Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Luz Casal et Carlos Nuñez - Negra sombra

Luz Casal et Carlos Nuñez - Negra sombra

177999638bf780fb193nh5.jpg

Poème de Rosalía de Castro (Saint-Jacques-de-Compostelle 1837 – Padrón, 1885), version adaptée pour Luz Casal et Carlos Nuñez. Paroles en galicien est en castillan. La Galice en Espagne a, dans les esprits, une position proche de la Bretagne en France avec toutefois une nette différence puisqu’elle est, comme toutes régions espagnoles, reconnue comme une communauté autonome et historique. De plus, la Galice fut occupée avant l’Ere chrétienne par des peuples ayant des origines celtes, peut-être les mêmes que ceux qui occuperont la Bretagne.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/ca/Rosalia.jpg

Elle est une figure fondatrice et emblématique de la littérature galicienne moderne, mais aussi un mythe populaire. Poétesse et écrivain en langue galicienne et en castillan de la seconde moitié du XIX ème siècle Rosalía de Castro, avec Pondalet Castelao figure au panthéon des intellectuels qui fondent l'identité nationale de la Galice moderne.

Sa vision de la campagne galicienne, la tristesse et les douleurs de ses paysans, les fêtes et les joies, l'immigration, sont les thèmes traités dans « Cantares Gallegos » (1863). On dit que son œuvre a plus contribué à faire connaitre le caractère galicien que tous les discours, conférences et publications.

 71759_1702244475520_1220199169_31907890_6472480_n.jpg

Soundtrack: Sea Inside (The) [Mar Adentro] - Titre: Negra Sombra (Carlos Núñez et Luz Casal)

Cuando pienso que te fuiste,

negra sombra que me asombras,

a los pies de mis cabezales,

tornas haciéndome mofa.

 

Cuando imagino que te has ido,

en el mismo sol te me muestras,

y eres la estrella que brilla,

y eres el viento que zumba.

 

Si cantan, eres tú que cantas,

si lloran eres tú que lloras,

y eres el murmullo del río

y eres la noche y eres la aurora.

 

En todo estás y tú eres todo,

para mí y en mi misma moras,

ni me abandonarás nunca,

sombra que siempre me asombras