Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Le tarab comme concept clé de la musique arabe

Le tarab comme concept clé de la musique arabe

http://adaptivereuse.net/wp-content/uploads/images/Charles-Darwin-by-G-Richmond.jpg

Selon Charles Darwin, la musique était pour nos ancêtres humains, bien avant l'acquisition du langage, une technique pour courtiser et séduire, qui aurait ensuite donné naissance aux mots. Pour d'autres, le rôle joué par la musique dans l'évolution ne serait qu'accessoire. Ce qui est certain c’est que nous l'écoutons tous, même si elle provoque chez chacun de nous des émotions différentes et si ses effets sur l’organisme sont controversés. En effet, "Pour recevoir, il faut savoir donner" ! Oui cette formule de Maurice Merleau-Ponty publiée dans "Signes" en 1960, certes un peu lapidaire, mais cela se rencontre dans la plupart des cas dans la notion de culture du plaisir que procure la musique de manière générale.

http://morisset.files.wordpress.com/2010/08/merleau-ponty.jpg

 

Le tarab est bien un concept clé de la musique arabe

Le tarab fait référence au sentiment d'élévation qui naît de la combinaison de la poésie, de la musique et de l'interprétation émotionnelle. 

Tarab (mot arabe qui a son équivalent Duende dans la musique flamenco) désigne selon Ridha Benmansour le plaisir indissocié du musicien et de l'auditeur. L'instrumentiste ou le chanteur dans la musique arabe trouve satisfaction par sa musique aux yeux des autres. Tout comme le mawwâl le tarab demande une très grande maîtrise vocale.

Mario Scolas, associe quant à lui, le terme "Tarab", à la notion de duende qui en Espagne andalouse se manifeste, typiquement, dans le contexte d’un rassemblement familial et amical de la communauté gitane, réunie dans une contexte particulier pour boire et pratiquer les danses et chants flamencos (la juerga flamenca). Lors de cette fête, à chaque instant, un soliste émerge du public pour sa performance, puis retourne dans la masse pour céder sa place à un autre membre de l’assistance.

On le joue rarement seul, ou plus exactement on n'atteint le plaisir suprême du jeu qu'en présence d'un auditeur satisfait. Cette satisfaction se manifeste par plusieurs actes, allant du sourire à la transe en passant par les soupirs ou les cris (les mots Allahyâ Salam , teslamyâ lil, ... accompagnent souvent ces soupirs et ces cris (le Olé espagnol), l'applaudissement, le soulèvement etc...En somme, chaque participant est potentiellement capable de fournir, à un moment donné, une prestation soliste. En attendant, il prend part à l’accompagnement qui assure la cohésion de l’assistance.

La musique soufie intègre le tarab : la musique religieuse, conservatrice par essence conserve certaines des caractéristiques de la musique arabe qui, auparavant, dominaient également la musique profane, mais qui ont progressivement disparu pour des raisons liées aux changements politiques, sociaux et économiques modernes.

Tarab très émouvant de et par Samir Agrebi