Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Sefrou

Sefrou

fes.gif

Sefrou (en arabe :صفرو) est une belle petite ville du Maroc située à 28 km de Fès, en aval du Moyen Atlas qui appartient à la province portant le même nom et qui appartient à la région Fès-Boulmane. Érigée en Municipalité, depuis 1917, cette ville a été élevée au rang de chef-lieu de la nouvelle Province de Sefrou au 1er janvier 1991 qui compte 23 communes (5 municipalités et 18 communes rurales). Sefrou est traversée par un fleuve qui s'appelle "oued Agay" avec sa cascade et ses lacs qui offre une beauté touristique à ne pas manquer.

http://www.nimbustier.net/photos/2009/03/b/2009-03-14-054.jpg

(source de la photo)

Histoire

Le nom de la ville tient de la tribu berbère des Ahel Sefrou, convertie au judaïsme. Sefrou occupait au début de l'ère islamique les parages de l'oued Aggai et de la rivière qui porte aujourd'hui le nom d'oued el Yhoudi.

Après la fondation de Fès (IXe siecle), Moulay Idriss réussit à convertir les habitants de la cité qui s'appelait alors Habouna. La ville, qui avait déjà quelque importance au XIIe siecle grâce à sa situation entre Fès et le Tafilalet, se développa encore un siècle plus tard lorsqu'elle reçut une importante colonie israélite venue du Tafilalet et du sud de l'Algérie. En 806 la ville de Sefrou a été construite par Alamir Almasouri.

58576_1491969376907_1164204656_31222275_7075278_n.jpg

La ville ancienne, ceinte d'un rempart (fin du XVIIIe siècle - début du XIXe siècle), est traversée par l'oued Aggai, aux crues souvent catastrophiques. Plusieurs, portes donnent accès aux différents quartiers qui entourent l'ancien mellah des juifs. Des l'entrée, les nombreux balcons témoignent d'une longue présence juive. A côté de la mosquée de Chebbak, située en bordure de l'oued, la zaouia de Sidi Lahcen ben Ahmed prétend détenir avec la localité d'Azzaba, voisine de Sefrou, le corps de ce saint personnage qui vécut au XVIIIe siècle.

325461 2338640463155 1164204656 32304177 352297119 o

326094 2338629142872 1164204656 32304168 2037495085 o

326936 2338652503456 1164204656 32304182 2026304639 o

 

 

 

Karim-004sefrou--1-.jpg

 

Page en mémoire de Karim Chaib, décédé à Sefrou le 23 février 2011 suite à l'agression policière dont il fut victime le dimanche 20 février

 

A voir

Les cascades de l'oued Aggai est un lieu de promenade pour les habitants de la ville qui viennent chercher à cet endroit un peu de fraîcheur pendant la saison chaude.

La koubba de Sidi bou Ali Serghin. Depuis ce lieu saint (on ne visite pas) construit à proximité de la source miraculeuse de Lalla Rekia, vue étendue sur Sefrou entouré de son tapis de verdure que l'on compare à une oasis sans palmier.

Ces lieux étaient autrefois le théâtre d'une étrange coutume: on y sacrifiait chaque année un bouc noir, une poule noire ou encore une poule de sept couleurs, ou un coq blanc. Le sang répandu dans l'eau de la source avait le pouvoir de guérir de la folie. On pratique encore, mais très rarement de nous jours cette coutume.

 

Artisanat

Ce qui faisait la force de l’artisanat sefrioui, c’était son intégration à la campagne et sa capacité de répondre aux besoins de la population rurale, sans que cette dernière soit obligée de s’en référer à Fès. D’où le foisonnement d’une série de métiers qui étaient fort prospères dans le temps, et qui ne sont à présent que de simples reliques du passé.

Parmi les petits métiers artisanaux exercés à Sefrou, on peux citer :

Les cordonniers : Ils constituent un secteur qui était traditionnellement animé par les juifs et dont le développement fait suite à l’extinction des babouchiers.

Le tissage est la branche artisanale la plus active qu’a connue Sefrou pendant sa période de splendeur. Elle était vraiment la marque authentique de sa civilisation urbaine, et le métier de darraz procurait non seulement de grands profils aux artisans, mais revêtait un grand prestige social, au même titre d’ailleurs que le métier de Kharraz.

 

Festivités

La ville est connue par la fête des cerises (Moussem de Heb Lemlouk). Les cerises de Sefrou et leur fête sont renommées dans tout le Royaume du Maroc et ce, depuis 1920.

Occupant une place particulière au cœur des Marocains, le Festival des cerises de Sefrou revient pour une 94e édition qui aura lieu du 19 au 22 juin. Organisé par le Conseil municipal de la ville, en partenariat avec la province et l’association «les Cerises», cet événement existe depuis 1920, chose qui en fait le festival le plus ancien du Royaume et l’un des dix premiers festivals au monde. À ce titre, il a été officiellement inscrit en 2012 au patrimoine universel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, devenant un symbole incontournable de la culture populaire marocaine. Le Festival des cerises de Sefrou doit, en effet, sa longévité à l’attachement des populations venant des différentes régions du Royaume à la recherche de moments uniques de festivité, d’authenticité et de convivialité. Son caractère populaire en fait une locomotive pour le développement de la ville de Sefrou. Il est destiné en premier lieu à promouvoir le patrimoine culturel de la capitale de cerises et à consolider son image touristique aux niveaux national et international.

Plusieurs organismes veillent et participent à l'organisation de la fête des cerises au début du mois de juin de chaque année. La fête des cerises n'est pas seulement une activité culturelle, mais c'est aussi une occasion pour exposer et vendre les différentes variétés de cerises cultivées dans l'oasis de Sefrou et ses environs.

Les cerises de Sefrou sont renommées dans tout le Maroc. La fête des cerises est l'occasion d'exposer et vendre les différentes sortes des cerises cultivées dans l'oasis de Sefrou et sa région. On peut assister à des des danses folkloriques. La fête débute le vendredi et dure 3 jours : danse, chants et processions avec la Reine des Cerises.

La cerise de Sefrou est l'Elbeldi, une cerisette noire et très sucrée à sa maturité. Ce fruit est très sucrée à sa maturité. Selon la tradition, sa queue aurait des vertus curatives. Mais cette variété a été victime de l'introduction de certaines variétés américaines qui vivent en symbiose avec un parasite, lequel a été fatal à la cerise locale. Des milliers de plans ont été arrachés vers la fin des années 1960. (source)

C’est pour fêter ce fruit, combien noble, que la ville a commencé, dès 1919, à célébrer son célèbre moussem chaque année à la fin du mois de mai ou début juin. Période qui coïncide avec la cueillette des cerises.

La cerise originelle qui est fêtée est ce que l’on appelle communément Elbeldi. C’est une cerisette noire et très sucrée à sa maturité. Même sa queue aurait des vertues curatives selon la vieille tradition séfriouie !

Un événement qui, au-delà de la cérémonie, qui a pour objectif d'attirer des investisseurs dans la confiture et la gelée… 

http://img.over-blog.com/300x400/1/50/59/42/Mohamed-el-fassi/autres/P1080369.jpg

Personnalités originaires ou liées à Sefrou

Jumelage

Liens internet