Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Samir Fajr rend hommage aux victimes des tueries de Toulouse et de Montauban, - "Sept vies"

Samir Fajr rend hommage aux victimes des tueries de Toulouse et de Montauban, - "Sept vies"

 


Cette chanson interprétée avec beaucoup de grâce par mon ami Samir Fajr rend hommage aux victimes et à la douleur de leur famille des drames qui se sont déroulés à Toulouse et de Montauban en 2012. .Que ces anges reposent en paix à tout jamais !

victimes-toulouse-2012.png

La musique a été composée par Yann Hervé et le texte est de Y. Elyagoubi : Sept vies (7 vies)

samr-fajr.jpg

Paroles

C'est l'histoire de 7 vies,
Des victimes qu'on oublie.

Cette fois dans le ciel,
Sous une pluie de peine,

Une triste nouvelle, 
Aveuglante et soudaine.

Et, dès ce moment même,
Je parsème ce poème, 
Des vertiges du diadème, 
La bêtise inhumaine.

Une réaction en chaîne,
Inspirée par la haine.

Refrain:

Avec la fin de l'amour qui me parle d'espoir,
Entre l'amour et la vie, ne meurent que ceux qu'on oublie
Des plus justes douleurs, de la mélancolie, (et) resteront les mêmes, les noms de ceux qu'on aime

C'est l'histoire de la vie,
Votre vie est finie, 
De ces soldats qui prient, 
Morts pour la patrie.

Trois soldats volontaires, 
L'un allait devenir père,

Ô mon Dieu sur cet air,
Je deviens Le Trouvère.

Que ce dernier ne vienne essuyer nos paupières. 
A une vie à venir, que la vieillesse altère,
De la mort, la poussière.

Refrain:

Avec la fin de l'amour qui (me) parle d'espoir,
Entre l'amour et la vie, ne meurent que ceux qu'on oublie
Des plus justes douleurs, de la mélancolie, (et) resteront les mêmes, les noms de ceux qu'on aime :

Injustice, accusatrice, maléfice, cicatrice, rédemptrice, immondice, aliénatrice, agitatrice, révélatrice, préjudice, sévices, justice, annonciatrice, qui s'obstinent ne finissent...

Ils allaient à l'école, de leurs rêves en chantant, disent adieu en mourant ;
Quelle est donc l'injustice ?
De ces trois jeunes enfants ?
Toutes ces familles réduites, balayées à néant,
Plus de larmes quand ils pleurent...