Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
La scène artistique et culturelle tunisienne vient de perdre le grand musicien et compositeur Mohamed Sassi

La scène artistique et culturelle tunisienne vient de perdre le grand musicien et compositeur Mohamed Sassi

Méconnu des générations nouvelles, Mohamed Sassi (Béjaoui de son vrai nom) fut une figure incontournable de la musique tunisienne. Ayant composé pour les plus grands, il a laissé une trace indélébile dans l’histoire de la chanson locale.

Né à Tunis, le 26 janvier 1923, Mohamed Sassi était passionné par la musique dès son plus jeune âge et plus particulièrement par le jeu du oud (luth). Il est devenu célèbre en apprenant de nombreuses Mouachahat andalouses et orientales ainsi que le malouf tunisien avant de devenir un compositeur de renom sur la scène musicale tunisienne.

 

Il commença sa carrière d'artiste en intégrant des troupes d'animation de mariage et de fêtes notamment celle de Safia Chamiya et celle de Fathia Khaïri ainsi que la troupe "El Asr".

Plus tard il montera avec son vieil ami Hamadi Hajjem un orchestre qui aura un énorme succès.

Mais c'est en travaillant pour la télévision tunisiennes qu'il est devenu célèbre grâce à son talent et à sa production prolifique. Selon La Presse d'août 2009 c'est à ce moment-là que le compositeur reçu "une formation musicale complète" avec l'encadrement d'artistes comme Tahar Gharsa et Khemaïes Tarnane.

"J’ai appris les 'adwar' égyptiens depuis ma plus tendre enfance. Le parcours des cheiks égyptiens de l’époque et des artistes aussi talentueux que Mohamed Abdelwaheb m’ont éclairé la voie", confie-t-il au journal La Presse en Août 2009.

Il a composé plus de 40 chansons pour de grands noms de la musique tunisienne tels que Youssef Témimi, Mustapha Charfi, Naâma et Oulaya. Il a travaillé à la Radiodiffusion-Télévision Tunisienne depuis sa création où il est devenu célèbre grâce à son talent et sa production prolifique.

Mohamed Sassi n'est plus, mais ses oeuvres resterons à jamais dans le cœur des Tunisiens.

 

Source