Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Odile Bruckert de l'Orient à l'Occident

Odile Bruckert de l'Orient à l'Occident

Après des études complètes au CNR de Nancy, Odile Bruckert obtient en 1982 ses prix de flûte traversière et musique de chambre à l'unanimité au CNSM de Paris dans les classes de Maurice Bourgue et d'Alain Marion. Depuis lors, elle est la flûte solo de l'Orchestre Lyrique de la Région Avignon Provence. Au cours de cette période, elle a également entrepris l'étude du chant à Londres auprès de Robert Leonard (professeur de June Anderson).

Son activité de chambriste la fait inviter à donner de nombreux concerts récitals avec piano (notamment avec E. Indic, J.L. André, V. Muzy et S. Visconti) dans un répertoire de musique vocale et instrumentale, parcourant les différentes périodes, baroque, classique, romantique et contemporaine.

En chant, elle a participé à de nombreux spectacles dans un répertoire très varié : "Aimer c'est agir", "La Présence Pure", d'Eric breton d'après Christian Bobin, "Le secret de Suzanne" de Wolff-Ferrari, "Le Prophète" d'après Khalil Gibran et "Musique et Verbe", création autour des textes de l'Amour...

Ces musiciens souhaitent d'ailleurs faire vivre l'âme qui est la source de tout art, au-delà des diktats de la société de "rendement". Formés à la musique classique - et pour certains auprès de grands noms - ils reviennent en quelque sorte à la source de la musique, à l'âme. je me permets donc de joindre ci-dessous trois liens, deux qui sont des extraits de concerts, un troisième qui vous renseigne sur le chanteur Mathieu Abelli, un quatrième sur la flûtiste et chanteuse Odile Bruckhert.

Concert d'improvisation donné à la Chapelle des Franciscains à Avignon- juillet 2010 -  Chants de l'âme, de l'Orient à l'Occident - Mathieu Abelli (Chant) - Odile Bruckert (Flûte traversière, chant) - Farshad Soltani (Kamanche, setar, ney)

"Improviser : laisser l'âme chanter pour trouver le chant juste, retourner aux sources de la musique, de l'expression et de la création. Une telle ouverture, cette nécessité d'écouter le silence pour entendre, nous plonge dans une atmosphère de recueillement, spirituelle, d'une prière sans mots. Chanter l'âme, nest-ce pas laisser chanter le divin ineffable à l'intérieur de nous ?

Dans cet esprit d'ouverture, la rencontre des voix et des instruments venus d'orient et d'occident prend tout son sens, car à la source de la musique et de l'inspiration, pas de frontière, pas de séparation mais la possibilité d'une rencontre"