Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Le dictionnaire du diable (1881)

Le dictionnaire du diable (1881)

DICTIONNAIRE-DU-DIABLE.jpg

 

Ambrose Gwinnett Bierce est né aux États-Unis le 24 juin 1842 à Horse Cave Creek dans l'Ohio, serait mort approximativement en 1913 (le 26 décembre) dans la ville de Chihuahua au Mexique; est un écrivain et journaliste américain.

Il est essentiellement connu comme l'auteur du Dictionnaire du Diable et de nouvelles d'humour noir.

Le Dictionnaire du Diable est un recueil de neuf cent quatre-vingt-dix-huit définitions formulées de manière très corrosive, écrit de 1881 à 1906 par Ambrose Bierce.

Publié par bribes dans les journaux pendant plus de vingt ans, sa version définitive sortit en 1911. Recueillant un succès mitigé à sa sortie, en pleine période d'optimisme — suite à la Guerre de Sécession — le livre eut surtout une reconnaissance posthume.

Sa première traduction française date de 1955. Elle est traduite par Jacques Papy, et comporte une préface de Jean Cocteau. De nos jours, la traduction la plus populaire est celle de Bernard Sallé, à partir de l'édition définitive de 1911, datant de 1989.

Quelques centaines d'articles inédits du Dictionnaire du diable sont publiés par les éditions Voix d’encre en 2008.

 

ABDICATION : Acte par lequel un souverain atteste qu’il est sensible à la montée de température de son trône.

ALLAH : L’Être suprême des musulmans, à ne pas confondre avec celui des Chrétiens, des juifs et ainsi de suite.  

AMNISTIE : Magnanimité d’un État envers les délinquants qu’il serait trop onéreux de punir.

CANON : Instrument utilisé dans la rectification des frontières nationales.

CONNAISSEUR : Spécialiste qui sait tout sur une chose et rien sur tout le reste.

CORSAIRE : Politicien des mers.

DESTINÉE : Autorité du tyran sur ses crimes et excuse de l’imbécile face à l’échec.

DICTATEUR : Chef d’une nation qui préfère la peste du despotisme au choléra de l’anarchie.

DIPLOMATIE : L’art patriotique de mentir pour son pays.

DISCUSSION : Méthode servant à confirmer les autres dans leurs erreurs.

DRAPEAU : Chiffon coloré brandi devant les troupes et hissé sur les forts et les navires.

ÉLECTEUR : Celui qui jouit du privilège sacré de voter pour l’homme qu’à choisi un autre homme.

ÉMANCIPATION : Transformation par laquelle un esclave passe de la tyrannie d’autrui à son propre despotisme.

ÉMEUTES : Divertissement populaire offert à l’armée par des spectateurs innocents.

FRONTIÈRES : En géographie politique, ligne imaginaire entre deux nations qui sépare les droits imaginaires de l’une des droits imaginaire de l’autre.

IMMIGRANT : Individu borné qui pense qu’un pays est mieux qu’un autre.  

LIBERTÉ : L’un des biens les plus précieux de l’imagination.

MAYONNAISE : Une des sauces qui tiennent lieu aux Français de religion d’état.

MODE : Despote que les sages tournent en ridicule et auquel ils obéissent.  

NORD AMÉRICAIN : Mauvais, intolérable, païen.

OCCIDENT : Partie du monde qui s’étend à l’ouest (ou à l’est) de l’Orient. Elle est en grande partie peuplée de Chrétiens, puissante sous-tribu des Hypocrites, dont la principale activité sont le meurtre et la fourberie, qu’ils se plaisent à appeler «guerre et commerce». Ces deux dernières étant également les principales activités de l’Orient.

PAIX : Dans les affaires internationales, période de duperie entre deux périodes de combats.

PATRIOTISME : Déchet combustible prêt à servir de torche à quiconque ambitionne d’illuminer son nom.

POLITESSE : La plus acceptable des hypocrisies. 

POLITIQUE : Conflit d’intérêts déguisé en lutte de principes. Conduite des affaires publiques en vue d’un avantage privé.

PRÉROGATIVE : Droit d’un souverain à mal agir.

PROPHÉTIE : L’art et la pratique de vendre sa crédibilité en vue d’une livraison future.

RÉALISME : L’art de représenter la nature telle que la voit les crapauds …

SATYRE : L’un des rares personnages de la mythologie grecque qu’aient reconnu les Hébreux (Lévitique, XVII, 7) …  

SINGE : Animal arboricole qui se sent chez lui dans les arbres généalogiques.

VOTE : Instrument et symbole du pouvoir donné à un homme libre de se conduire comme un sot et de conduire son pays au chaos.

***

[ D’après : Ambrose Bierce, in Le dictionnaire du diable (1881) ]