Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Musique traditionnelle mauritanienne

Musique traditionnelle mauritanienne

 khalifa-ould-eide-dimi-mint-abba-moorish-music-from-maurita.jpg

Il n'existe pas une musique mauritanienne, car comme pour le reste de la culture en Mauritanie, celle-ci est spécifique à chacune des communautés qui composent la société. Bien sûr, on associera plus facilement musique mauritanienne et musique maure traditionnelle, l'imaginaire voguant vers le désert et ses nomades. La musique est pourtant tout aussi présente dans les communautés Peul, Wolof et Soninké.

Dans la société maure, la poésie et la musique sont probablement les arts les plus développés. La transmission de l'oralité de la musique hérite de la caste des griots iggawin. Cheikh Dimi Mint Abba dont le père, chanteur très réputé est l’auteur de l’hymne national, fait partie de cette caste. Très tôt, elle apprend la danse et les percussions. Sa mère se charge de lui enseigner la pratique de l'ardin qui constitue un instrument de musique apparenté à la harpe et dont la base en peau tendue sert aussi de percussion est en effet réservée aux femmes tandis que les hommes se consacrent au luth tidinit à quatre cordes.

La musique maure traditionnelle est un métissage musical qui a subi plusieurs influences. Ses accents plaintifs proviennent de l'Andalousie. Les tambours (tbel), joués par les femmes, rythment les danses et les chants. Les hommes jouent du tidinit, petit luth à quatre cordes sans archet. La musique puise également son inspiration dans les chants guerriers et festifs nomades. On peut y retrouver les thèmes religieux, de la bravoure des guerriers et autres poèmes ancestraux.

En Mauritanie, la musique est pratiquée avant tout par des professionnels qui forment à eux seuls une catégorie particulière, une caste de la société maure. Ces musiciens professionnels, qu'on appelle communément des « griots », se transmettent oralement, d'une génération à l'autre, les techniques du métier (notamment celles du jeu instrumental).

La musique fait partie intégrante de la culture en Mauritanie. Elle a été inspirée par le Maghreb et l'Afrique noire. Ces musiques peuvent exprimer différents sentiments, raconter des histoires et légendes locales ou religieuses.

Tahra Mint Hembara et Dimi Mint Abba, deux joueuses de l'ardin, sont, avec Khalifa Ould Eide, un joueur de tidinit, les artistes les plus connus du pays.

Vous aurez l’occasion d’écouter ces musiques dans les lieux touristiques et culturels (musées, centre culturel français, restaurants, hôtels…) mais aussi lors de festivités ou durant votre voyage dans le pays. La musique traditionnelle est chantée en différentes langues: l’arabe, le hassania, le poular, le soninké et le wolof.

Organologie

Les principaux instruments de musique

  • Le tidinit, petit luth à quatre cordes sans archet
  • Le balafon est une sorte de xylophone entièrement fait de bois. Il comporte entre 18 et 26 lames de différentes tailles, ce qui produit différents sons. Il se joue avec une paire de baguettes.
  • Le djembé, est un instrument de percussion. Le corps de l’instrument, fait de divers bois, peut avoir différentes tailles et formes. La partie supérieure, sur laquelle on tape, est composée de cuir (chèvre, chameau…). Ces instruments populaires sont nombreux en Mauritanie.
  • La kora est un instrument apparenté à la guitare et à la harpe. Il est composé de différentes cordes entre 10 et 30 reliées à une caisse de résonance en forme de demi-sphère et à un axe en bois.

Son équivalent chez les femmes maures sappelle "ardine". Les griots maures utilisent un autre instrument à corde appelé "tidinite".

  • Le "tbel" : grand tam tam.

Musiciens et chanteurs

Les principales vedettes de la musique maure sont :

  • Malouma Mint Meydah, c’est la musicienne la plus connue sur la chaîne internationale, actuellement elle est élue comme sénatrice au sénat de la Mauritanie et elle pratique une musique très moderne.
  • Dimi Mint Abba, c’est la plus populaire sur la chaîne nationale.

On peut rajouter d’autres vedettes comme Oleya Mint Amarchitt, Sedoum Ould Eida, Baba Ould Himbara et le rappeur semi harratin et Wolof, Papis Kimy qui a cartonné avec son album sorti en 2003,...


Les principales vedettes de la musique Peule sont : La transmission orale des traditions et des légendes est très importante chez les Peuls. Enseignée auprès des adolescents par les anciens qui transmettent l'oralité de l'histoire du peuple, ses exploits, ses rites et des vertus comme le courage et l'hospitalité, la gentillesse et des histoire et des contes autour de la faune...

Les gardiens de l'histoire des conflits sont véhiculés par des griots appelé « Wambabe » par le biais de la musique traditionnelle qui chante les louanges des grands guerriers et les grands connaisseurs des animaux.

Sur la chaîne mauritanienne le plus connu au niveau de la musique traditionnelle mauritanienne sont : Saidou Guédda, Barou Sall Ndiarou, Samaba Labboudou Ba Samba Hammmat gadio...

Dans la modernité on peu citer des musiciens comme Ousmane Hamady Diop, Abou diouba Deh, Ousmane Guangué et le rappeur Diamanteki.


Les principales vedettes dans la musique des Soninkés sont :

  • Touré Kunda qui pratique une musique très moderne.
  • Ganda Fadiga qui est le plus écouté des musiciens soninkés traditionnels sur la chaîne nationale, on peut citer aussi d’autres comme Daby Touré ou Demba Tandia.

Discographie

  • Mauritanie : chants de femmes Nemadi, Buda musique, Paris ; Universal, date?
  • Musique et chants de Mauritanie, Auvidis, Paris, 1992
  • Mauritanie : concert sous la tente (collec. Charles Duvelle), Universal Division Mercury, Antony, 1999
  • Mauritanie : Azawan, l'art des griots, Maison des Cultures du Monde, Paris ; Auvidis, Antony, 1997-2001
  • Mauritanie : du désert au fleuve (collec. Francis Corpataux), Arion, Paris, 2000
  • Griots de Mauritanie : Hodh occidental (collec. Charles Duvelle), Universal Division Mercury, Antony, 2000
  • Musique Maure : Mauritanie (collec. Charles Duvelle), Universal Division Mercury, Antony, 2002

Voir aussi