Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Naama - Lelliri ya manna السيدة نعمة - لليري يا منة

Naama - Lelliri ya manna السيدة نعمة - لليري يا منة

   

Naâma (نعمة), de son vrai nom Halima, née le 27 février 1938 à Azmour, est une chanteuse tunisienne.

La petite Halima grandit dans une famille de mélomanes, sa mère Khedija chantant durant les travaux ménagers alors que son père est un chanteur réputé dans le village d’Azmour. Après la mort de sa sœur Fatma et le divorce de ses parents, elle part pour Tunis en compagnie de sa mère et s’installe dans la médina.

Elle fréquente alors la demeure de Béchir Ressaïssi, patron des disques Baïdaphone, où elle assiste aux répétitions des artistes tunisiens de l'époque2. Mariée à l'âge de seize ans à un notaire âgé de 29 ans, Abed Dérouiche — dont elle a deux garçons, prénommés Tarak et Hichem, et une fille, prénommée Henda1 —, elle s'oppose à sa famille sur ses projets de carrière artistique ; elle chante dans des soirées privées données dans son voisinage.

Au milieu des années 1950, elle rejoint La Rachidia où Salah El Mahdi, qui la prend sous sa coupe après avoir entendu l'une de ses prestations, lui donne un nom artistique sous lequel elle est connue depuis ; il lui compose également une première chanson sur des paroles de Mohamed Jamoussi, Ellil ah ya lil jit nechkilek. Il la fait se produire lors des concerts de l'institution diffusés à la radio nationale. Le premier concert public que Naâma anime est organisé à Sfax.


Elle se fait vite connaître à travers le pays puis au Maghreb où elle donne plusieurs concerts. Elle devient peu à peu la muse de plusieurs compositeurs tunisiens comme Mohamed Triki, Salah El Mahdi, Ridha Kalaï, Ali Riahi, Kaddour Srarfi et Chedly Anouar.

Une fois sur scène, elle dégage une énergie communicative par ses chansons chargées de poésie populaire. Avec Oulaya, elle incarne les aspirations d'une jeunesse en quête de nouvelles mélodies. Si Oulaya préfère partir pour Le Caire, à la recherche d'une reconnaissance au Moyen-Orient, Naâma reste fidèle à son public tunisien. Le répertoire de Naâma comprend plus de 500 chansons dont plusieurs poèmes mis en musique1.

 

Naama was born on 23 February 1934 in Azmour.

In the mid 50's, she joined the Rachidia (Conservatory of traditional Tunisian music). Upon hearing her voice, Salah Al Mahdi named her Naama (a godsend in Arabic), which became her stage name.

In 1958, she joined the Tunisian Radio as a soloist and she gained immediate fame in Tunisia.

Rapidly her fame spread to Algeria, Libya and Morocco and she held several concerts there.

She was the muse of several major Tunisian composers such as : Mohamed Triki, Salah Al Mahdi and Chedly Anouar... Her repertoire comprises more than 360 songs in all themes and in different genres, ranging from folk to classical Tunisian music and popular songs...She sang poems of major Tunisian poets such as Mohamed Boudhina, Ahmed Khaireddine, Mahmoud Bourguiba, Mostfa Khraief and Mnawar Smadah... She also sang a poem of Nizar Qabbani "taloumoni donia".