Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Míkis Theodorákis

Míkis Theodorákis

MikisTheodorakis.jpg

Míkis Theodorákis est un compositeur, résistant et homme politique grec (Chios, 1925). Sa Chanson du capitaine Zacharias (1939) fut un des hymnes de la Résistance grecque. Il a écrit des œuvres instrumentales (Première Symphonie; les Amants de Teruel, ballet), de la musique de scène et de film (Zorba le Grec, 1965; Z, 1968), des oratorios (Canto general, sur des poèmes de Pablo Neruda) et des mélodies (sur des poèmes de Federico García Lorca, d'Eluard, etc.). Emprisonné en 1967 lors du coup d'État, il fut libéré trois ans plus tard et vécut un temps exilé en France (1970-1974). Résistant, il a combattu l'Occupation allemande comme la junte des colonels, et ses engagements lui ont valu la prison, la torture, l'exil. Patriote, il rêve d'une Grèce dont le rayonnement n'aurait pas faibli depuis deux mille ans, et tout dans son parcours tend à rappeler les valeurs fondamentales que sont la liberté, la démocratie et la culture. Ce n’est donc pas étonnant qu’encore une fois, même s’il est à présent octogénaire, il ne se contente pas d’assister aux événements qui touchent son pays de manière passive.

 

 

Alors que des plus jeunes auraient pu reprendre le flambeau, c'est lui, malgré sa maladie et son âge avancé, qui tente de faire bouger les choses. Ce militant infatigable pour la liberté et la grécité aurait pu rester en retrait. Il a cependant choisi de s'impliquer, une fois de plus, dans la crise que traverse la Grèce.

mikis2--1-.jpg

Œuvre musicale

Il approfondit son itinéraire musical et obtient en 1950 une bourse pour étudier à Paris au conservatoire, dans les cours d’Olivier Messiaen notamment. L’œuvre de Theodorakis marie plusieurs genres : poésie, philosophie, essais politiques et musique. Une grande variété d’œuvres en témoigne : chanson populaire, oratorio, musique de chambre, ballet, symphonie, musique de film. Mikis Theodorakis a fait découvrir au monde la profonde beauté des mélodies grecques. Il a contribué aussi à développer la conscience politique des citoyens de toute la planète en composant la trame sonore de films comme Z, État de siège et Serpico, qui dénoncent des atteintes aux droits de la personne.

Lieder, chansons, cycles de chansons

Theodorakis a composé plus de mille mélodies, dont un certain nombre de cycles, parfois pour des chanteurs spécifiques comme Arda Mandikian. Reposant sur des poèmes de plus grands auteurs helléniques, ainsi que sur des textes de Lorca et de Pablo Neruda, ils appartiennent maintenant au patrimoine culturel, non seulement de la Grèce, mais du monde : « Epitaphios », « Archipelagos », « Politia », « Epiphania », « L'Otage », « Mykres Kyklades », « Mauthausen », « Romiossini », « Le Soleil et le Temps », « Chansons pour Andreas », « Mythologie », « Nuit de Mort », « Ta Lyrika », « Les Quartiers du Monde », « Dionysos », « Phaedra », « Mia Thalassa », « Poetica » (Lyricotera, Lyricotata), « Erimia », « Odysseia »…


Musique symphonique

  • 1952 : Concerto pour piano « Hélicon »
  • 1953 : Symphonie No.1 (« Proti Simfonia »)
  • 1958 : Concerto pour piano
  • 1981 : Symphonie No. 2 (`Le Chant de la Terre"; Texte: Mikis Theodorakis) chœur d'enfants, piano concertant et orchestre)
  • 1981 : Symphonie No. 3 (Textes: D. Solomos; K. Kavafis; Hymnes byzantins) pour soprano, chœur et orchestre
  • 1983 : Symphonie No. 7 (« du Printemps »; Textes : Yánnis Rítsos ; Yorgos Kouloukis) pour 4 solistes, chœur et orchestre
  • 1986-1987 : Symphonie No. 4 (« Des Chœurs ») pour soprano, mezzo, récitant, chœur et orchestre symphonique sans cordes).
  • 1996 : Rhapsodie pour guitare et orchestre
  • 1997 : Rhapsodie pour violoncelle et orchestre
  • 2008 : Rhapsodie pour trompette et orchestre

Musique de chambre

  • 1942 : Sonatine pour piano
  • 1945 : Elegie numéro, pour violoncelle et piano
  • 1945 : Elegie numéro, pour violon et piano
  • 1946 : To Kimitiro (Le Cimetiere) pour quatuor à cordes
  • 1946 : Quatuor à Cordes numéro1
  • 1946 : Duetto, pour 2 violons
  • 1947 : Trio, pour violon, violoncelle et piano
  • 1947 : Onze Préludes, pour piano
  • 1947 : Sextuor, pour piano, flûte et quatuor à cordes
  • 1949 : Étude, pour deux violon et violoncelle. AST 58
  • 1952 : Syrtos Chaniotikos, pour piano et percussion
  • 1952 : Sonatine numéro 1, pour violon et piano
  • 1955 : Petite Suite, pour piano. AST 90
  • 1955 : Passacaglia, pour deux pianos. AST 96
  • 1955 : Sonatine, pour piano
  • 1958 : Sonatine n °2, pour violon et piano
  • 1989 : Choros Asikikos (Danses Galantes), pour violoncelle seul
  • 2007 : East of the Aegean / A l'Est de l'Egée, cycle pour piano et violoncelle

