Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
La Marsa

La Marsa

Entre Tunis et les plages de La Goulette et de La Marsa circule le TGM, un petit train électrique de bord de mer commun pour les uns, mythique pour les autres circule encore lentement de nos jours.

Henri Dunant, fondateur de la Croix-Rouge en visite en Tunisie en 1858, décrivait la Marsa dans sa Notice sur la régence de Tunis : « Lorsqu'un étranger arrive à La Marse, tout lui annonce et lui fait sentir qu'il approche de la résidence d'un souverain d'Orient. L'animation règne aux abords du palais : ce sont les carrosses des grands de la cour, traînés par des chevaux ou des mules de prix, et conduits par des nègres à la livrée orientale ; ce sont des officiers, les généraux à cheval, les serviteurs du prince ou des Maures en grand costume ; les consuls européens dans leurs voitures ; les étrangers, les voyageurs, sans compter les caravanes d'Arabes, de Maltais, de Juifs ; ou des chameaux, des muletiers et des attelages de toute espèce et de toute sorte, qui vont et viennent de Tunis à La Marse.»

La Marsa (المرسى) est une petite ville huppée tunisienne située à 18 kilomètres au nord-est de Tunis. Elle constitue une municipalité comptant 77 890 habitants (2004). L'aéroport de Tunis Carthage n'est qu'à 15 min en voiture.

Considérée par bon nombre de Tunisiens comme la ville la plus chic de la banlieue nord de la capitale, elle a conservé son cachet de banlieue cossue et reste une station balnéaire appréciée des Tunisois. Cette banlieue investie par la bourgeoisie éclairée, était une ancienne résidence d'été des beys, plages ravissantes, bougainvilliers et lauriers roses à foison,...Sur la route menant à Gammarth, le quartier huppé de Marsa Cube aligne un chapelet de villas alors qu'un cimetière en bord de mer porte le nom de Abdelaziz Ibn Abi Bakr al Kurashi Al Mahdaoui dit Sidi Abdelaziz (mort en 1224), saint patron de la ville, qui aurait été un disciple du maître soufi andalou Ibn' Arabî. Cette époque a connu l’émergence d’un courant Soufi somptueux influencé en grande partie par les penseurs Soufis.

Cette ville est restée pendant des millénaires à l'ombre de l'antique Carthage. Elle s'affirma cependant avec les Hafsides, puis les Husseinites qui en feront leur résidence d'été et leur source d'inspiration. La Marsa sera, dès lors, un berceau civilisationnel. Hommes de culture, oulémas, patriotes y éliront domicile. La ville y gagnera en vie, en rayonnement et en force de caractère. Sa mémoire a conservé l'image de ces augustes cheikhs se mêlant à la foule, l'éternité de la plage gorgée de soleil bleu, celle des veillées au parfum de jasmin et a fixé pour l'éternité l'image de cette «douceur de vivre» qui glisse des collines vers la mer sans cesse renouvelée.

nouveau-dossier-5105.JPG

 
La Marsa, 2011 - Cette terre bénie de Dieu. ouverte sur la plaine et la mer, a été, de tout temps, source de tant de richesses. Cette double ouverture donne une tout autre saveur à la personnalité de la ville portée vers le large, et enracinée dans le terroir. Mais La Marsa, c'est aussi l'Horizon Azur, l'Avenir : un regard confiant et une volonté inébranlable pour relever les défis de la modernité et du progrès.

La Marsa, grâce à ses projets touristiques, renoue avec sa vocation de toujours, pour perpétuer sa tradition de terre de rencontre d'hommes ouverts sur le monde et l'humanité ; ils y trouveront quiétude, sérénité, beauté et un formidable raccourci pour aller à la rencontre d'eux-mêmes dans cette douce lumière qui enveloppe les objets et les êtres.

La ville s'étire entre la colline de Sidi Bou Saïd et la falaise de Cap Gammarth. Elle se compose de différents quartiers dont Marsa Ville, Marsa Plage ou la cité des Juges.

nouveau-dossier-5113.JPG

La Marsa, Corniche, 2011, un des plus beaux sites de la Méditerranée...
la-marsa-marche.jpg
la-marsa-tunis.JPG
Voir aussi