Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
"Lettre ouverte à la secte des adversaires des sectes" - Interview d'Anne Morelli

"Lettre ouverte à la secte des adversaires des sectes" - Interview d'Anne Morelli

Anne Morelli est historienne. Son parcours universitaire l'a conduite à travailler sur des questions de sociologie des religions. Elle est directrice adjointe du centre interdisciplinaire d'étude des religions et de la laïcité à l'université libre de Bruxelles.

Dans cette interview, elle décrit avec éloquence et sans passion - elle est athée - la condition des minorités spirituelles en France et en Europe.  Une interview incontournable !

Un des ouvrages les plus populaires d'Anne Morelli est sa Lettre ouverte à la secte des adversaires des sectes (1997).

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/5/6/4/9782804012465.jpg

Elle y soutient la thèse qu'il n'y aurait aucune différence entre les sectes et les religions reconnues, ce qu'elle illustre avec des formules percutantes : « Je ne vois aucune différence de fond entre Mme Gabrielle, grande prêtresse du groupe Ananda, qui impose la capote, la pilule ou le stérilet à ses fidèles et M Wojtyla, « souverain pontife » qui les leur interdit. Tous deux, pour des raisons qui leur semblent excellentes, interviennent dans le plus intime des vies, viennent fouiller dans les tables de nuit et s’occupent de choisir à la place des individus » (p. 22) ou « Je pense que les sectes ne sont encore, en matière de « nocivité », que de pâles amateurs à côté des grandes multinationales des religions, dont les morts sont à comptabiliser par millions » (p. 68) et qu'il n'y aurait pas plus de différence entre le comportement de personnes que l'on dit appartenir à une secte et ceux qui les combattent (les antisectes) : « Il me semble suspect que, à travers le monde, des milliers de personnes liées entre elles par un réseau international aux multiples ramifications vivent pour et par la chasse aux sectes » (p. 73).

Dans une interview, elle déclare à ce sujet que les associations antisectes lui apparaissent comme « des groupes de gens inquiétants », stimulés, par le fait des subventions, à « créer ou mettre en valeur des scandales ». Elle considère que l'hystérie "antisecte" empêche tout examen sérieux et tout dialogue. Elle reproche aussi à la MIVILUDES ses pressions sur la télévision française à propos des nouveaux mouvements religieux.

Voir aussi