Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
H-Kayne 2009 live à "Rio Loco" (Toulouse) avec fréquence 31

H-Kayne 2009 live à "Rio Loco" (Toulouse) avec fréquence 31

hkayne.jpg

 

Vidéo peu connue et constituant une très belle expérience de métissage musical, vous allez aimer H-Kayne !

Ce concert a été enregistré le 21 Juin 2009, quand un goupe de Hip-Hop marocain rencontrait un quintet de jazz toulousain

L'effet de transe est par ailleurs accentué et fait d'H-Kayne probablement, le groupe de rap qui a pu innover et aller plus loin, d'après la plupart des musicologues. 

FireShot-capture--034----Mairie-de-Toulouse----documents_to.jpg

Pas de mauvais badboys, mais des garçons de Meknès qui chantent en français et en Dajira, les maux de la jeunesse marocaine, appellent à la tolérance, à l'amour et à l’optimisme, produisent une musique rythmée et un groove emballant. Bref c’est un hip-hop frais loin des conventions et peu commercial qui réunit des instruments traditionnels et influences locales. Reconnus pour leur énergie et leur endurance, ce sont aussi des bêtes de scène.

Avec DJ Khalid, ils débarquent à Toulouse pour une résidence au centre culturel Alban-Minville en juin. Là, ils rencontreront ceux qui partageront la scène de la prairie des Filtres : cinq musiciens, issus pour beaucoup de l’improvisation, qui ont roulé leurs bosses dans des formations diverses rock, funk, dub, jazz ou électro et multiplié les expériences.

Le saxophoniste Ferdinand Doumerc qui opère dans Pulcinella ou La face cachée des sous-bois, Juan Favarel à la basse (Curcuma, Brassen’s not dead), Pierre Bauzerand au clavier (Francis Lassus, Manu Galure), Ghislain Rivera à la batterie (Minimal orchestra et accompagnateur de Khaled) et Laurent Fournier, incontournable guitariste (Fugain, Salvador…) se connaissent parfaitement même si leur formation est une première. « C’est important de se connaître humainement et musicalement, par l’improvisation, pour la rapidité du projet » explique Ferdinand Doumerc.

Leur mission : colorer le set de H-Kayne et produire : avec eux deux concerts uniques. Les rappeurs voulaient une guitare, un son provenant du fender rhodes. L’idée est de donner un côté plus funk, plus " pêchu ", de casser les boucles pour improviser » ajoute le saxophoniste. « La base musicale et les instruments sont intéressants, on peut très vite se projeter en les écoutant. Nous venons tous de l’impro, nous pouvons aller dans des choses plus folles », ajoute Laurent Fournier.

À Toulouse, on répète donc le set et on communique avec le Maroc (merci Internet). Pendant la résidence, la rencontre musicale sera furtive, la rencontre humaine certainement riche. Le « live » n’inquiète ni les uns ni les autres, en dompteur de la scène et maîtres de l’improvisation. « Cela va être intense, de l’instantané. Au delà des différences, un concentré de rencontres où nous allons nous mettre à fond. » Une fête de la musique franco-marocaine. (source - Mairie de Toulouse)