Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Najat Anouar de l’association "Touche pas à mon enfant" incapable de remettre en cause une décision royale déviante

Najat Anouar de l’association "Touche pas à mon enfant" incapable de remettre en cause une décision royale déviante

Najat Anouar, présidente de l’association "Touche pas à mon enfant" qui s’était portée partie civile dans l’affaire DanielGate, tergiverse aujourd’hui sur la légitimité d’une décision royale remettant dans la nature un dangereux pédophile qui a violé 11 mineurs marocains.

Dans une émission de la télévision publique marocaine, Najat Anouar, présidente de l’association « Touche pas à mon enfant » s’est dite satisfaite de la sentence prononcée par le tribunal de première instance de la ville de Kénitre contre le pédophile Daniel Galvan. 30 de réclusion criminelle qui seront confirmée en appel. C’était en 2009. Aujourd’hui, le roi du Maroc, Mohammed VI vient d’accorder sa grâce à ce dangereux criminel après qu’il ait purgé 3 ans seulement de sa peine. Une décision qui aurait dû susciter de vives réactions de la par de celle qui, jadis réclamait une peine exemplaire pour Daniel Galvan et qui considérait la décision judicaire comme ayant suffisamment prise en compte les sentiments des familles et les attentes de la société civile. Que neni ! Juste après la vague d’indignation qui a secoué le pays après cette fâcheuse décision de relaxe, Najat Anouar sort défendre sa marchandise en déclarant publiquement aux marocaines et aux marocains qui ont appelé à manifester hier devant le Parlement : "ne faites pas de la surenchère sur cette décision royale et sur le crime du pédophile ! Les prérogatives de Mohammed VI sont claires et nous avons mené ce combat avant vous". Mais à quel combat, Madame Anouar fait-elle alussion ? Celui de la protection de l’enfance ou celui de la lutte contre des décisions royales foireuses qui portent atteinte à la protection de l’enfance justement ?? Juste après une mobilisation populaire sans précédent au Maroc contre cet acte royal, Najat Anouar intervient sur la chaîne qatari Al Jazeera, dans ce qui ressemble être un coup de com pour calmer les tensions et déclare que "la grâce royale est une disposition constitutionnelle indiscutable qui existe dans tous les pays du monde" et que "le roi a le droit d’en faire l’usage qu’il veut"! Fusse-t-elle à profit d’un dangereux  pédophile ayant commis d’immondes agressions sexuelles sur des enfants dont l’âge de la plus jeune victime ne dépassait pas deux ans au moment des faits comme le montre les photos saisies par le ministère public dans cette odieuse affaire!

Najat Anouar n’a pas seulement tenté de légitimer ce geste royal déplacé mais  prétend être à l’origine de la demande d’extradition qui a été prononcé contre le pédophile espagnol par le ministère de la Justice marocain. Une façon de dire à l’opinion publique que l’Etat marocain n’a pas agi seul mais en concertation avec les acteurs de la société civile les plus concernés par cette affaire.

Ces attitudes placent au centre du débat public la question de la crédibilité d’un grand nombre de ces acteurs en manque d’indépendance vis-à-vis des rouages du makhzen, surtout lorsqu’il s’agit de défendre des positions contre lesquelles se dresse l’ensemble de la communauté marocaine à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Rida Benotmane