Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
La gauche française, fut la mère de la collaboration avec les nazis

La gauche française, fut la mère de la collaboration avec les nazis

J'adore voir Eric Zemmour ridiculiser les bien-pensants ! Il y avait beaucoup de sympathisants de l'extrême-droite dans la Résistance française, surtout la première, l'aventureuse, par nationalisme, et beaucoup de gauchistes dans la collaboration, par pacifisme (ils préféraient la paix nazie à la guerre !). Cette vidéo a été plusieurs fois censurée par Dailymotion ! On peut citer d'emblée :

  • Parti ouvrier et paysan français (POPF) (dirigé par Marcel Gitton, ancien n°3 du PCF puis Marcel Capron, député-maire PCF d’Alfortville. Parti regroupant l'aile collaborationniste des communistes. Membres : 300 en zone nord).
  • Comité ouvrier de secours immédiat (Cosi) (dirigé par Georges Yvetot, figure historique du syndicalisme français, puis par René Mesnard, socialiste passé au RNP, et Jules Teulade, ancien communiste passé au PPF. Organisation « caritative » pour les ouvriers bombardés, en fait instrument de propagande collaborationniste envers les milieux ouvriers).

31-1u52Oo1L._SS400_.jpg

Spécialiste de l'antisémitisme, Simon Epstein (économiste et historien, professeur et chercheur à l'Université de Jérusalem. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages relatifs au racisme/antiracisme et à l'antisémitisme, notamment en France durant les périodes de l'Affaire Dreyfus et de l'Occupation allemande.) a constitué au fil des ans un socle informatif considérable sur les itinéraires contrastés de deux catégories de Français : ceux qui protestèrent contre le racisme et l'antisémitisme dans les années 1920-1930, avant de s'engager dans la Collaboration ; et ceux qui exprimèrent une hostilité ou un préjugé à l'égard des Juifs, puis qui se retrouvèrent, l'heure venue, dans la Résistance. Ce livre ne retrace ni l'histoire de l'antiracisme ni celle de l'antisémitisme ; il est l'histoire du passage de l'un à l'autre. Les principaux chefs de la Collaboration ont traversé, chacun à sa manière, une phase de dénonciation de la haine antijuive ; beaucoup furent même militants de la Ligue internationale contre l'antisémitisme (LICA). Réciproquement, de nombreux résistants, et non des moindres, sont originaires d'une extrême droite nationaliste qui, dans les années 1930, fut fertile en prises de positions hostiles aux Juifs. C'est ce phénomène paradoxal que Simon Epstein décrit puis analyse, en s'appliquant aussi à démonter l'occultation dont ces chassés-croisés, déroutants certes mais significatifs, ont fait l'objet dans les mémoires françaises

Il s'avère formellement qu'aujourd'hui que la colonisation, le fascisme et la Collaboration sont aussi bien des idéologies de gauche comme de droite.