Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Paris : sur le parvis de l’IMA Fête de la Musique 2012, à partir de 19h30

Paris : sur le parvis de l’IMA Fête de la Musique 2012, à partir de 19h30

Dialogue des cultures avec, par ordre d’apparition, DJ Malik, Tahtib (danse du bâton égyptienne), Djerba International (groove tunisien), Hocine Lasnami (‘asri moderne algérien), Orchestre Abdelhak Ben Mansour (chaâbi et regada marocain) et Kader Japonais (raï)

Pour la 23e édition de sa propre version de la fête de la musique, l’IMA reconduit, encore et toujours, le concept « dialogue des cultures » qui correspond le mieux à sa vocation et à ses objectifs. A nouveau, une large place sera accordée aux musiques de la nouvelle génération, qui, ces dernières années, à l’image du raï ou des groupes adeptes des fusions avec le jazz ou la pop, ont franchi le saut… international.

http://www.imarabe.org/sites/default/files/imagecache/imagegrandegallery/djerba-international.jpg

Djerba International
Homère raconte, dans son Odyssée, qu’Ulysse et ses compagnons, après une halte à Djerba, ont failli oublier leur patrie à force de consommer les fleurs de lotus. Né dans cette île touristique, Kais Mellitli, lui, dès 1990, s’est abreuvé aux sources du patrimoine local, popularisé, notamment en France, par Raoul Journo et Kahlaoui Tounsi. Pour mieux le partager avec le plus grand nombre, il l’a associé à d’autres styles qui l’ont marqué : jazz, pop, soul, funk, rock, zouk…

http://www.imarabe.org/sites/default/files/imagecache/imagegrandegallery/img-02_hocine-lasnami.jpg

Hocine Lasnami, voix de velours
Né le 1er novembre 1958 à la casbah d’Alger, Hocine Lasnami représente le courant ‘asri, un style flamboyant, entre chanson de charme et rythmique électrifiée, lancé en Algérie, au cours des années 1960, par Mahieddine Bentir, Abderrahmane Aziz et Mohamed Lamari. C’était l’époque des guitares électriques et des batterie-basse inspirée à la fois des mélodies locales et de la vague twist et rock occidentale. D’autres artistes, comme Lili Boniche et Salim Hallali, exerceront une influence grandissime sur Lasnami.

http://www.imarabe.org/sites/default/files/imagecache/imagegrandegallery/orchestre_abdelhak.jpg

Orchestre Abdelhak Ben Mansour
Abdelhak a grandi au sein d’une famille de musiciens. Il s'est initié très tôt à la musique populaire et traditionnelle marocaine, et plus particulièrement au répertoire du châabi. En 1992, il produit son premier album Tafah el jnan, vendu à plus de 300 000 exemplaires au Maroc et en Europe. Cet opus, fruit de plusieurs années de travail, est une belle illustration de la qualité artistique de Ben Mansour à tous les niveaux, que ce soit pour les arrangements, les rythmes, les paroles ou cette voix qui lui vient du cœur, ... sans oublier sa maîtrise du violon et du ’oud qui a su charmer son public ! Il fait partie de ces chanteurs qui ont réussi à se forger une place dans la chanson marocaine châabie, dont il est devenu, en quelques années, une référence.

http://www.imarabe.org/sites/default/files/imagecache/imagegrandegallery/img-04_kader_japonais.jpg

Kader Japonais, la nouvelle sensation raï

En partenariat avec l’AARC (Agence algérienne pour le rayonnement culturel)

Abdelkader Haibaoui, dit Kader Japonais, en raison de ses faux-airs asiatiques, n’est pas issu d’Oran, berceau géographique du raï, mais à Alger, dans le quartier populaire de Bab el Oued, un 11 mars 1978. Il s’est entiché, enfant, du genre oranais car il avait pour idoles Khaled, Cheikha Rimitti et Cheb Hasni. A ses débuts, dans les cabarets, la meilleure des écoles de formation raï, il se contentait de reproduire les standards des chebs, avant d’écrire ses propres chansons, mêlant raï, r’n’b et rap. Des titres à succès tels Ana OuanaNesamik Omri ou Haba Haba, interprétés d’une voix rauque et puissante l’ont fait entrer dans le gotha des stars algériennes