Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Zaouïa de Sidi Ahmed Tijani

Zaouïa de Sidi Ahmed Tijani

Les membres de cette importante confrérie soufie d'Afrique de l'Ouest viennent toujours de nos jours se recueillir sur le tombeau du saint, principalement à l'époque du retour du Pèlerinage à La Mecque.

Cette zaouïa a été fondée en 1781 à Abû-Samghûn à proximité du jardin Aïn Madhi par Ahmed Tijani.

Tijaniyya--1-.jpg

Ahmed Tijani fut  un mystique originaire de la tribu berbère Tijân de la région de Tlemcen en Algérie.

La confrérie Tijâniyya a connu sa plus grande expansion après la mort de son fondateur. Ce dernier s'était installé définitivement à Fès en 1798 jusqu'à sa mort en 1815.

Selon la tradition musulmane, Ahmed Tijani était en mesure de réciter le Coran dès l'âge de 7 ans et étudia les sciences dont les sciences islamiques. Dès 16 ans, et fut nommé mufti. Il étudie avec ferveur les sciences islamiques à l'Université Al Quaraouiyine de Fès. Il y étudia à plusieurs madhhabs : les écoles malékitechafiitehanbalite et hanafite. Il mémorisa les recueils de hadiths par cœur tels que le Sahih de Boukhari, Mouslim, les Sounans. Il perfectionna en Tunisie, notamment dans les règles strictes de la récitation coranique.

Le Cheikh soufi sidi Ahmed Tijani s'établit à Fès pour s'installer dans le quartier Blida de l'ancienne Médina de Fès (1150H/1737-1738), endroit où il décide de fonder et de construire sa célèbre Zaouïa. Elle devint l'une des plus célèbres et des plus éclectiques de l'histoire de l'Afrique et du Maghreb.

Si la fondation a eu lieu dans une région frontalière entre le Maroc et l'Algérie, l'implantation de cette confrérie allait se matérialiser avec la fondation de la première zaouïa tijânîe à Fès en 1801. C'est à partir de cette époque que cette confrérie a pu s'implanter en Algérie et surtout à Aïn Madhi, que le fondateur avait quitté pour Fès sous les pressions des gouverneurs turcs et d'une bonne partie des habitants de cette localité, en Tunisie et en Afrique subsaharienne.

De nos jours, les adeptes de la Tijâniyya sont nombreux dans le monde musulman. Le Sénégal a lui seul compte des millions d'adeptes partagés entre deux obédiences : la Tijâniyya Niassène qui a son foyer et son lieu de pèlerinage à Kaolack et la Tijâniyya héritière d'El Hâjj Malick Sy (m. 1922) et son pèlerinage de Tivaouane en plein pays wolof.

Ces deux obédiences restent attachées à la zaouïa de Fès, et ce malgré les concurrences et les divisions qui existent entre elles..

L'introduction de la Tijâniyya en Afrique de l'Ouest s'est propagée par le biais des Tijânîs marocains, mauritaniens et surtout de ses figures emblématiques M. al-Hâfed (m. 1830), le peul al-Hâjj ‘Umar (m. 1864) et les Marocains Akansûss ; Tayeb Sufyânî et A. Skîrej (m. 1944). La Tijâniyya s’est implantée en Afrique entre 1830 et 1880, mais c'est surtout à l'époque coloniale où elle a connue son essor.

tombeau.jpg