Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Le Lion d'Ifrane

Le Lion d'Ifrane

http://a10.idata.over-blog.com/1/50/59/42/chanteurs/chanteur-3/30793_1381558456703_1164204656_30959711_754198_n.jpg

[1]Bestiaire du Nouveau Monde

"A l'aube du troisième millénaire, le destin et la liberté de nos générations est d'inventer un nouveau monde : l'Homme, la société et la Nature réconciliés"

 

Beaucoup s'interrogent sur la présence de la sculpture d'un lion dans un parc de la ville qui ne porte pas de plaque.

La plus célèbre des légendes qui entoure la réalisation en granit du lion d'Ifrane, est sans conteste, celle qui l'attribue à un prisonnier ou un légionnaire. A cette interrogation, les anciens d'Ifrane vous diront, sans trop de précision, que c'était un prisonnier de la Guerre Mondiale. Quant au prisonnier, il est tantôt qualifié d'allemand tantôt d'italien. D'autres encore avanceront que le sculpteur était un légionnaire...Mais qu'en est-il au juste ?

"le lion fut sculpté par un professeur de dessin du lycée Gouraud de Rabat durant les années 1930 et 1931. « Je l’ai vu naître sous le ciseau de Monsieur Moreau, professeur au lycée de Rabat…[…]. On était au mois de juin. […] Les enfants pouvaient témoigner que ce rocher, depuis toujours, renfermait un corps de lion, car le ciseau, le burin et la gouge, maniés par des mains expertes, dégageaient un mufle débonnaire, la crêpelure d’une abondante crinière, une musculature au repos, la courbe souple d’une queue terminée par un pinceau de poils […]. Monsieur Moreau disparut sans laisser sa signature. » écrivait Madame Josette Henry-Giorgy. En approfondissant la recherche, je découvris qu’il s’agissait bien du sculpteur Henri Moreau qui enseigna le dessin entre 1930 et 1944 au lycée cité plus haut. Il est aussi l’auteur du monument aux morts des anciens du même établissement"

Sources : http://www.lyceefr.org/Lion_Ifrane.htm

 

Le lion de l'Atlas

Le lion de l'Atlas ou Lion de barbarie est une ancienne sous-espèce de lion qui régnait autrefois sur toute l'Afrique du Nord. Il était caractérisé par une crinière beaucoup plus volumineuse que celle de ses cousins africains, très sombre voire noire et allant jusqu'au milieu du ventre.

La chasse de ce félidé avait commencé avec l’occupation Romaine. Des milliers de ces lions ont ainsi été emmenés dans d’autres parties de l’empire romain pour servir de rivaux aux gladiateurs. Son espace fut progressivement réduit avec les différentes invasions dont il était devenu une cible privilégié donnant lieu à des récompenses pour ceux qui en tuaient ces lions. Les Lions de Barbarie recensés dans la Tripolitaine (ouest de la Libye) ont disparus dès 1700. Avec l’arrivée des chasseurs Européens leur nombre a été encore réduit. Le dernier lion de l’Atlas connu en Tunisie a été tué en 1891 près de Babouch, entre Tabarka et Aïn-Draham. En Algérie, où plus de 200 lions de Barbarie ont été exterminés entre 1873 et 1883. Le dernier individu prouvé a été abattu près de Batna en 1883.

Certains marocains prétendent que le dernier spécimen sauvage a été abattu en 1943 à Tizi n'Tichka mais aucune source concordante ne peut l'affirmer. D'autre par des villageois et bergers affirment encore avoir aperçu des lions de l'Atlas dans la région de Khénifra jusqu'au milieu des années 1950.

Des analyses d'ADN ont été effectuées sur la plupart des lions de l'Atlas vivant en captivité. Les lions de l'Atlas qui vivent actuellement en captivité ont des gênes 100% purs, et précisément ceux de la Ménagerie royale de Rabat. Le gouvernement marocain avait pour projet de réintroduire les derniers spécimens en captivité dans la nature mais ce projet difficilement réalisable a été finalement abandonné. De par le monde seuls une soixantaine d'individus ont été sauvée des cartouches des chasseurs et vivent dans des parcs animaliers à travers le monde.

 


Lien internet

Voir aussi

  • Ifrane
  • Lion de l'Atlas ou Lion de barbarie
  • Parade des Lions
  • Art sur les Chemins de la Sculpture