais le sentiment d'être seul ou étranger. Chacun aura à cœur de vous saluer et de vous proposer un verre de thé. Vous vous sentirez même enfant du pays. Hassan El Wazzan, plus connu sous nos latitudes sous le nom de Léon l'Africain avait remarqué lors de ses voyages que les habitants de Taroudant, sont « gens pacifiques qui n'offensent jamais leurs voisins ».

 


Taroudant se transforme alors un site d'importance où l'on échange des produits de première nécessité comme le coton, le riz ou le sucre. Capitale agricole, champs et vergers rivalisent malgré une terre aride et pour laquelle tous les soins sont apportés. L'on y trouve le citron, (La verdoyante vallée du Souss abrite également de vastes cultures de primeurs et d'agrumes) l'olivier ; Taroudant est surtout connue pour ses arganiers et son huile fameuse, (en effet un peu partout ont fleuri des coopératives d'argane qui ne pousse que dans le sud-ouest du Maroc). En saison sèche, vous pouvez admirer le tableau pittoresque des chèvres grimpant aux arbres pour en dévorer les fruits. Une huile d'une grande qualité nutritive et cosmétique est dérivée de ces noix. l'huile d'amande douce, le miel. C'est que, avant d'être connue pour son agriculture, cette cité était signalée comme un centre urbain d'une grande civilisation. Après avoir admiré les couleurs des épices, des vêtements et des fleurs du marché berbère, vous serez frappé par le bleu indigo des vêtements des femmes rappelant celui des hommes du désert qui fréquentèrent longtemps Taroudant au temps des caravanes.

n1314902984_234342_2766.jpg

Une atmosphère singulière y règne à telle enseigne que l'on croirait la Nature faite par un peintre. Elle est le point de ralliement du Sahara, du Souss et de Marrakech. Une ville piétonne de 60 000 âmes (tout de même). Des rues étroites empêchent la circulation auto. Beaucoup de vélos, des calèches (ville surnommée "Petite Marrakech"). Un spectacle permanent dès 18 heures dans les rues. Une ville calme et religieuse assez fière.

Cette ville encore a donné au pays tout entier, une pléthore de gens lettrés, médecins, savants, tous gens de bien assurant ainsi la pérennité de la ville.

Pour le visiteur de la ville qui aime découvrir l'énigme de ses secrets, il sera parmi les chanceux, pour voir à ces cinq portes principales, ses autres portes crées par la municipalité, ses deux principales places, ses boulevards et ses rues, comment le mouvement de la femme ouvrière active la circulation dans la ville avant le levé du jour. Les hommes retournent à la maison après la prière du bon matin. Après le petit déjeuner l'activité règne dans toute la ville, cafés, hôtels, boutiques et ateliers artisanaux. Le visiteur découvre Taroudant en plein jour où l'activité des passagers en mouvement partout dans la ville.


 

Dakka Roudania et rythmes soussi

Si j'ai intitulé l'article Taroudant, don de Dieu, c'est que le musicien que je suis, épris de Taroudant, connaît le tribut de la ville à la Musique. Cette cité regorge de grands noms dans des registres différents et ce ... malgré l'absence de Conservatoire de musique !

 

A chaque fois que vous pénétrez dans l'enceinte de la ville, vous sentez l'âme d'un festival régner et pourtant il s'agit le plus souvent de groupes répétant dans un esprit d'émulation très fort, que l'on appelle communément « Deka roudania ». La Dakka Roudania est une discipline traditionnelle pratiquée par les corporations de tanneurs. Originaire de la région de Taroudant, la Dakka, qui signifie "frappe" repose essentiellement sur le rythme (percussions claquements de main). Elle laisse aussi sa part à la danse et au chant, dont les paroles sont un magnifique ensemble de vers réunis en un poème l'"Ayte" (le cri). Fusionnée avec de nouveaux rythmes, ce genre musical a pris aujourd'hui des formes modernes.

Aujourd'hui, des groupes musicaux, « dekas », sillonnent nombre de pays, arborant ainsi l'étendard de Taroudant. Signalons parmi eux, le rôle prédominant de Smaïl Askaro. Il y a Hmadcha, le Malhoun qui a laissé à Taroudant, une empreinte particulière unique appelée « El Greha El Beldia ».

 

Othman Sassi

 

La première édition du Festival de "Dekka Roudania et rythmes soussi" s'est déroulé lieu du 12 au 14 mai 2005 à Taroudant, à l'initiative de la délégation du ministère de la Culture. Organisée en collaboration avec les conseils municipal et provincial de la ville, cette manifestation culturelle connaît depuis lors la participation de plusieurs troupes de l'art de Dekka représentant les villes de Marrakech, Essaouira et Demnat. Ces troupes interprètent une panoplie de genres artistiques rythmiques similaires à l'art de Dekka à Taroudant, berceau de ce genre musical traditionnel ancré dans la culture de la région.

 

Il ne s'agit plus ici de parler simplement de chanson mais de la poésie écrite du Melhoun. Des poètes, il y en eut beaucoup avec une pensée particulière pour El Hadj Omar Bouri.

