Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Hamadi Laghbabi

Hamadi Laghbabi

danse_hammadi_laghbabi_tunisie.jpg

Hammadi Laghbabi fut le premier danseur folklorique professionnel tunisien. Dans son costume de cavalier zlass ou de danseur des Îles Kerkennah, il brava les sarcasmes et les interdits, en ouvrant la voie à de nouvelles vocations. Coiffeur de profession, ce figaro de Bab Souika fit d'abord partie de la Rachidiya en qualité de jouer de rebab dans les années 1930, avant de suivre sa véritable vocation : la danse !

Le salon de Hamadi Laghbabi

Au milieu des années 1950, la profession de coiffeur a évolué avec l’apparition de coupes au rasoir à la mode. L’art supplanta les rudiments et il n’était plus question ni de soulager les malades de tension, ni d’égorger une poule. Au contraire, un coiffeur signifiait désormais un artiste auprès duquel il n’était du reste pas rare de rencontrer des artistes dans la musique et la chanson.

L’un des plus célèbres à posséder carrément un salon de coiffure moderne, Hamadi Laghbabi, fut le premier à mettre sur pied une Troupe d’arts populaires rue Bab Saâdoun, près de Bab-Souika, en face de la rue Sidi Bahloul. Le salon de Hamadi Laghbabi attirait les hommes des arts et de la culture. C’est là que j’ai fait connaissance avec le grand comédien Hamadi Jaziri qui venait de rentrer de France.

Quelques mois plus tard, j’ai pu suivre à travers les ondes de Radio Tunis sa pièce radiophonique. «Al Qobla el katila» (Le baiser mortel), dont il joua le premier rôle et assura la réalisation.

J’y ai également rencontré pour la première fois le poète et écrivain Abdelmajid Ben Jeddou qui habitait alors le Bardo, mais venait se faire couper les cheveux au Salon Laghbabi tout simplement parce qu’il y était dans son quartier. Ben Jeddou est en effet natif de « Rahbet Sidi Jebali ».

Découvert par Ridha Kalaï, il est chargé par le ministère de la Culture tunisien de collecter et de recenser l’héritage chorégraphique du patrimoine tunisien dans toutes les régions du pays. Hamadi Laghbabi a pu pleinement contribuer aux objectifs de La Rachidia. Il deviendra également professeur de danse dans une école fondée par le musicologue Salah El Mahdi.

1046790523-2.jpg

Il enregistrera un album "Ensemble De Musique Populaire" pour le label discographique Philips.