Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Musique de l'Equateur

Musique de l'Equateur

http://img.over-blog.com/500x333/1/50/59/42/chanteurs/chanteur-3/chanteurs4/Colombie/n60986822968_1279727_9689.jpg

La musique de l'Equateur ou  la musique équatorienne possède diverses formes musicales qui ont émergé dans la région de la République de l'Équateur. Cela comprend de nombreux types de musique traditionnelle et populaire  qui ont évolué à travers l'histoire de ce pays.contrairement à la musique colombienne, les paroles de la musique équatorienne est décrite comme triste et nostalgique à l'instar de la chanson qui a fait le tour du globe, Nuestro juramento, de Julio Jaramillo.

On sait peu de chose à propos de l'histoire de la musique équatorienne avant le contact avec la culture européenne (1534), mais, fondamentalement, les rythmes traditionnels sont des métissages musicaux entre la musique andine,  amazonienne et plus tard des colons européens et esclaves africains.

La musique et la danse conservent leurs caractéristiques anciennes. On utilise la gamme précolombienne même si, aux tambours (cajas et tinyas) et percussions, sifflets et ocarinas, flûtes de Pan (antaras) et flûtes droites (kenas), on a ajouté des instruments à cordes (guitares et violons). Le folklore n'a pas encore été détrôné par la musique américaine.

L'essence de la musique équatorienne est plus que probablement le pasillo qui est une forme de valse du pays, plus rapide que la valse viennoise pratiquée dans les la classe supérieure. Le pasillo s'établit comme genre musical dans le cours de la seconde moitié du 19e siècle. Cette valse comprend deux temps forts et un faible. A la fin du 19e siècle, le pasillo en Equateur est rapide, puis au 20e, on revient à un tempo plus lent. Le compositeur, Francisco Paredes Herrera, surnommé le roi ou le prince du pasillo, a écrit quelque 3000 oeuvres, de différents rythmes. Il est probablement le compositeur le plus fécond d'Amérique latine. Le pasillo a longtemps exprimé l'âme équatorienne et qu'il est devenu un genre musical classique, qui appartient au patrimoine du pays, à l'égal par exemple du bambuco en Colombie. Les créateurs et interprètes actuels sont devant l'alternative suivante : ou créer un genre nouveau qui exprimerait l'équatorianité en ce début de 21e siècle, ou renouveler le pasillo classique par des paroles et des interprétations actuelles et représentant la société équatorienne. Dans ce contexte, le défi qui est proposé aux créateurs et interprètes du pasillo est d'ordre national, - parvenir à toucher le coeur de leurs compatriotes -, puis une relance au niveau international pour redorer le blason de cette musique afin de lui octroyer un statut universel. En Équateur, on danse aussi la cumbia colombienne et le merengue davantage rythmé et dansant.

La musique en Equateur a évolué à travers les âges, et s'influence avec les musiques  modernes tels que la techno, le rock ou pop, certain également ont été fusionnés avec des rythmes autochtones en intégrant les instruments électroniques pour accompagner la musique traditionnelle équatorienne (techno- sanjuanito ou de la techno-parade).

Bibliographie

  • Bethell, Leslie; Gordon Brotherston, Jaime Concha, Gerard Behague, Damian Bayon (1998). A Cultural History of Latin America. Cambridge University Press. p. 362.ISBN 0521626269.
  • Vernon, Paul (1995). Ethnic and Vernacular Music. Greenwood Press. p. 2553. ISBN 0313295530.