Les habitants eux-mêmes, « mouhoubines », doués du don de Dieu, vivant dans une nature généreuse, portent naturellement en eux un peu de l'âme des poètes ; Si je devais laisser courir ma plume, il me faudrait écrire plusieurs ouvrages afin de vous laisser apercevoir tous les trésors de cette ville.

J'ai voulu écrire cet article pour tous ceux qui ne la connaissent pas encore (Marocains hors du Maroc et étrangers) afin de vous faire partager et vivre les sentiments que Taroudant procure, afin de vous sentir Citoyen du Monde.

 



Personnalités musicales originaires de Taroudant et sa région

El Hadj Omar Bouri, poète du malhoun et mélomane à Taroudant

El Hadj Omar Bouri (né en 1940 à Taroudant) est un brillant homme de culture marocain vivant et travaillant à Taroudant. Il est complètement investi dans le travail de l'agriculture et de la boucherie. C'est lui qui approvisionne les étals de la ville. Mais c'est aussi et surtout un Poète du Melhoun qui figure parmi les plus connus dans ce genre. L'homme encourage tous les jeunes de la ville à s'intéresser à tous les registres musicaux, à la musique en général.

Ammouri M'Barek ou Ammouri Mbark

Ammouri M'Barek ou Ammouri Mbark, né en 1951 à Irguiten, au pied du Haut-Atlas, près de Taroudant est un compositeur, chanteur et musicien marocain d'origine amazigh qui connu la gloire dans les années 70 pour avoir innové la musique amazigh.

Les Roudanyates - Ensemble des femmes de Taroudant

Ahmed Soultan

Chanteur et compositeur marocain d'origine berbère qui représente la nouvelle scène marocaine tout droit issu du mouvement Nayda. Il est capable de passer de la groovy à la musique arabe urbaine, hip-hop, rap, raï et de soul. Au sens large on peut dire que c'est de l'afrobian soul music lié à l'africanité du chanteur.

Fatéma Chelhala

Originaire de Ouled Teima, Fatéma Chelhala première femme chauffeur de taxi blanc dans la région de Taroudant. Cette vedette d'Ahwach de Houara sait concilier entre sa passionet son devoir de femme au foyer. Présidente de l'Association des arts populaires à Taroudant, elle a accompagné sa troupe composée de 17 membres lors de multiples tournées à l'étranger. Des voyages qui l'ont menée en France, en Italie, en Belgique - Portrait d'une artiste dévouée.

163062 1647496501190 1050260229 31644367 3606734 n

Asmae Lazrak


Sources

Moussems

 

Moussem

Date PROBABLE

Cercle de Taroudant

Douar oumeslahhte

Sidi Amer ou haroun

13  février

Commune de tassagdalt

Sidi Mbark Ben Ali Moul Argana

2éme jeudi de mars

Souk el tleta

Tirredine

15 juillet

Souk sebt bikoudine

Bikoudine

19 juillet

Souk el tleta

Sidi Brahim Amer

29 juillet

Douar Sidi Moussa

Sidi Moussa

août

Douar Aghroum

Lalla Aicha

19 août

Douar Tascala

Sidi Ali Arbal

26 août

Ait Abdallah

Douar Assaka

Dernier jeudi d’août

Douar Tafilalet

Tafilalet

Fin août

Douar El Mouya

Sidi M’Barek

3éme jeudi d’août

Douar Abdallah ou said

Sidi Abdallah ou said

17 septembre

Zaouia Tamsoul

Sidi Brahim Ben Abdallah

1er jeudi d’octobre

Douar Tinzerte

Aghzou Abba Hammou

(moussem israëlite)

13 décembre

Cercle d’Inezgane

Commune de Tassagdalt

Lalla Taalet

2éme jeudi de mars

Soul El Had Belfaa

Sidi El Ouali

2éme jeudi de mars

Douar Taddart (25 km)

Ouazgag

Fête du Mouloud

Commune d’Aïtouadrim

Sidi Brahim ou Ali

1er jeudi de mai

Douar Aït Cherif

Sidi Azal

2éme jeudi de mai

Douar Ouklorib Allal

Sidi Ali Ben Abderrahman

1er jeudi de juin

Ksima Mesguina

Sidi Bouchaib

Début juin

Tnine Cheikh Brahim

Sidi Mohamed Chichaoui

Dernier jeudi de juin

Douar Aïn El Nekhla

Sidi M’Hammed Ben Amar

Dernier jeudi de juillet

Souk Tananz

Aït Sidi Ali  Ahmed

1er aout

Douar Tnine Taffoukt

Sidi Idder

1er jeudi de septembre

Souk sebt Aït Milk

Sidi Said ou Messaoud

2éme jeudi de septembre

Agadir centre, marabout de l’ex-Founty

Sidi Bouknadel

13 septembre

Tamri

Sidi M’hand Ouchen

2éme quinzaine de septembre

Tazzekane, commune de Tannalt

Sidi Said D’oujou

1er octobre

Sidi Moussa

Sidi Moussa

3éme jeudi d’octobre


Article connexe