Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Tunisie : L'An I de la Révolution à l'Institut du Monde Arabe à Paris

Tunisie : L'An I de la Révolution à l'Institut du Monde Arabe à Paris

Chaque jeudi, l'Institut du Monde Arabe vous propose, en accès libre, d'assister à des conférences sur différents sujets relatifs au monde arabe contemporain.

Une vingtaine d’artistes essentiellement tunisiens et ayant vécu les événements de près nous font également partager leurs implications, leurs interrogations, leurs interprétations restituées sous de différentes formes artistiques : la photographie – qui a été l’une des formes privilégiée de témoignage –, la peinture, la sculpture, la vidéo, mais également le dessin à travers la caricature et le tag comme manifestation de l’art urbain.

Du mardi au vendredi de 10h à 18h et jusqu’à 19 h les week-ends et jours fériés. Pour l'exposition voir les conditions d'accès ici.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, salle du haut conseil - 18h30

http://2.bp.blogspot.com/_hzoxNWTXCPA/TTyvVjZ1paI/AAAAAAAAAI8/MxDcJa1edP0/s1600/Selim+tlili+Mohamed+Bouazizi4.jpg

L’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi le 17 décembre a certes été un détonateur dans le déclenchement de la révolution tunisienne ; cependant, d’autres facteurs plus structurels ont fortement pesé dans le basculement du pays vers le changement : népotisme, étouffement des libertés par le biais d’un système répressif, mise en coupe de l’économie au profit du clan Ben Ali, etc. Depuis ce célèbre 17 décembre, la Tunisie a connu de multiples tournants et, notamment, l’arrivée au pouvoir du parti islamiste Ennahda. Un an après ce que d’aucuns ont appelé le « tsunami tunisien », un premier bilan critique s’impose.

Avec : Michaël Béchir Ayari, docteur en sciences politiques, co-auteur avec Vincent Geisser de Rennaissances arabes, 7 questions sur des révolutions en marche (éditions L’Atelier) ; Béligh Nabli, maître de conférences en droit public à l’IEP Paris et à l'Université Paris-Est et directeur de recherches à l'IRIS ; Nicolas Beau, directeur de la rédaction de Bakchich, il signe, avec Arnaud Muller, Tunis et Paris : les liaisons dangereuses (éditions Jean-Claude Gawsewitch, 2011). (source)