Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Maroc : Le " Roi des pauvres" continue de s'enrichir à moindre frais ! par Salah Elayoubi

Maroc : Le " Roi des pauvres" continue de s'enrichir à moindre frais ! par Salah Elayoubi

 

Dans un article  titré  « Le roi du Maroc principal bénéficiaire de l’accord commercial avec l’Europe », Fiona Govan, journaliste au « Telegraph »,  a indiqué  que le Comité du Parlement européen pour le commerce international, a donné son feu vert, la semaine dernière, à un nouvel accord agricole destiné à alléger les restrictions sur l'importation de fruits et légumes du Maroc. 

« Il apparaît que l’unique et plus grand bénéficiaire de cette opération sera le Roi du Maroc, propriétaire de plus de 12 000 hectares de terres agricoles les plus fertiles du pays et  patron de l'un des trois plus grands producteurs agricoles en Afrique du Nord », a dit en substance la journaliste,  avant de poursuivre que le nouvel accord, qui semble avoir été taillé sur mesure, pour « booster » la fortune personnelle du roi du Maroc, fait l’objet, comme l’accord de pêche, d’une véritable levée de boucliers, de la part  des groupes de défense des droits de l’homme qui n’ont pas manqué de pointer du doigt les centaines d’hectares de cultures sous serres, possession du roi du Maroc, dans la région de Dakhla, au Sahara occidental. Les responsables de ces groupes affirment  que l'accord qui profite essentiellement au roi, équivaut à une violation du droit international.

Le Western Sahara Resource Watch (WSRW),  qui mène actuellement une étude d'impact de l'industrie agricole sur le peuple sahraoui, a déclaré que  le nouvel accord agricole de l'UE « appuie la stratégie marocaine de règlement du problème du  Sahara occidental». "Le roi du Maroc est  propriétaire de l'industrie de la tomate au Sahara Occidental occupé», a souligné Erik Hagen de WSRW.  Les rapports qui circulent, avancent qu’environ 10 000 personnes sont employées,  dans les plantations de fruits et légumes dans la région de Dakhla qui sont la possession de ceux  qualifiés  de  « colons marocains ».

Mohammed VI qui semble avoir, contrairement à son père, compris les bénéfices à tirer de l’agriculture, a entrepris d’importants investissement, y compris au Sahara où il a bénéficié de terres agricoles, sans bourse délier,  pour la production de tomates, de fruits et légumes.

167800_184354274916306_100000252041688_613692_548928_n.jpg

La culture agricole au milieu d’un désert exige une technologie avancée. Pourtant, dans la région de Dakhla, les plantes sont cultivées sous serre, hors sol et nourries avec des solutions d’éléments nutritifs. Pour l'irrigation, l'eau est tirée de 300 à 600 mètres de profondeur, au mépris de l'environnement, d’une importante nappe souterraine d’eau fossile non-renouvelable.

Dans la foulée de sa décision de renforcer ses investissements agricoles, le roi avait, même annoncé, à la surprise générale,  en 2008  la prorogation de  l’exonération fiscale pour le monde agricole jusqu’en 2013. Fortement décriée par les milieux agricoles marocains, cette mesure ne sert pas les intérêts des petits agriculteurs, qui ne paient de toutes façons pas d'impôts,  mais sert plutôt les gros agriculteurs, dont le premier d’entre eux,   les « Domaines royaux ».

tomato-map.jpg