Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Hamadcha du Maroc: Musique, rituel, contes soufis - dimanche 14 octobre 2012 à Bruxelles

Hamadcha du Maroc: Musique, rituel, contes soufis - dimanche 14 octobre 2012 à Bruxelles

 

Programmation du dimanche 14 octobre 2012

15 h : accueil -15H15 : début du film de Julien Gilles de la Londe UNE RENCONTRE VAUT MIEUX QUE MILLE RENDEZ VOUS 94’

16h45 : question débat avec le réalisateur

17H15 : pause

17H30 :Les Gardiens invisibles, un film de Lisa Therme - 2006 - France - 30 minutes - Mini DV

Visionner un extrait

Auprès d'une grande partie de la population marocaine, la confrérie des Hamadcha est porteuse d'une réputation sulfureuse notamment du fait des relations étroites qu'elle entretient avec le monde des invisibles et des pratiques d'automutilation de certains de ses adeptes (Crapanzano 2000 ; Reysoo 1991).

Les rites confrériques échappent au contrôle des oulémas officiels, mais s'ils sont relativement confinés à certains espaces ils alimentent néanmoins encore fortement l'espace imaginaire marocain. Les liens entre le Makhzen et les chorfa reposent historiquement sur un échange de légitimité religieuse et de dons économiques et politiques (Rhani, 2008). « Les grands saints officiellement vénérés sont nombreux (…) tous bénéficient des dons royaux et leurs descendants et serviteurs obtiennent leurs entrées au coeur du système » (Hammoudi 2001).

En dépit de leur apparente résistance à l'Islam officiel, les pratiques de l'Islam non orthodoxe demeurent un puissant vecteur d'islamisation (Doutté 1984; Gellner, 1969 ; Radi 1997) que le pouvoir a intérêt à conserver, voire à favoriser une intervention trop brutale sur les terres des chorfa risquerait de rompre ce fragile équilibre politique, en plus d‟avoir des conséquences économiques défavorables.

http://www.panoramaroc.com/wp-content/uploads/2009/04/sidi_ahmed.jpg

Le village de Beni Ouarad abrite le tombeau de Sidi Ahmed Dghoughi, fondateur de la confrérie des Hamadcha. La légende raconte qu'il a ramené du Soudan la princesse des esprits musulmans, Lalla Aïcha, pour qu'elle l'assiste dans son combat contre les esprits maléfiques.

Aujourd'hui, la croyance en Aïcha est répandue dans tout le pays. À travers le regard d'un homme, Mejdoub, et d'une femme, Nadia, le film nous dévoile la nature des relations qui unissent Lalla Aïcha à ses affiliés.

abderrahim-amrani-et-hamid-el-kasri.jpg

18H30 : question débat avec la réalisatrice

19H00 : Concert Hamadcha du Maroc, dirigé par Abderrahim Amrani+ - 2 h

 

 

PRIX

15-8 (€)