Cantates et Oratorios

  • 1960 : Axion Esti (Texte : Odysséas Elýtis)
  • 1967 : Epiphania Averoff (Texte: Giorgos Séféris)
  • 1969 : La Marche de l'Esprit (Texte: Angelos Sikelianos); « État de Siège » (Texte: Rena Hadjidakis)
  • 1971-1982 : Canto General (Texte: Pablo Neruda)
  • 1981-1982 : Kata Saddukaion Pathi (Passion des Sadducéens; Texte: Michalis Katsaros) pour ténor, baryton, basse, chœur et orchestre
  • 1982 : Liturgie No. 2 pour chœur a cappella (« Aux Enfants tués dans les guerres », Textes: Tassos Livaditis, Mikis Theodorakis) ;
  • 1982-1983 : Lorca, pour voix, guitare solo, chœur et orchestre; (sur la base du « Romancero Gitan »)
  • 1992 : Canto Olympico, pour piano solo, chœur et orchestre

Hymnes

  • 1970 : Hymne pour Nasser
  • 1973 : Hymne pour le Mouvement socialiste du Venezuela
  • 1973 : Hymne pour les Étudiants. Dédié à l’École Polytechnique d'Athènes
  • 1977 : Hymne du Parti Socialiste Français
  • 1978 : Hymne pour Malte
  • 1982 : Hymne de l'OLP
  • 1991 : Hymne des Compétitions Méditerranéennes 1991
  • 1992 : Hellénisme - Hymne grec pour l’ouverture des JO de Barcelone

Ballets

  • 1953 : Carnaval grec (chorégraphie: Rallou Manou)
  • 1958 : Le Feu aux poudres (chor.: Paul Goubé, avec Ludmila Tcherina)
  • 1958 : Les Amants de Téruel (chor.: Milko Sparembleck)
  • 1959 : Antigone (chor.: John Cranko)
  • 1972 : Antigone en prison (chor.: Micha van Hoecke)
  • 1979 : Elektra (chor.: Serge Kenten)
  • 1983 : Sept Danses grecques (chor.: Maurice Béjart)
  • 1987-1988 : Zorba le Grec (chor.: Lorca Massine).

Opéras

  • 1984-1985 : Kostas Karyotakis
  • 1988-1990 : Medea
  • 1992-1993 : Electra
  • 1995-1997 : Antigone
  • 1999-2001 : Lysistrata

Musique pour la scène

Tragédies classiques

  • 1959–1960 : Phinisses (Euripide)
  • 1960–1961 : Ajax (Sophocle)
  • 1977 : Iketides (Les Suppliantes) (Euripide)
  • 1979 : Ippies (Aristophane)
  • 1986-1988 : Orestie : Agamemnon - Choéphores - Euménides (Eschyle)
  • 1987 : Hekabe (Euripide)
  • 1990 : Antigone (Sophocle)
  • 1992 : Promithefs Desmotis (Prométhée echaîné) (Eschyle)
  • 1996 : Oidipus Tyrannos (Œdipe le Tyran)(Sophocle)
  • 2001 : Médée (Euripide)

Théâtre moderne grec

  • 1960-1961 / 1992 : To Tragoudi Tou Nekrou Adelfou (Ballade du Frère Mort), tragédie musicale (Texte: Mikis Theodorakis).
  • 1961-1962 : Omorphi Poli (Belle Cité), revue musicale (Bost, Christodoulou, Christofelis e.a.)
  • 1963 : I Gitonia ton Angelon (Le Quartier des Anges), comédie musicale (Iacovos Kabanellis)
  • 1963 : Magiki Poli (Cité enchantée), revue musicale (Theodorakis, Pergialis, Katsaros)
  • 1971 : Antigoni stin Filaki (Antigone en Prison), drame (Yánnis Rítsos)
  • 1974 : Prodomenos Laos (Peuple trahi), Musique pour le théâtre (Vangelis Goufas)
  • 1975 : Echtros Laos (Peuple ennemi), drame (Iakovos Kabanellis)
  • 1975 : Christophorus Kolumbus, drame (Níkos Kazantzákis)
  • 1976 : Kapodistrias, drame (Níkos Kazantzákis)
  • 1977 : O Allos Alexandros (L'autre Alexandre), drame (Margarita Limberaki)
  • 1979 : Papflessas, théâtre (Spiros Melas)

Théâtre International

  • 1961 : Enas Omiros (L'Otage), drame (Brendan Behan)
  • 1963 : Siniko tichos (Le Mur de Chine), drame (Max Frisch)
  • 1975 : Das Sauspiel, Tragicomédie (Martin Walser)
  • 1978 : Polites B' Katigorias (Citoyens de 2e classe), drame (Brian Friel)
  • 1979 : Caligula, drame (Albert Camus)
  • 1980 : Periclès, tragédie (William Shakespeare)
  • 1994 : Macbeth, tragédie (William Shakespeare).

