Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Un jeune de Salé (Maroc) remporte le Prix de Flore

Un jeune de Salé (Maroc) remporte le Prix de Flore

http://www.al-bab.com/arab/images/taia1.jpg

Une récompense bienvenue, à l'évidence, pour le jeune écrivain marocain Abdellah Taïa pour son son roman les jours du Roi qui se déroule au le Maroc de Hassan II.  

Le héros et narrateur du livre vit seul avec son père. Sa mère est partie, ce qui a démoli le père. Le garçon hait et admire à la fois cette femme indigne, mais libre. L'adolescent, pauvre, a un ami de son âge, fils d'une riche famille. Le riche est désigné pour aller baiser la main du roi, figure omniprésente de l'autorité. Malgré leur amitié profonde, le pauvre finira par tuer le riche: la lutte des classes l'emporte. On a qualifié le roman Abdellah Taïa de « poétique, onirique, métaphorique, et en même temps cru, ponctué de scènes vives qui marquent l'esprit du lecteur ».

Il a ainsi tenu à ce que son prix aille à « une jeunesse marocaine oubliée, maintenue dans l'ignorance et à laquelle on ne veut pas faire confiance.Venant d'où je viens, être ici ce soir, dans ce lieu, avec l'histoire qu'on lui connaît, ça a un sens.» 

« Je voudrais rajouter une dernière chose, a continué Abdellah Taïa, alors que l'assemblée s'était départie de sa proverbiale tendance au sarcasme. Je suis homosexuel. Arabe et homosexuel. Je voudrais associer ce prix à ceux qui sont dans ma situation, au Maroc et ailleurs.» A ses côtés, le jury n'était pas peu fier de son lauréat. Même Frédéric Beigbeder, qui militait pour que le prix aille à Ann Scott. Il est vrai que son discours aurait été moins saissisant : la revendication homosexuelle est forcément plus frappante au Maghreb que dans les night-clubs lesbiens.

Jourduroi.jpg

 

Le Maroc est mis à l'honneur et notre jeune écrivain décroche la coquette somme de  6.150 € + un bon pour un verre de Pouilly fumé par jour et pendant un an à la terrasse la mieux fréquentée du VIème arrondissement de Paris.

Le prix de Flore, du nom du célèbre café de Saint-Germain-des-Prés, a été créé en 1994. Il s'est donné pour mission de couronner un jeune auteur au talent prometteur. Les critères de sélection sont l'originalité, la modernité et la jeunesse.

Le jury est composé de journalistes et se distingue par son indépendance, sa liberté, son insolence. C'est au mois de novembre que le Prix est remis lors d'une soirée au café de Flore.

  • 2010 Abdellah Taïa,   Le jour du roi (Seuil)
  • 2009 Simon Liberati,   L'hyper Justine (Flammarion)
  • 2008 Tristan Garcia,   La meilleure part des hommes (Gallimard)
  • 2007 Amélie Nothomb,   Ni d'Eve ni d'Adam (Albin Michel)
  • 2006 Christine Angot,   Rendez-vous (Flammarion)
  • 2005 Joy Sorman,   Boys, boys, boys (Gallimard)
  • 2004 Bruce Benderson,   Autobiographie érotique (Rivages)
  • 2003 Pierre Mérot,   Mammifères (Flammarion) 
  • 2002 Grégoire Bouillier Rapport sur moi (Allia)
  • 2001 Christophe Donner,   L'Empire de la morale (Grasset)
  • 2000 Nicolas Rey Mémoire courte, (Au Diable Vauvert)
  • 1999 Guillaume Dustan,   Nicolas Pages (Balland)
  • 1998 Virginie Despentes,   Les jolies choses (Grasset)
  • 1997 Philippe Jaenada Le chameau sauvage (Julliard)
  • 1996 Michel Houellebecq Le Sens du Combat (Flammarion)
  • 1995 Jacques A. Bertrand Le Pas du Loup (Julliard)
  • 1994 Vincent Ravalec Cantique de la Racaille (Flammarion)

Jurés 

  • Frédéric Beigbeder
  • Carole Chrétiennot
  • Michèle Fitoussi
  • Jean-Pierre Saccani
  • Manuel Carcassonne
  • Philippe Vandel
  • Jacques Braunstein
  • Jean-René Van Der Plaesten
  • Arnaud Viviant
  • François Reynaert
  • Bertrand de Saint Vincent
  • Christophe Tison