Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
"L'évangile selon Saint Matthieu" - Parabole des vignerons - Pier Paolo Pasolini, sorti en 1964

"L'évangile selon Saint Matthieu" - Parabole des vignerons - Pier Paolo Pasolini, sorti en 1964

Depuis longtemps, les prophètes avaient comparé le peuple de Dieu à une vigne. « je t'avais plantée comme une vigne excellente et du meilleur plant », disait Jérémie. « Chantez un cantique sur la vigne », dit Esaïe. « Moi l'Éternel J'en suis le gardien, le l'arrose à chaque instant », et encore : « Mon bien-aimé avait une vigne sur un coteau fertile. Il en remua le sol et les pierres, y mit un plant délicieux. Il bâtit une tour au milieu d'elle et il creusa une cuve. Puis il espéra qu'elle produirait de bons fruits. » Il ajoute plus loin : « La vigne de l'Éternel des armées, c'est la maison d'Israël et les hommes de Juda, le plant qu'il chérissait. » Osée se sert du même thème en disant : « Israël était une vigne féconde qui rendait beaucoup de fruits. ».

Jésus lit dans les coeurs fermés qui l'entourent et, sévère, sa voix s'élève : « Le maître du vignoble viendra, fera périr ces vignerons et donnera la vigne à d'autres. » Israël n'a pas cru en Celui que Dieu a envoyé. Le royaume de Dieu est venu dans son sein et il l'a rejeté. Désormais l'Église de Jésus-Christ, celle des vrais croyants, des fidèles disciples du Maître, sera l'héritière de la vigne, jusqu'au jour où le royaume de gloire s'établira, lors du retour du Seigneur. 

"Très fidèle à l'Evangile selon Saint-Matthieu (un des textes de la Bible), le film est interprété par des acteurs non-professionnels : Enrique Irazoqui, Margherita Caruso, Susanna Pasolini, Marcello Morante, Otello Sestili...Enrique Irazoqui, jeune étudiant espagnol, aura le rôle principal (Jésus-Christ) après que Pasolini ait essuyé un refus de la part de plusieurs poètes (il voulait qu'un poète tienne ce rôle) tels que Jack Kerouac, Allen Ginsberg et Evgueni Evtouchenko". (source). On n'a jamais vu d'adaptation aussi tragique, dépouillée de l'Evangile, bien sûr le cinéaste utilise la geste chrétienne comme une métaphore politique...