Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Jeûne du Ramadan et libertés individuelles au Maroc

Jeûne du Ramadan et libertés individuelles au Maroc

http://www.relation-presse.ma/wp-content/uploads/ramadan21.jpg

Le Maroc, tout comme à Molenbeek-Saint Jean (Belgique) d'ailleurs, vivent de plus en plus sous la pression des islamistes. Pendant le Ramadan, rompre le jeûne durant la journée est “haram” (interdit) pour les musulmans au Maroc. C’est même un délit puisque celui qui s’en rend coupable  peut être puni d’une peine d’un à six mois d'emprisonnement et d’une amende de près de 100€, conformément à l’article 222 du Code pénal.. Opposer les individus les uns aux autres, exploiter la peur, organiser la surveillance par de petits délateurs, des pratiques de délation, intimidation, prolifération de menaces face aux choix de vie, incarcération.  

Nous, citoyens marocains, engagés dans la lutte des libertés fondamentales, dénonçons avec force cette répression injustifiée, le non-respect des droits de l’Homme et l’intolérance exacerbée. L’intolérance c’est ne pas accepter qu’un autre puisse être différent de soi-même, c’est exiger que l’autre ait de gré ou de force les mêmes idées. Nous prônons la liberté d’opinions, de croyances et de choix de vie personnels.

 

Pour les musulmans, le mois du Ramadan est une période de réflexion, de partage et bien sûr de jeûne. Mais pour les non-musulmans vivant dans des pays où jeûner est la norme, voire une obligation, le Ramadan peut alors s’avérer être un lourd fardeau. L’année dernière, Global Voices avait déjà parlé d’un groupe de militants marocains, ceux du Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (MALI - qui signifie également « Et moi donc ? » en darija). Ils avaient essayé de protester contre la loi marocaine , qui impose aux musulmans de jeûner, en mangeant publiquement des sandwichs au beau milieu de la journée.

http://www.levoyageaumaroc.com/picts/armoiries-maroc.jpg

Cette année, le journal The Economist annonce que cette revendication continue. Selon un article paru dans ce journal, bien que les manifestants n’aient pas l’intention de faire une nouvelle démonstration en public cette année, ils poursuivent néanmoins leur campagne, aussi bien en ligne, notamment sur Facebook où ils ont créé un groupe, que sur le terrain.