Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Il était une fois, son excellence André Azoulay

Il était une fois, son excellence André Azoulay

“Au fil des siècles, c’est à Jérusalem que nos mémoires se sont métissées et que nos histoires se sont mêlées pour faire de nos spiritualités respectives un espace qui privilégie l’écoute et l’échange”

2465236569_1.jpg

Son excellence André Azoulay, conseiller de Sa Majesté le Roi depuis 1991, un Marocain de son état et jusqu'à la moelle des os. Chantre de la tolérance et homme de dialogue reconnu, André Azoulay (né en 1941 à Essaouira, Maroc) est un politologue et homme politique marocain. Il fut le Conseiller de feu S.M. Hassan II et exerce actuellement comme Conseiller auprès de l'actuel souverain du Maroc. C'est lui qui est à l'origine de l'ambitieux programme de transformation de la ville d'Essaouira. Homme de culture, il croit dur comme fer au développement par la culture. Sa conviction a inspiré des initiatives d'ouverture comme entre autre comme un festival international gnawa,  le Printemps Musical des Alizés. Au niveau international, depuis le 5 mars 2008, il préside la Fondation Anna Lindh. Il apparait pourtant comme la victime idéale pour des milieux occultes qui ne peuvent pas admettre qu'un arabe ou berbère puisse être juif ou chrétien.  

Par le biais d'une presse qui ne pense qu'à vendre quitte à se vendre au plus offrant, André Azoulay est périodiquement l'objet d'attaques, d'injures et d'accusations mensongères dignes des années noires de l'inquisition.ces attaques abjectes ne s'expliquent que par la religion de ce dernier qui est la foi hébraïque que reconnaissent et le Coran et la Constitution sans oublier la coutume. L'homme à la silhouette filiforme, le pas assuré et discret, visage émacié et la vertu intellectuelle digne d'un « cardinal» sorti tout droit d'un grand Ordre, celui de Cluny davantage qu'un autre, il est présent, l'œil vif, attentif à tout un chacun, l'écoute et le regard même. 

2456049731_1.jpg

Les ancêtres du conseillers du Roi sont des autochtones marocains de 30 siècles, certains leurs attribue une descendance d’Amazighs convertis au judaïsme depuis 30 siècles en appuyant ceci par la fondation des Amazighs d’un royaume juif avec une règne appelé Tihiyya. La religion juive était la religion officielle du Royaume Amazigh d’Afrique du Nord, il y avait la reine Tihiyya que les arabes ont nommé Addahiyya. Elle était de religion juive, ce qui veut dire que la majorité sinon la totalité de son royaume était juif. (source : Mohamed El Ouazguiti in les grands moments de l’histoire hébreu-amazighe). Ajoutant à ça le nom Azoulay lui-même est un nom berbère Amazigh qui signifie celui aux yeux bleu, lui-même est né à Essaouira, ses parents enterrés à Essaouira, il est de nationalité marocaine. André Azoulay est du coté Palestinien dans le conflit arabo-israélien ; et en dépit de tout cela, des fâcheux le taxent de sioniste, ce qui ne peut pas être expliquée - d’après ces extrémistes que par ce qu’il est Juif - Et par conséquent  ce constitue une attitude antisémite caractérisée-. D’autres justifient son sionisme du fait qu’il est un partisan de la paix entre les arabes et Israël et il est pour la normalisation du Maroc avec Israël où l’état sioniste comme elle l’appelle eux. Alors que pour eux – comme vient de le publier l’association marocaine des droits de l’homme AMDH dans un communiqué rendu publique - « Toute personne qui a ou qui veut essayer ou penser à la normalisation avec l’état sioniste, sur le plan touristique, culturel, intellectuel ou économique est un sioniste ». (source)

L'affaire Khalid Soufiani qui a scandalisé le Maroc

Lors d'une conférence concernant la libération de l’Irak et de la Palestine tenue le 16 février 2010 par le Groupe de Travail National pour le soutien de ces 2 pays, Khalid Soufiani, un triste célèbre avocat qui prend des positions flirant avec les islamistes a tout simplement appelé André Azoulay, marocain de confession juive à quitter son propre pays. Le Conseiller du Roi avait  émis une proposition que l'histoire de la Shoah soit enseignée dans les universités marocaines, en effet bien que les moyens de communication modernes devraient, théoriquement, rendre impossible le massacre de millions de personnes à l'insu du monde entier, notons qu'entre 1975 et 1979, plus d'un million de personnes étaient massacrées au Cambodge, ce génocide par les dirigeants khmers rouges entre 1975 et 1979 demeure à ce jour une des atrocités du XXe siècle dont l'ampleur et les motivations idéologiques restent méconnues même du grand public européen. (source)…Comme pendant la Shoah, les récits des témoins oculaires ne furent pas crus pendant longtemps. L'horreur est difficile à admettre.

