Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Samuel Barber - Adagio pour cordes, op.11

Samuel Barber - Adagio pour cordes, op.11

SamuelBarber.jpg

Cette oeuvre musicale dans un style néoromantique a été écrite par Samuel Barber (9 mars 1910 - 23 janvier 1981) en 1938 (en 1936 pour la version pour quatuor à cordes), cet adagio aurait pu être composé 70 ans plus tôt, tant son écriture est éloignée de ce qui se fait dans les années 1940.

Cet adagio qui a quelques ressemblances avec l'adagietto de la Symphonie n° 5 de Gustav Mahler possède un caractère méditatif particulièrement pénétrant, proche de certaines musiques liturgiques :

  • la mélodie très souple ressemble beaucoup aux chants religieux du Moyen Âge (les mélismes des chants grégoriens): ses mouvements sont conjoints et les notes ont des durées égales
  • c'est une polyphonie (plusieurs parties évoluant ensemble), dans un style proche de nombreuses musiques religieuses pour chœur) de la Renaissance au XXe siècle  
  • le tempo lent, les rythmes étirés (certaines notes durent 10 temps) contribuent à donner de l'élévation à cette pièce
  • la répétition du même thème (alterné avec le thème 2) du début à la fin donne l'impression d'une litanie

Le thème principal est ascendant. Il est écrit à la façon des longs mélismes du Moyen Âge, soutenu par les autres voix en larges accords s'enchaînant en glissant.

La première phrase revient comme un refrain joué à plusieurs voix, parfois écourté, parfois conclu différemment. Ses divers mouvements conduisent à un large crescendo qui aboutit au fortissimo de toutes les voix, les violons étant alors joués dans leur registre suraigu. La pièce se termine avec les premiers violons rejouant lentement les cinq premières notes de la mélodie dans un registre d'alto, soutenant la dernière note après un bref silence et quelques accords suivent, annonçant la reprise du début en sourdine, menant après un dernier mélisme au point d'orgue de fin.

Barber reçut de nombreux prix et récompenses, y compris l'American Prix de Rome et deux Prix Pulitzer. Il fut élu à l'American Academy of Arts and Letters. Son très Iyrique Adagio pour cordes est devenu l'une des oeuvres les plus appréciées tant en concert qu'au cinéma (Platoon, The Elephant Man, El Norte, Lorenzo's Oil ).