Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Marocains du monde : Focus sur Tofik Dibi

Marocains du monde : Focus sur Tofik Dibi

tofik-dibi.png

Tovek (Tofik) Dibi (né le 19 novembre 1980, à Flessingue) est un militant et jeune parlementaire écologique Groenlinks néerlandais. D'origine marocaine, il se spécialisedans les matières de droit pénal, d'insécurité, jeunesse, droit de la famille ainsi que les questions d'intégration. Tofik Dibi est musulman, marxiste anti Geert Wilders, et défend comme tous les membres de sa formation politique, les droits des homosexuels. (source)

Brillant universitaire, ce marocain du monde étudie la communication, les médias et la culture à l'Université d'Amsterdam. Son domaine de prédilection est le cinéma.

Il a été actif pendant ses études au sein du Syndicat des travailleurs marxistes turcs aux Pays-Bas, et est engagé dans les mouvements associatifs de son quartier. Il est décrit comme un jeune homme très sympathique et toujours à l'écoute des gens. Il pointe du doigt toute discrimination raciale à l'encontre des allochtones.

En 2008, le jeune politicien reçoit le prix du talent politique de l'année. En décembre 2011, à Amsterdam avec Irshad Manji, une jeune Canadienne musulmane et lesbienne ils participent ensemble à un débat qui devait porter sur les réformes de l'islam, parrainé par la Fondation européenne pour la démocratie.

Des islamistes s'en prennent alors à eux en tentant d'interrompre ce débat, en exhibant le drapeau noir du djihad et hurlant en autre « takfir » (apostasie ou encore « Allah Akbar  ». Ces extrémistes appellent à la mort des deux conférenciers en reprochant l'homosexualité de Irshad Manji en la menaçant de lui briser le cou. Ils ont alors exigé que les deux intervenants, Manji et Dibi, soient exécutés pour apostasie.

Pour ces salafistes, il n'existe pas d'autre langage que celui de l'injure, l'intimidation et la menace de violence.

Cette vidéo nous fais frissonner par cette violence intolérable dont ils ont été tous les deux victimes...

‘Eén mens kan iets veranderen’