Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Les derviches tourneurs de Damas à Amsterdam (2007)

Les derviches tourneurs de Damas à Amsterdam (2007)

Pour les profanes, les Derviches Tourneurs évoquent la danse et la musique mystique en Turquie. Les mevlevihane est une musique d'inspiration religieuse qui renvoie aux ordres soufis et à leur expression telle que la danse mystique samâ, les hymnes ilâhi.
Je vous invite à faire plus ample connaissance avec ces danseurs et ces musiciens venus de Damas en Syrie qui nous entraînent dans leur quête spirituelle du Divin. La liberté, revers d'existence motive les soufis. Ils préfèrent l'intuition à la raison en donnant une interprétation allégorique du Coran. La musique et la danse sont des moyens efficaces de parvenir à la communication avec le divin. Ils ont recours au rythme, comme les derviches tourneurs turcs ou les gammalis pakistanais pour approcher Allah. Pendant des siècles, le spectacle des derviches tourneurs a figuré au premier rang de l’imaginaire occidental sur l’Orient. 
Ces soufis syriens perpétuent cette tradition, fondée par le théologien Mevlana au xiiie siècle. Cette danse sacrée menant à l’extase, dont le nom, samâ, signifie « audition spirituelle », s’est précisée au cours des siècles, et les plus grands compositeurs au sein de l’empire ottoman l’ont enrichie. Cette pratique remonte à l’avènement de l’Islam en 622 (A.D.) et le prophète (P.S.) fût reçu lors de son exode de la Mecque à Médine par un chant à sa gloire qui est jusqu’à ce jour chanté dans tous les pays arabes
Julien Jalâl Eddine Weiss réunit autour de l’Ensemble Al-Kindî de grands maîtres turcs, azéris et persans. Résonnent ainsi tanbur et kamantché ottoman aux côtés du nay, luth et qânoun arabes en retrouvant l’interprétation la plus juste et la plus raffinée de la musique arabe, telle qu’elle devait être jouée à Alep durant l’âge d’or de l’Empire Ottoman.

Voir aussi