Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Lola Flores, la Faraona !

Lola Flores, la Faraona !

http://1.bp.blogspot.com/_BiaWmg15OX8/SNlo9yJOAxI/AAAAAAAAAFo/ktf5B18lz5Y/s400/Lola+Flores.jpg
María Dolores Flores Ruiz, dit 
Lola Flores, ou encore "La Faraona" - La pharaone...fut une célébrissime chanteuse, danseuse et actrice espagnole née le 21 janvier 1923 à Jerez de la Frontera (Cadix), et décédée le 16 mai 1995 d'un cancer du sein dans a résidence de El Lerele.

Elle débuta sa carrière en se produisant avec le chanteur de flamenco Manolo Caracol avec qui elle a travaillé jusqu'en 1951. On se souvient d'elle interprétant des rôles de gitanes à tempérament fort.

Lola Flores commence pour le cinéma, dans «La Martingala» un film du réalisateur Fernando Mignoni, avec le célèbre chanteur de flamenco Niño de Marchena. Elle signe un contrat pour travailler à Gijon dans les Asturies et alterne tournées et participation à des films qui comprennent des intermèdes chantés et dansés.
Elle triomphe à Madrid au milieu des années 1940 avec un spectacle intitulé «Zambra» à côté de Manolo Caracol qui devient son partenaire et tournent «Embrujo» (1946) de Carlos Serrano de Osma. S'ensuit une tournée en Amérique latine.
A partir des années 1950, la diva reprend le cinéma pour chanter dans
«Trafiquants d’opium» de Julien Duvivier. 
35942_152251348123128_100000147924812_530413_8023247_n--1-.jpg
Lola Flores avec l'acteur  José Suárez

En 1953, Lola Flores fonde sa propre compagnie. Parmi ses musiciens se trouve le guitariste Antonio González dit El Pescaílla qui devient son époux. Ce dernier est considéré comme l'un des pères de la rumba catalane dont le style a inspiré une multitude d'artistes.

Elle a deux filles : Rosario Flores et Lolita Flores et un fils Antonio Flores, artistes.

La Faraona reçut les honneurs de Rocio Jurado, à de nombreuses occasions devant les caméras de télévision..

 

  • La zarzamora

  • Maria de la O

  • A tu vera

  • Ay pena penita

  • "Limosna de amores" (in El disco de oro - Seeco records, INC)



    Texte de Mario Scolas sur Wikipedia