Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Haj Omar Bouri, poète du melhoun de la medina de Taroudant

Haj Omar Bouri, poète du melhoun de la medina de Taroudant

Le Malhoun est un art spécifique à la tradition marocaine depuis la période de la dynastie almohade (1147-1269) dérivant de la muwashah et le zéjal et qui s'est ancré dans les villes de Fès, Meknès, Marrakech, Rabat mais surtout à Tafilalt. Le malhoun de Taroudant est surtout connu sous l'appellation dakka Roudania...Le malhoun est une forme ancestrale de poésie chantée. C'est une des formes les plus élaborées de versification en  arabe dialectal marocain qu'on appelle darija. Le centre premier du malhoun est selon l'avis des spécialistes, la région de Tafilalet. De là sont issus les grands poètes qui en émigrant vers les grandes villes du Maroc, permirent à cet art de rayoner et se développer avec le soutien d'un corps d'artisans et de métiers d'art. Les poètes anciens avaient puisés dans une riche civilisation, elle même fruit des multiples liens entre le terroir et le patrimoine arabo-musulman.

      17012010311-1.jpg

Haj Omar Bouri الحاج عمر بوري (né en 1940 à Taroudant) est un brillant homme de culture marocain, poète et musicien vivant et travaillant à Taroudant. Autodidacte, il devient l'une des figures de proue du malhoun au Maroc depuis les années 80. Sa réputation n'est plus à faire, il a  d'ailleurs été récompensé par les plus grandes instances académiques et artistiques de son pays. L'appel du Printemps est l'un des textes le plus aimé de cet homme. Mais l'homme brasse tous les styles, ce qui lui a permis de découvrir la nature humaine. 

Avec le chanteur Driss ben Saïd et ses musiciens

 
Biographie
Né à Taroudant, il y grandit au sein d'une famille de musiciens  et fut bercée dans le malhoun, depuis  sa plus tendre enfance (son père et son oncle, amis et avant eux, son grand père qui fut aussi un brillant chanteur de malhoun qui appartenait à la troupe soufie Dar Dmana).

C'est auprès du soufi Moulay Ahmed Jilani El Kadiri (fils de Moulay Abdelkader Jilani qu'il apprend cet art ancestral. Mais les maîtres qui l'ont influencé sont très nombreux.

Il  exerce dans sa ville natale différents métiers dont celui de boucher, et c'est dans les années 60,  qu'il émigre en France (1962-1963) et en Belgique (Genk et Winterslag entre 1963 et 1967) où il travaille dans les mines de charbon en Campine.  Dès son retour en France, il fréquente les orchestres et chante le malhoun. Rien ne disposait ce fils de boucher et boucher lui même allait devenir un poète qu'on étudie dans les universités. Les poésie de Haj Omar Bouri parlent d'amour, du roi, mais aussi de politique, et de sport. C'est la vie et les gens qu'il chante. Le malhoun est l'expression par excellence qui a toujours reflété les différents aspects de la vie quotidienne.

Peu de gens savent que Monsieur Bouri fut dès 1956,  un brillant coureur cycliste au Maroc  (Hassania d'Agadir) et actif au sein de la Fédération marocaine du cyclisme) ce qui l'amène a composer une qasida en hommage au sport.  Il remporte même un prix face à des Marocains et à des français. Du prix du cyclisme dans ses années de jeunesse au prix de la Poésie.

Cet homme  fut un membre du  Parti de l'Istiqlal (en arabe حزب الإستقلال, en français, « Parti de l'indépendance ») qui est l'un des partis politiques marocains ayant joué un rôle prépondérant dans le paysage politique marocain et qui constitue le soutien principal bien que remuant du premier gouvernement marocain post-colonial.est complètement investi dans le travail de l'agriculture et de la boucherie. C'est lui qui approvisionne les étals de la ville. Mais il demeure un Poète du Melhoun qui figure parmi les plus connus du genre.

Aujourd'hui père de 7 enfant, l'homme encourage tous les jeunes de la ville à s'intéresser à tous les registres musicaux, à la musique traditionnelle  en général. Ainsi, Othman Sassi (né en 1986, à Taroudant), un jeune chanteur marocain apprend le melhoun dès son enfance auprès de lui et collabore avec le cheikh à la fondation de l'Association Dakka Roudania qui promeut notamment la dakka, une transe basée sur le rythme traditionnel des tanneurs et deviendra également le secrétaire général de ladite association.



Une fillette nommée Ahlam de 11 ans est également une de ses brillantes jeunes étudiantes.


Saïd el Meftahi dit de lui : Si cet homme au grand, coeur ne vivait pas à Taroudant la bien-aimée, je n'aurais jamais connu cette ville de l'intérieur, comme je la connais à travers Omar Bouri. Il est impossible d'évoquer Taroudant sans parler d'Omar Bouri et vice-versa.

Il est l'auteur de textes autobiographiques mis en poésies...retenons celui mis en musique qui est dédié au sport, et celui dédié au Pèlerinage et au Prophète Sidna Mohamed, car tous les sujets sont permis dans l'art du melhoun.

Omar Bouri a écrit dans son diwan plus de 250 poésies. Saïd el Meftahi en a utilisé quelques unes enregistrées à la Radio marocaine.  Cet homme toujours à l'écoute fait régulièrement l'objet d'interview et aide les étudiants et les chercheurs à comprendre ce qu'est le malhoun. Ce que Haj Omar Bouri demande à la vie, c'est la quiétude de l'esprit et la modestie chez les êtres...

8-9/01/2010 : Journées d'étude nationale sur l'art du Malhoun

Le maître de Malhoun Haj Omar Bouri de Taroudant interprète la qassidat Dekaدقة الرودانية


2204522457_small_1-1.jpg

942567_593925150639886_1606596047_n.jpg