Le collectif Démocratie et Modernité réagissait via un communiqué de presse dans la presse marocaine dans lequel il condamne avec la plus grande fermeté les propos de l'avocat marocain. Le collectif explique qu'« enseigner l’Holocauste à l’Université n’est en aucune manière une prise de position sioniste. Bien au contraire, nous réclamons d’introduire dans les programmes scolaire et universitaire l’étude de tous les crimes de guerre et crimes contre l’humanité, y compris les crimes d’Israel comme une démarche fondamentale pour prémunir les générations à venir d’actes abominables ». Et il ajoute : « De la même façon que nous demandons que soit introduite dans ces cursus l’histoire de la communauté juive marocaine en tant que composante indissociable de l’histoire du peuple marocain ». Cette affaire valu également une  réaction de Fahd Yata qui dirige l'hebdomadaire La Nouvelle Tribune: "André Azoulay a bien raison de souhaiter que l’Holocauste soit enseigné dans nos écoles, afin que notre jeunesse comprenne à temps les dangers de l’intolérance, du refus de la différence et de la diversité. Nul idéal digne d’être porté en soi, nul combat digne d’être livré ne mérite que l’on insulte et jette l’anathème sur autrui. Khalid Soufiani ne l’a pas compris et ne le comprendra jamais !" (Nous sommes tous des André Azoulay !)

 

http://www.hotels-au-maroc.org/images/MAROC-FLAG.gif

Ceux qui le connaissent l'homme, le décrivent comme un homme affable, une urbanité jamais feinte, volontairement discret et quasi effacé mais jamais « outsider ». C'est un homme de partage. Un Marocain qui incarne la convivialité du terroir. Car il respire la vie et se soumet à l'exercice de l'exigence morale. Toute sa vie en effet, André Azoulay aura incarné cette double confrontation, dialectique choisie mais imposée par un destin aux multiples dimensions : celle d'un Marocain né sur la façade atlantique d'une cité immémoriale mais languissante, Mogador, à un moment où les échos de la deuxième guerre mondiale - marquée par le sombre triomphe du nazisme et le génocide de millions de juifs d'Europe - se répercutaient dans un Maroc où le Roi Mohammed V, le «Sultan du Maroc» comme l'on disait restait «debout», rebelle et vigoureusement opposé aux lois racistes anti-juives du gouvernement de Vichy. La deuxième dimension est celle d'un militant patriote, demeuré attaché aux valeurs cardinales de son pays, enraciné dans son patrimoine historique et national, modèle s'il en est de la diversité culturelle et religieuse et qu'André Azoulay, dès sa tendre enfance, parcourant les ruelles de Mogador, sautant les remparts de la Sqalla, portera comme un blason de fierté mais aussi comme une non moins fière singularité sur son cœur.

Par ailleurs, André Azoulay s’implique dans la défense de l’Union pour la Méditerranée, soutenant un projet qui, dit-il,  « apportera au partenariat euro-méditerranéen la perspective et la profondeur politique qui lui ont fait défaut jusqu'à présent. » Pour le président de la Fondation Anna Lindh « La montée des périls en Méditerranée et la tragique régression morale, humaine et politique à laquelle nous avons été collectivement confrontés pendant la guerre de Gaza, imposent plus que jamais l'urgence et l'ardente nécessité de l'Union pour la Méditerranée. »

André Azoulay jouit aujourd’hui d’une aura qui fait de lui une figure du dialogue méditerranéen et israélo-palestinien tant en Europe qu’au Maghreb et au Moyen-Orient. Les objectifs du dialogue étant de contribuer à la sécurité et de parvenir à une meilleure compréhension mutuelle entre l'OTAN et ses partenaires méditerranéens, de dissiper les malentendus sulfureux concernant l'Alliance dans les pays partenaires et de promouvoir des relations amicales.

Andre_Azoulay_et_Abderrahim_Souri.jpeg

Abderrahim Souiri : Le ténor de Mogador

Voir aussi