Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Le Concert dans l'oeuf de Jérôme Bosch (vers 1450-1516)

Le Concert dans l'oeuf de Jérôme Bosch (vers 1450-1516)

le-concert-dans-l-oeuf-de-j-r-me-bosch.jpg

Le sujet du Concert dans l'œuf peut à mains égards être rapproché de celui de La Nef des Fous. L'original a disparu, mais on connaît plusieurs copies dont celle de Lille qui date du milieu du XVI° siècle et se rapprocherais le plus d'un tableau perdu de Bosch. On y retrouve comme dans la Nef, un moine, des religieuses, des musiciens, des chanteurs réunis cette fois dans une énorme coquille d'œuf posée sur l'herbe. Une grande cohésion rassemble les personnages, mais, même si le fou n'apparaît pas, la folie est présente. Les dix chanteurs, semblent tous suivre la même musique écrite dans un gros livre. Cette musique a été identifiée, elle n'a rien d'un cantique! On a pu en effet déchiffrer les notes de la portée peinte dans le livre et retrouver la musique et les paroles originales publiées en 1549 à Anvers par Tilman Susato. La chanson aurait rencontré un grand succès au milieu du XVI° siècle. " Toutes les nuictz que sans vous je me couche, pensant à vous", lit-on sur la peinture et la chanson continue: " ne fait que sommeiller, et en resvant jusques au resveillier, Incessament vous quiers par my la couche, Et bien souvent en lieu de vostre bouche, En souspirant, je baise l'oreillier". Il s'agit d'un chant à quatre voix, dû au musicien flamand Thomas Crecquillon (†1557) qui fut le maître de chapelle de Charles Quint.

Tout à leur chant, les personnages n'ont pas conscience des éléments inquiétants qui les entourent, le moine ignore que, comme dans L'Escamoteur, un voleur coupe les cordons de sa bourse. Les autres chanteurs portent des couvre-chefs insolites, oiseaux ou objets. À gauche et à droite, des scènes qui semblent échappées d'une tentation de saint Antoine, des monstres, des diables et une femme nue participent à un festin infernal abrités dans une chaussure ; un incendie ou du feu jaillit de terre, un chat s'approche d'un poisson posé sur un gril, un personnage invisible caché dans l'œuf va s'en emparer. L'œuf lui même est un symbole alchimique : " le monde est comme un œuf. On peut rechercher quelques proverbes dont Bosch se serait inspiré littéralement : une femme tenant un moulinet qu'on verrait mieux dans la main d'un enfant porte sur la tête une chouette attaquée par de petits oiseaux ( "Zij is zo dom als een uil", littéralement : elle est aussi folle qu'un hibou, ou "Zij is zo dronken als een uil, elle est aussi ivre qu'un hibou). Un homme est coiffé d'un entonnoir ( " Hij drinkt als een trechter" littéralement : il boit comme un entonnoir), un autre porte un pigeonnier sur la tête (" hij houdt duiven op zlder", il élève des pigeons au grenier, expression qui s'applique à un exploitant de bordel)...

Si comme on le croit, cette copie fut réalisée d'après un original de Bosch, la partition ne peut-être celle de l'original puisqu'elle est postérieure à Bosch. Elle était soit devenue illisible (une forme de censure avait peut-être sévi), soit le copiste aura préféré remettre l'¦œuvre au goût du jour en utilisant un chant contemporain à la mode. Le caractère burlesque de la scène dispense de croire qu'il se soit agi d'un chant d'église !

Texte : « Jérôme Bosch » par Roger Van Schoute & Monique Verboomen