Principales musiques de films

  • 1957 : Intelligence Service (Ill Met by Moonlight) de Michael Powell et Emeric Pressburger
  • 1959 : Lune de miel (Luna de miel) de Michael Powell
  • 1960 : Faces in the Dark de David Eady
  • 1961 : Le Spectre du chat ( Shadow of the Cat) de John Gilling
  • 1962 : Les Amants de Téruel de Raymond Rouleau
  • 1962 : Electre de Michael Cacoyannis
  • 1962 : Phaedra de Jules Dassin
  • 1962 : le Couteau dans la plaie d'Anatole Litvak
  • 1964 : Zorba le Grec (Zorba the Greek) de Michael Cacoyannis
  • 1967 : Le Jour où les poissons sont sortis de l'eau (The Day the Fish came out) de Michael Cacoyannis
  • 1969 : Z Costa-Gavras
  • 1971 : Les Troyennes (The Trojan Women) de Michael Cacoyannis
  • 1972 : État de siège de Costa-Gavras
  • 1973 : Serpico de Sidney Lumet
  • 1974 : La Répétition (The Rehearsal) de Jules Dassin
  • 1977 : Iphigénie de Michael Cacoyannis
  • 1980 : L'Homme à l'œillet (O anthropos me to garyfallo) de Nikos Tzimas

Mikis Theodorakis, compositeur - réalisé par Asteris Koutoulas etKlaus Salge en 2010

Pour la première fois, un film s'intéresse à l'ensemble de l'oeuvre du compositeur grec Mikis Theodorakis et en dévoile des facettes inattendues.

En un peu moins d'une heure, ce film documentaire brosse près de soixante-dix ans de création artistique. Un parcours qui s'étend des premières mélodies et cantates liturgiques à la musique de chambre, de la Sinfonietta des années 1940 à la Suite n° 1 pour piano et orchestre, des compositions de la période parisienne aux mélodies des années 1960, de l'oratorio Canto general à la Symphonie n° 4, des rhapsodies pour guitare et violoncelle aux opéras. La musique et le destin de Mikis Theodorakis ne sauraient être dissociés des soubresauts de l'histoire de son pays et de celle l'Europe. En juillet 2010, cette légende vivante de la Grèce moderne a fêté ses 85 ans.

«Spitha» : Mikis Théodorakis lance un nouveau mouvement politique

« Spitha », voilà le nom du mouvement anti-rigueur qu’a lancé Théodorakis, le 1er décembre 2010. En français, « Spitha » signifie « Étincelle », celle que le compositeur voudrait bien rallumer dans le cœur des Grecs. Avec ce mouvement, qui ne se veut pas un parti politique, Théodorakis appelle les citoyens grecs à la désobéissance. Le compositeur souhaite ainsi protester contre les décisions du gouvernement émanant, selon lui, des États-Unis, du Fonds monétaire international et de l'Union européenne, et cédant la souveraineté nationale à des puissances étrangères.

Un mouvement de citoyens indépendants

Concerné plus que jamais par l’avenir de son pays, il a en effet expliqué que « Spitha » est un mouvement de défiance qui vise à se démarquer dans la pratique contre les décisions illégales, antidémocratiques et antipopulaires du gouvernement. La mise en place du mouvement de citoyens indépendants vise ainsi à instaurer un dialogue avec le peuple sur la manière de surmonter la crise par la mise en œuvre d’actions coordonnées.

Dans son discours de deux heures et demie prononcé à l’Institut Michael Cacoyannis à Athènes, le compositeur a attaqué le système politique corrompu qui a conduit le pays à la faillite. Il a analysé la façon dont la Grèce a accumulé tant de dettes et a proposé la séparation du pays du programme de sauvetage du FMI-Bruxelles. Selon lui, la Grèce pourrait obtenir des prêts à des conditions plus favorables auprès de marchés non européens, comme la Russie et la Chine.

Théodorakis a aussi suggéré que le gouvernement taxe les banques plutôt que d’implanter des mesures d’austérité et a accusé le FMI de faire de la Grèce un pion dans l’échiquier américain. Il a également encouragé l'élaboration d'une nouvelle doctrine de défense nationale, à l'extérieur de la planification de l'OTAN.

Mikis_Theodorakis_Fabrik_070004.jpg

Voir aussi

  • Musique grecque