Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Focus sur Yassir Znagui, ex-ministre marocain du tourisme

Focus sur Yassir Znagui, ex-ministre marocain du tourisme

installation-Yassir-Znagui-2.JPG

Yassir Znagui (né en 1970 à Tanger) est le plus jeune des ministres marocain.

Il a été nommé le 4 janvier 2010 ministre du tourisme et de l'artisanat par le roi Mohammed VI. L'homme n'appartient à au aucune formation politique, il a été transféré au Rassemblement national des indépendants (RNI).

Etudes et parcours professionnel

Yassir Znagui a accompli ses études supérieures à Paris. Il est ingénieur de l'ESIEA en intelligence artificielle. C'est en 1995, à la Société générale (Paris) qu'il débute sa carrière professionnelle au poste d'ingénieur financier (modélisation des produits dérivés de taux). Ce tangérois a occupé le poste de vice-président et directeur en charge de l'activité du trading produits dérivés de taux "Cross Currency" à la Société générale de Londres, avant d'être nommé directeur en charge du trading arbitrage produits dérivés à la Deutsche Bank de Londres où on lui voue  le génie de la négociation et de vendre avec beaucoup de talent sa passion pour le Maroc. Christian Bittar, directeur des dérivés de taux court terme à Deutsche Bank Global Finance parle de lui avec beau coup de verve : "Il était, à l’époque, directeur monde de l’activité de GF Proprietary Trading, c’est à dire de prise de risques sur fonds propres, sur les marchés de taux et change".

Le golden boy est également le fondateur et le directeur général de Sienna Group à Londres, société d'investissement touristique afin d'accompagner la dynamique économique entre le Maroc et la place financière de  la capitale britannique. 

Selon le journal hebdo, c’est Chrifa Lalla Joumala Alaoui qui l’aurait recommandé au souverain après le salon mondial du tourisme, tenu en novembre dernier à Londres, où le fassi Mohamed Boussaid aurait péché par son manque de maîtrise de la langue de Shakespeare. Ce dernier a été par ailleurs par la suite nommé par le roi Mohammed VI, wali de la région de Souss-Massa-Drâa et gouverneur de préfecture d'Agadir Ida-Outanane, en remplacement de Rachid Filali Amine

image_0096.png

Assurer au Maroc de concurrencer les destinations mondiales leaders.

Tel est mot d'ordre du nouveau ministre qui insiste régulièrement sur la nécessité d'insuffler une nouvelle dynamique dans le secteur touristique, malgré les difficultés conjoncturelles dues principalement à la crise financière mondiale de l'année 2009. Il constate que le Maroc s'en sort avec des résultats plutôt positifs. Les arrivées internationales ont augmenté de 6.5% pour atteindre 8.3 millions d'entrées. Il a cependant revu à la baisse le nombre de touristes pour 2010, tablant sur 9.4 millions d'entrants au lieu des 10 millions, ce qui aboutirait à la réalisation de 94% des objectifs initialement prévus.

Pourtant, cette croissance est selon lui,  “le double de la croissance moyenne mondiale et elle est supérieure aux pays présentant une offre concurrente ou similaire comme l'Espagne (-10%), la Tunisie (-2%), la Turquie (+1%), ou la Croatie (-12%)”.

Il a également rappelé l'évolution significative du nombre de fréquences aériennes, avec une augmentation de +15% du nombre de fréquences hebdomadaires pendant l'été et de +2.

Fin novembre 2010,  le ministère du Tourisme qui a fait le bilan de la vision de l'année et a présenté sa stratégie pour 2020. La vision 2010 s'est achevée avec des retards dans les réalisations de certaines stations balnéaires, et des avancées dans la promotion du pays à l'international. Pour la prochaine décennie, le ministre du Tourisme, Yassir Znagui, vise la création de 200.000 lits supplémentaires, la multiplication par deux du nombres d'arrivées, ainsi que la création de six nouvelles destinations, pour des recettes estimées à 140 milliards DH à l'horizon 2020, c'est à dire 10 fois plus que les revenus engendrés par la culture du cannabis dans ce pays !

Un grand espoir pour le Maroc moderne

Un souffle nouvau pour le Maroc, on l’espère bien! En tout cas, en terme de communication, la nommination de Yassir Znagui change complètement l'image des dirigeants marocains et à redore l'image du Maroc à l'international, il suffit  par exemple de voir l’interview du ministre à la BBC ou ici sur CNN. 

Que l'on fasse table rase de tous ces crabes que l'on retrouve souvent à des postes de responsables politiques et qu’on mette des jeunes marocains compétents, diplômés, créatifs, avec des expériences internationnales aux postes clés pour faire évoluer les mentalités des gens et le Maroc et parer définitivement les agissement des fanatiques et islamistes de tout bord !

En 2011, il  a été chassé de son poste de ministre avec l’échec de son parti aux élections législatives. Il est toutefois réhabilité par le monarque pour occuper un poste de Conseiller sa Majesté.

Cet évènement nous confirme que le régime marocain n'a ni l'intention ni la volonté de céder ses larges prérogatives et pouvoirs à un quelconque gouvernement élu même si ce gouvernement ne dispose déjà d'aucune marge de manœuvre en dehors de la volonté transcendante du monarque. Autre événement le tyran a fait procédé la nomination d'une vingtaine d'ambassadeurs juste avant la constitution du gouvernement. 

Sources