Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Taza en musique ! Quand le Makhzen culturel fait place à la jeune création musicale engagée

Taza en musique ! Quand le Makhzen culturel fait place à la jeune création musicale engagée

Le Maroc souffre depuis longtemps d'une oppression de la liberté d'expression ! Si les ghiwanes dans les années 1970 étaient les premiers à libérer les arts populaires; certains servent par exemple dans certains cas encore à servir les causes du Makhzen culturel.

Les responsables culturels sont plus des politiciens ou proche des milieux consulaires à l'étranger qu'ayant un rapport avec les monde artistique, cf le Festival des Arts populaires de Marrakech.

Il est même à déplorer que certains rappeurs des l'establishement makhzénien vont même servir à la propagande nationaliste ou royaliste sous couvert d'unité nationale. Bon nombre d'associations de jeunes du Nord au Sud du Maroc sont occupés par des opportunistes proches du Pouvoir et ne répondent plus depuis longtemps aux actions communautaires, collectives et individuelles du Maroc.

2011, est une année qui représente un tournant culturel important au Maroc grâce au Mouvement du 20 Février au niveau artistique.

L'art ne doit plus servir l'establishment qui représente aux yeux des marocains (la corruption, l'injustice, ...) Et certains artistes ont commencé à rejoindre leurs positions de résistance face à l'injustice et la corruption avec l'audace nécessaire !

Cette vidéo a été tournée ce vendredi 5 août 2011 pendant le mois sacré du Ramadan à Taza, et ce malgré de grandes négociations avec les responsables politiques, elle a pu être produite. 

Cette musique témoigne des valeurs d'un art triomphant au service du Peuple plutôt que la de la simple curiosité ethnolomusicologique aristocratique. Cette musique exprime le Cri des marocains !

Cette musique spontannée (que je peux assimiler au « Freispielen » en allemand) est basée partiellement avec une approche musicothérapique dans le sens du processus d’individuation ne demande pas de connaissances musicales académiques particulières, mais demande d’oser aller vers un monde connu et inconnu, le jeu musical des instruments doit servir à entrer en communication avec le public et laisser l’instrument exprimer, à sa façon, en mettant le musicien en vibration. 

Au niveau instrumental, remarquez la « teinte » comparable à la palette du peintre qui choisit sa couleur et qui devient son médium. Le musicien excerce ici avec expertise son art thérapeutique en choisissant la nuance de sa couleur qui lui est utile pour cette expression unique qui n’est que fragment d’instant.

Ce débat se propose d’être le début d’une réflexion plus approfondie sur ces nouveaux enjeux de la culture marocaine.