Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Le Homo-hop, le rap identitaire gay

Le Homo-hop, le rap identitaire gay

Le Homo-hop désigne un sous-genre musical de la contre-culture gay réalisé par des artistes essentiellement de la communauté LGBT qui contestent l'univers visuel du hip-hop actuel abandonné à un stéréotype de machos entourés de filles aux seins voluptueux.

Phénomène assez récent, le homo-hop prend de l’ampleur et est décrit comme un  mouvement mondial de MC's, DJ's et d’artistes de hip-hop, rappeurs et est composé de nombreux  fans déterminés à revendiquer leur place dans un genre musical, trop souvent associée à l'homophobie…car soyons clair, il n'est pas aisé de se revendiquer gay chez les rappeurs US ou français, avec récemment les dérives du rappeur français Abdul X qui menaçait arme au poing la communauté gay ou encore du grotesque rappeur Cortex. Mais encore les paroles des rappeurs Américains DMX et « Marshall Matter » Eminem, ou encore du  raggaman Jamaïcain  Benny Man ou encore plus proche de chez nous Rim K qui clament haut et fort l’homophobie de leurs auteurs. 

Deadlee avait  félicité le rappeur Kanye West pour son engagement auprès de lui dans la lutte contre l’homophobie, il n’hésite pas à dénoncer dans ses textes les rappeurs "homophobes" tels qu’Eminem, 50 Cent ou encore DMX. Deadlee a également rétorqué : "Eminem a été le plus grand rappeur à un moment, et s’il s’était permis de s’en prendre aux noirs ou aux latinos, il serait probablement mort".

 

l_c440358000f776cbfa0731f51217c345.jpg

Un festival de musique intitulé PeaceOUT World Homo Hop Festival est par ailleurs organisé annuellement depuis 2001.

img1279115151.jpg

En France, dans Coming-out, le rappeur français Gros K-Libre investit le créneau du « homo-hop ». En se moquant tour à tour des clichés gays et des rappeurs qui se prennent pour des caïds, il choisit de faire son coming-out en chanson et de critiquer vivement l’homophobie persistante dans le milieu du rap. (source)

Dans le milieu fréquenté par les homosexuels qui s'appuie sur un marketing ethnique, il existe en effet un monde de la nuit Parisien un marché plantureux composé d'une clientèle GLBT issus de minorités ethniques et culturelles (Maghrébins, Antillais, latinos et Africains), en présentant des soirées BBB (Black, Blanc Beur), soirées qui allient une forme de culture musicale de la contre-culture urbaine et celle de la culture gay destinée à une clientèle essentiellement issue des quartiers populaires et des banlieux. (source)

Le terme « queer », littéralement, signifie étrange, « louche », mais c’est aussi une insulte lesbo/gay-phobe dont ont fait les frais plusieurs générations de non-hétéros. La réappropriation du mot par un ensemble de militant-e-s à la fin des années1980, aux Etats-Unis, marque un tournant générationnel dans le domaine des luttes autour des sexualités. Aux revendications structurées essentiellement autour des identités GLBT succède un discours non identitaire, anti-assimilationniste et s’en prenant non plus seulement à l’intolérance ou à l’hétérosexisme, mais directement aux contraintes de la normalité. En France, cette dernière tendance anti-cohésion identitaire reste relativement faible.

Pick Up the Mic est le titre d’un film documentaire, sorti en 2006 qui nous montre les facettes de cette culture pour les gays, lesbiennes, bisexuels ou encore les rappeurs transgenres. Tori Fixx qui est l'un des premiers artistes de hip-hop ouvertement gay apparaît dans ce documentaire.

826757641_l1-202x300.jpg

Cet artiste basé à Minneapolis produit également des musiques pour d'autres artistes gays.

http://img.over-blog.com/500x375/1/50/59/42/chanteurs/chanteur-2/l_148100a7dec03146ca634d148f70d316.jpg

NaR est le premier groupe de rap gay originaires du Liban et est composé de deux membres :

  • Mazen est né au Liban et a déménagé aux États-Unis en tant que réfugié politique à l'âge de 5 ans, fuyant l'invasion israélienne.
  • Tru Bloo est une fille d'origine syrienne et libanais venu s'installer à Las Vegas.

NaR signifie «feu» en langue arabe et les lyrics décrivent leur passion profonde pour le changement social et de la révolution. Nous croyons en l'humanité et la libération de tous les peuples opprimés disent-t-il, bien qu'ils constituent le premier groupe de rap gay issu du monde arabe, leurs paroles portent principalement sur les questions politiques, mais aussi l'éradication de l'homophobie. Nous nous sommes engagés à la musique, comme il ponts culturels, sociaux, économiques pour mener à bien leur révolution pour l'accès à justice de toute une société.

 

 http://www.tetu.com/files/inline_images/cazwell-ice-cream.jpg

Cazwel

http://www.tetu.com/files/inline_images/qboy2.jpg

Qboy

http://blogs.citypages.com/gimmenoise/Johnny%20Dangerous.jpg

Johnny Dangerous

lastoffence1.jpg

Rapper Last Offence “Backs It On Up” At Mondo HomoHop

 

 35201_105234299529723_100001294601679_40230_2613337_n.jpg

44861 g

Rap contre l'homophobie "on ne choisit pas" - White Niggaz

Quelques artistes qui se revendiquent de cette culture musicale

http://www.oleron-plage.fr/wp-content/uploads/2009/05/gay-oleron.jpg

 

Voir aussi