Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Les artistes algériens à l'honneur au théâtre de Suresnes

Les artistes algériens à l'honneur au théâtre de Suresnes

Le théâtre de Suresnes Jean Vilar a le plaisir d'accueillir Biyouna pour son concert Blonde dans la Casbah le 14 mars 2010 et Souad Massi dans le cadre du festival chorus en concert le 21 mars 2010.

Biyouna
Blonde dans la Casbah
Chant : Biyouna
Accordéon : Dario Ivkovic
Batterie : Samy Chiboub
Contrebasse/ basse : Xavier Lugué
Percussion : Yousri Ghiat
Piano et direction musicale : Mustapha Mataoui
 
Artiste hors-normes, très populaire en Algérie aussi bien que dans la diaspora française, Biyouna a grandi au milieu du quartier Belcourt à Alger dans une famille ouverte aux arts. Elle monte très tôt sur les planches et apprend ses premières figures de danse à quatorze ans. Déjà habitée par la passion du chant, elle fait partie de plusieurs troupes, d’abord celle de Fadella Dziria où elle assure les chœurs. Par la suite, elle devient une animatrice réputée des fêtes de mariages. A dix-sept ans elle débute dans les plus grands cabarets de la ville. Et, elle débute une carrière d’actrice pour la télévision et le cinéma puis écrit des sketches, crée ses propres « one woman shows » et tient un rôle dans la première sitcom algérienne « Nass Mlah City ». En 1999, elle franchit la frontière de son pays, pour tourner au Maroc « Le harem de Madame Osmane» avec son compatriote Nadir Moknèche dont elle devient l’actrice fétiche, jouant notamment en 2004 dans « Viva l’Aldjérie ».

Néanmoins, la musique a toujours été présente dans le coeur de Biyouna, elle le prouve avec « Red Zone », un disque singulier paru en 2001, et en faisant la première partie du spectacle de Fellag à l’Opéra Comique deux ans plus tard.

Reine d’Alger avec sa voix brûlante et typée, Biyouna transcende les styles. Blonde dans la casbah est un travail de composition pour lequel la chanteuse Biyouna a pris son temps, choisissant avec soin un répertoire franco-algérien qui puise dans les deux cultures. Et qui nous plonge dans un univers luxuriant, dans une musique intercontinentale où cohabitent rock kitsch, blues baroque, swing arabe, funk reptilien et pop voluptueuse : une collection de magnifiques chansons populaires et modernes.

Homme comme femme, se reconnaissent dans ses chansons qui telles des vignettes ou des petits mélodrames du quotidien dans lesquels elle y glisse ses thèmes de prédilection : la liberté, la paix, l’hospitalité, le bon sens. Elle chante les rapports amoureux, fustige l’intolérance, les mesquineries et la bêtise, et ne rate pas une occasion de se moquer de ceux qui se mêlent des affaires des autres. Ce qui fait sa force c’est ce mélange d’intégrité et de folie, son côté rebelle mêlé de tendresse. Elle ne triche pas, elle joue ses chansons autant qu’elle les interprète.

 

Dans le cadre de Chorus des Hauts-de-Seine 

Guitare acoustique et chant : Souad Massi 

Pour Souad Massi, tout a commencé en 1999 lors du festival Femmes d’Alger sur la scène du Cabaret sauvage à Paris. Jeune algérienne alors inconnue, elle chantait pour la première fois devant un public immédiatement bouleversé par sa voix. Après la sortie de son premier album "Raoui", elle entame avec ses musiciens, une longue série de concerts dans toute la France et s’impose peu à peu comme une porte-parole de la jeunesse algérienne. En 2003, elle sort son deuxième album, chante en duo avec des artistes tels que Marc Lavoine et Florent Pagny et tourne autant en France qu’à l’étranger.

Souad Massi mêle des styles aussi variés que le folk-rock, le chaâbi, la musique arabo-andalouse à des textes très personnels, souvent empreints de poésie et de nostalgie. Elle chante la plupart du temps en arabe algérien, parfois en français, et quelquefois en berbère (kabyle). Elle réalise actuellement son troisième album prévu pour la rentrée 2010 dont elle nous réservera, entourée de ses musiciens, la ferveur et l’engagement qui la caractérisent.