Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Musique au Venezuela

Musique au Venezuela

800px-Flag_of_Venezuela.svg.png

La musique de ce pays assimile les apports culturels les plus divers. Les éléments amérindiens et africains occupent un espace non négligeable face à l'élément espagnol, qui est prépondérant. Chaque région a un folklore bien défini. Quant à la musique classique, elle est restée fidèle à la musique populaire, d'où elle tire sa principale inspiration. Cette musique n'est pas aussi connue au niveau international comme le sont la musique brésilienneMusique colombienne et des Caraïbes mais offre cependant des artistes talentueux dans les genres musicaux les plus divers du plus classique (Vitas Brenner) jusqu'au plus pop (Mariana Vega), en passant par le rock (Sentimiento Muerto), le ska (Desorden Público), et le hip-hop (3 Dueños), l'Opéra (Alfredo Sadel), et les genres issus du folklore comme Simón Díaz, Serenata Guayanesa, Un Sólo Pueblo,...

La musique du Venezuela est influencée par ses origines amérindiennes, africaine et hispanique. La musique populaire d'origine afro-antillaise est reine dans le cœur des Vénézuéliens.

Le merengue, la cumbia et la salsa font danser et vibrer jeunes et moins jeunes dans l'ensemble du pays. Ces rythmes endiablés se sont frayé un chemin jusqu'au Venezuela, influençant les plus grands artistes contemporains du pays : Oscar D'León est sans conteste le plus connu des salseros dans le monde. Le Venezuela a également produit des compositeurs classiques , tels que Moïse Moleiro, Teresa Carreño (qui était aussi une pianiste de renom à travers le monde), Eduardo Marturet, Antonio Estévez, Federico Ruiz (qui travaille également d'autres genres musicaux) et Vicente Emilio Sojo (connu pour ses contributions à la musicologie et l'éducation musicale). Roberto Ruscitti a suivi leurs pas. Esperanza Maria Carrero Luper connues pour ses valses, le guitariste Antonio Lauro,...Certaines grandes figures qui ont fait la musique de ce pays ont curieusement été des étrangers, venus comme visiteurs pour diverses circonstances (guerres, dictatures par exemple) et finirent par tomber amoureux de la culture du Venezuela. pour ne citer que les cas de Soledad Bravo, Billo Frómeta, Ilan Chéster, Yordano, Vitas Brenner, etc.

Le Venezuela accueille également un réseau de conservatoires et écoles de musique. Il existe également des écoles et des instituts de musique privés. 

Les mouvements contemporains de la musique underground se sont multipliés avec de nouveaux projets musicaux qui ont ouvert de nouveaux espaces dans la musique vénézuélienne. Fin des années 90, le Venezuela a connu le début d'un important mouvement de musique électronique. Plusieurs grands festivals ont débuté comme par exemple "Caracas no Duerme", "AX", "Petaquire", et "Mare Nostrum". Ces évènements ont combinés la musique à la vidéo et ont vu l’émergence et les performances d'artistes comme Luis Poleo, Frank Wow. Les principaux groupe de cette époque ont été Ojo Fatuo, DJ Oddo, DJ Wyz et Marìa Esperanza.

Au niveau de la production, citons Yasmil Marrufo: né à Coro qui s'est installé à Miami pour se convertir comme l'un des producteurs les plus important d'Amérique Latine. Ricky Martin, Alexandre Pires et Chayanne sont quelques artistes qui lui doivent leurs plus grands succès.

Organologie

La culture autochtone est aujourd'hui présente dans la musique à travers certains instruments de musique, entre autres le cameo, un tambour, et le botuto, une sorte de trompette.

L'instrument de musique national par excellence est le « cuatro », similaire a la guitare, mais plus petit et doté de quatre cordes ; d'une très particulière sonorité, il est la base musicale de tous les « conjuntos criollos », petits orchestres créoles (du pays), appelés aussi « conjuntos de harpa, cuatro y maracas », qui accompagnent les chanteurs de joropo (qui est un style de musique qui a des racines en commun avec lamusique colombienne des plaines), de valses criollos, de jotas margariteñas, de gaitas maracuchas (de Maracaibo), etc. Cet instrument est joué à la base dans la plupart des genres du folklore, à l’exception des musiques d’origine nettement africaines ou autochtones. Son ancêtre est le luth, connu déjà des Perses, des Crétois et des Égyptiens de l’Antiquité, dont l’arrivée dans la péninsule ibérique coïncide avec les invasions mauresques. Au XVIe siècle, en Espagne, la guitare comptait quatre cordes. Ce n’est que plus tard qu’on lui en adjoint une cinquième, puis une sixième. Selon certains musicologues, le cuatro, arrivé au Venezuela avec les premiers conquistadores espagnols, représenterait donc l’authentique guitare de la Renaissance.

Une autre instrument de musique introduit au Venezuela; la cornemuse (gaïta) est utilisée dans la musique populaire dans le contexte de la Gaita zuliana pour devenir un genre musical joué dans la régionion de l'État de Zulia surtout très populaire pendant la saison de Noël. Cette musique est très populaire à cette époque de l'année dans tout le pays.

 

Artistes de rock

Le rock au Venezuela a fait ses premiers pas à la fin des années 1950, grâce à des groupes pionniers comme Los Impala, Los Claners, Los 007 et las Cuatro Monedas, en recherche d'une identité stylistique et se démarquant du rock anglo-saxon. De nouveaux groupes sont actuellement en tête d'affiche et sont produit par l'industrie musicale mondiale, un des exemples les plus remarquables sont los Amigos Invisibles, qui ont obtenu une nomination dans les Grammy Awards en 2001.

  • Vytas Brenner
  • Los Holidays
  • Los Claners
  • Los 007
  • Los Amigos Invisibles
  • Cuatro Monedas
  • Témpano
  • Aditus
  • Paul Gillman
  • Malegua
  • Melissa
  • Aguilar
  • Culto Oculto
  • Sentimiento Muerto
  • Social Klash
  • Desorden Público
  • Dermis Tatú
  • Alta Frequencia
  • Hydra
  • 20/20
  • Proyecto Franklin Holland
  • Sentencia
  • Resistencia
  • Seguridad Nacional
  • Radio Clip
  • Stratuz
  • Krueger
  • Caramelos de Cianuro
  • Baphometh
  • Los Mesoneros
  • Los Gusanos
  • Sacrifice
  • Power Age
  • Uzi
  • Spectro
  • Jose Arevalo Rock Band
  • La P electrica
  • Luz Verde
  • Vinilo Versus
  • La Vida Boheme
  • Vielma ha Hurtado las Porras

Bibliographie

  • Peñín, José y Walter Guido. "Enciclopedia de la Música en Venezuela", Tomo I. Caracas. Fundación Bigott. ISBN 980-5420-03-X
  • Rosenberg, Dan and Phil Sweeney. "Salsa con Gasolina". 2000. In Broughton, Simon and Ellingham, Mark with McConnachie, James and Duane, Orla (Ed.), World Music, Vol. 2: Latin & North America, Caribbean, India, Asia and Pacific, pp 624–630. Rough Guides Ltd, Penguin Books. ISBN 1-85828-636-0

 

Voir aussi