Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Marche pour la cérémonie des Turcs (J.B. Lully)

Marche pour la cérémonie des Turcs (J.B. Lully)

grandturc.jpg

La Cérémonie des Turcs est une musique sous forme de marche majestueuse pour une comédie composée par Jean-Baptiste Lully commandée par le Roi Louis XIV en personne pour les besoins de la Pièce de Molière, le Bourgeois Gentillome, destinée à faire de M. Jourdain un Mamamouchi (terme - peut-être adapté de l’arabe - désignant une personne qui se donne des airs supérieurs sans en avoir réellement conscience). L'une des raisons du succès qu'elle remporta immédiatement est le goût de l'époque pour ce qu'on appelait les turqueries.

La Comédie-ballet montée à Chambord, pour le divertissement du Roi le 14 octobre 1670, et représentée en Public, à Paris, pour la première fois, au théâtre du Palais-Royal, le 23 novembre 1670 par la Troupe du Roi. La pièce résulte d'une commande du roi lui-même qui souhaitait un «ballet turc ridicule».

Pour la savoureuse anecdote,  la visite à la Cour de l'envoyé de la Porte en novembre 1669 avait laissé un souvenir cocasse. Croyant avoir affaire à l'ambassadeur du Grand Turc en personne, Louis XIV s'était présenté dans le plus grand faste possible pour impressionner son hôte: son brocart d'or était tellement couvert de diamants "qu'il semblait environné de lumière"; son chapeau était orné d'un "bouquet de plumes magnifiques". Les gentilshommmes étaient à l'image du monarque de Droit divin, groupés dans la salle d'audience, où un trône d'argent avait été dressé sur une estrade.

C'est alors que le chevalier d'Arvieux, interprète pour cette occasion auprès du Roi Soleil, apprend en relisant la lettre du Grand Seigneur, que le mot "Elchi", qui veut dire "ambassadeur", ne s'y trouvait pas et que Soliman Aga n'était pas du tout ambassadeur mais un émissaire sans lettre de Crédit. Tout le luxe déployé à cette occasion se trouva alors totalement injustifié! Afin d'échapper au ridicule qui le guettait, Louis XIV eut l'idée de commander à Lully "un ballet turc ridicule" transférant ainsi les moqueries sur les turcs. Cette visite protocolaire était destinée à restaurer les liens diplomatiques entre la France et la Turquie, a été un échec complet. Elle sera cependant à l'origine de deux évènements importants : l'introduction du café en France. L'Empire ottoman était alors un sujet de préoccupation universel dans les esprits et on cherchait à l'apprivoiser.

L’orchestre utilise presque tous les instruments existant à l’époque, exceptés les trompettes et timbales, réservées aux festivités.

Le ton grave de sol mineur, les rythmes pointés semblables aux grandes ouvertures d’opéras de Lully, les immenses accords (pour l’époque) contribuent à rendre le décalage voulu par les auteurs. Monsieur Jourdain, par la grandeur de la musique, pense vivre l’un des plus grands moments de son existence, alors que l’on se moque de lui.

Cette marche alterne deux parties (A et B, elles-mêmes possédant des reprises). La répétition incessante permet d’étoffer l’instrumentation au fur et à mesure et de donner aux danseurs une impression de vertige.