Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Oran : L’Algérie bédouine à l’honneur

Oran : L’Algérie bédouine à l’honneur

L’Algérie profonde, celle des us et coutumes et des traditions ; celle qu’on ne voit pas, ou si peu, dans les grandes villes ; en somme, l’Algérie des bédouins.

C’est de cette Algérie-là dont il a été question, pendant trois soirées consécutives, au conservatoire d’Oran Ahmed Wahby, et cela à la grande joie de bon nombre de spectateurs.

http://img.over-blog.com/300x300/1/50/59/42/chanteurs/9c2-ahmed-wahbi.jpg

Pendant trois soirées donc, le «melhoun», et les vieilles chansons du terroir algérien, étaient à l’honneur ; et les troupes qui sont montées sur scène ont su apporter un démenti clair à leurs détracteurs, qui taxent leur culture de «ringarde». Souvent en effet, par pure méconnaissance, la culture bédouine renvoie, dans le subconscient de bon nombre de gens, à une culture pompeuse et poussiéreuse, qui ennuie et qui fait bailler.

Pire que cela, certains la qualifient même de culture rétrograde, qui perpétue des valeurs d’un autre âge. Ceux qui véhiculent ce genre de préjugés sont à plaindre ; car en vérité, que nenni ! : en ces soirées ramadhanesques, où le «melhoun» était à l’honneur, le public a eu à découvrir des textes de poètes qui étaient en avance sur leur temps, qui ont su, bien avant l’heure, briser bon nombre de tabous.

Ch’ir el melhoun

Mekki Mouna, celui qui a animé ces soirées, tout endossé de turbans et d’habits traditionnels, bref, le prototype même du bédouin algérien, en a ébahi plus d’un, en prenant la parole, et cela par le choix de ses mots, qui sont souvent «crus». Il ne s’était nullement agi de cet arabe austère, celui qu’on entend sur l’ENTV, mais au contraire, ce parler algérien, celui qu’on utilise dans les quartiers populaires, qui était de mise. Quelques «effarouchés», à l’écoute de certaines expressions, s’en sont montrés outrés, mais le reste du public, fort heureusement, a pris avec humour ces quelques «envolées» verbales. Des troupes venues de l’Oranie ont rendu hommage aux grands poètes que la ville d’Oran se targue d’avoir, notamment Boualem Chougrani, Bendaoud Ezzine, Hachemi Bensmir ; et en parallèle à cela, la célèbre troupe des Medahates était également à l’honneur, et a fait vibrer la salle entière.

http://a31.idata.over-blog.com/1/50/59/42/Mohamed-el-fassi/autres/meddahate.jpg

Akram El Kébir