Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
"Vengo" de tony Gatlif et le flamenco soufi

"Vengo" de tony Gatlif et le flamenco soufi

La culture andalouse de la région de Séville dialogue sans cesse avec les chants et les danses arabes qui ouvrent le film. Et les moments de musique nous suspendent véritablement à l’éclosion de la fête. Ils donnent cette émotion de l’improvisation, ces jeux de regards, de souffle, jeux de mains entre les gens d’où surgissent mélodie et communion dans la mélodie. Dans ces moments on est fasciné par l’âpreté du canto hondo, le chant profond qui monte depuis les entrailles jusqu’à la bouche pour projeter dans l’air les blessures de l’âme gitane espagnole, amoureuse du sacrifice. Ces moments auxquels le chant arabe répond sont des points d’embrasement où Vengo est illuminé par son propos.

L'univers de Tony Gatlif, les gitans, le flamenco est porté à incandescence : « Vengo, c’est d’abord cela : un cri, un chant, un hymne à la vie, à l’amour, au deuil, au pacte du sang. Un hymne à la Méditerranée. » (Tony Gatlif). Une bande sonore extraordinaire qui scande la montée dramatique dans cette histoire digne d'une tragédie antique, dans ces moments, on est fasciné par l’âpreté du cante jondo, le chant profond qui monte depuis les entrailles jusqu’à la bouche pour projeter dans l’air les blessures de l’âme gitane espagnole, amoureuse du sacrifice. Les musiques sont de Tony Gatlif, Cheikh Ahmad al-Tûni, La Caïta, Tomatito.

 


Vengo flamenco soufi
envoyé par meriemfr2000. - Les dernières bandes annonces en ligne. 

"La musique fait partie du voyage. Le film est construit comme une transe, une montée vers la scène finale : une transe soufie cathartique. Les paroles des chansons sont comme le prolongement des dialogues. Et la musique vient soigner les âmes blessées.

La musique a son cheminement propre. Elle aussi fait la route aux côtés de Zano et Naïma pour revenir vers ses origines traditionnelles.La musique prend sa source chez Zano. Elle est urbaine, électronique, soutient un rythme tachycardique. Zano l’écoute fort, l’oreille collée à ses enceintes. En Andalousie, elle flirte avec le flamenco de la Macanita. Les jeunes gitans de la cité des Tres Mil Viviendas déchaînent la Carboneria, lieu mythique de Séville, où les jeunes du monde entier viennent à la fin de la nuit, se saouler au flamenco.

L’Afrique du Nord est une terre de haute spiritualité où le rapport à l’invisible, à l’enchantement du monde et à l’existence d’une transcendance est ancré dans les convictions et les croyances populaires : l’univers serait peuplé d’esprits qu’il s’agirait d’apprivoiser ou d’apaiser par des offrandes, et des témoignages de respect. La confrérie soufie est à la fois spirituelle et thérapeutique. Elle pratique des rituels de guérison fondés sur l’apaisement des relations entre les entités secrètes et les humains possédés.

Parmi ces rituels, le plus spectaculaire est celui de la transe : c'est à ce moment-là que l’individu s’échappe de lui-même. Il puise la force de dépasser ses inhibitions, ses peurs et ses frustrations. Dans le film, la transe a été organisée autour d'une véritable cérémonie. Les musiciens de tous horizons ont joué sur un rythme binaire et non pas ternaire, comme c’est le cas dans leur culture musicale. Ce rythme binaire est celui de l’Occident. Il était plus adapté à Zano et Naïma, pour entrer dans la transe."

Tony Gatlif