Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Le twarab, genre musical de Tanzanie à la quête d’un autre sacré

Le twarab, genre musical de Tanzanie à la quête d’un autre sacré

Le twarab - appelé ainsi aux Comores, et appelé taarab à Zanzibar - consiste en un concours de chant en Tanzanie. Ce terme provient de la racine arabe طرب signifiant joie et émotion partagée par la musique.

 

 

La musique Taraab des Swahili de Tanzanie est fondée sur un répertoire poético-musical et témoigne de riches origines à la fois africaines, indiennes et latino-américaines.

Organologie et structure musicale

Un ensemble musical comprend généralement un chœur masculin et/ou féminin qui répond aux solistes, d'une section d'instruments à corde, à laquelle s'ajoute le oud, le “kanoun”, le “nay” , le tambourin et la “darbouka” pour ce qui est des instruments de musique arabe, l'accordéon, l'orgue électrique et la guitare électrique pour la partie occidentale de l'instrumentation.

Ce type de formation comprend jusqu'à une cinquantaine de musiciens.

Les musiciens et les chanteurs font de l'improvisation musicale sur des airs connus, les paroles, le plus souvent ironiques et pleines d'esprit, prétexte à toutes les moqueries, mais aussi, à transmettre des messages audacieux destinés aux oreilles qui savent entendre. Les performances associent aussi bien les talents du soliste dans le chant que ceux du musicien.

Dans la capitale Dodoma on trouve les gogos une ethnie dont les percussions ont pour principale fonction d’accompagner les danses pratiquées lors des cérémonies réservées aux femmes. Dans ces cérémonies les femmes elles-mêmes exécutent d’abord un schéma rythmique simple auquel répond un solo vocal harmonique. Les voix s’affaiblissent ensuite progressivement tandis que les percussions et les danses s’intensifient. Ce genre de musique est un rituel dans la capitale.

 

 

Alors qu'aujourd'hui, à Zanzibar, les taarabs n'ont rien perdu de leur esprit caustique d'antan, aux Comores, les twarabs sont le plus souvent organisés dans les mariages et comportent des paroles écrites pour la circonstance. Les femmes participent également à ces chants. Le Culture Musical Club est un lieu de rencontres et ancien foyer politique, le club a été fondé en 1956 et abrite l'orchestre taarab le plus important de Zanzibar.

http://a21.idata.over-blog.com/1/50/59/42/Abderrahim-Souri/01.jpg

La Tanzanie compte plusieurs chanteurs célèbres comme Bi Kidude, emblème de la musique taarab. Figure emblèmatique de Zanzibar, Bi Kidudé est la chanteuse vedette de l'orchestre de taarab Musical Culture Club. En qualité de chanteuse, percussionniste et guériseuse elle anime également de nombreuses cérémonies rituelles. La chanteuse, centenaire, n'en finit pas de faire passer les rythmes de sa musique, au-delà des frontières.