Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Évocation du quartier « Marolles-Midi » à l’Espace Magh, 8/10/ 2011 à 17 h 30

Évocation du quartier « Marolles-Midi » à l’Espace Magh, 8/10/ 2011 à 17 h 30

L’Espace Magh et son nouveau directeur, Najib Ghallale, invitent Philippe Mesnard, Marta Marin-Dominé et Daniel Weyssow, à l'occasion du vernissage de l'exposition « L’Espace Magh à l’épreuve du temps », à présenter le projet de la Fondation Auschwitz portant sur la mémoire du quartier « Marolles-Midi ».

Si les environs proches de la gare prirent progressivement, au cours de la première moitié du XXe siècle, des allures de quartier juif, il est bien difficile, voire impossible, de s’en rendre compte en s'y promenant tant les traces de cette présence y sont aujourd'hui ténues. Comment dès lors évoquer cette tranche de mémoire du quartier ? Et comment faire aussi pour mesurer l'ampleur du désastre qui s'abattit tout particulièrement sur la communauté qui y avait trouvé refuge ? Fuyant l’Allemagne puis, au fur et à mesure des conquêtes du IIIe Reich, les pays d’Europe de l’Est, bon nombre de Juifs s'imaginaient trouver refuge en Belgique, à Bruxelles, notamment dans ce quartier des Marolles qui de tout temps sut offrir un cadre de vie aux plus défavorisés.

http://www.espacemagh.be/images/uploads/thumbnailsmid/events_207_maison_des_tramwaymen_(terrasse)-_1932.jpg

À titre d'exemple, l'immeuble qui abrite à présent l'Espace Magh joua un rôle prépondérant dans cette histoire. Alors Café des Tramwaymen, il abritait déjà des lieux d'exposition et une salle de spectacle. Il fut aussi le théâtre de nombreuses réunions puisqu'il appartenait au Syndicat des Tramwaymen. Fréquenté essentiellement par les communistes, on s'étonnera moins, dans le climat délétère de l'avant-guerre, de la descente de police du 22 mai 1938. Organisée par la Sûreté de l'État, celle-ci fut chargée de relever l'identité de la centaine de personnes présentes. Il s'avéra que la plupart de celles-ci étaient juives et originaires d'Europe centrale. Un quart d'entre elles fut « écroué ». Ces personnes furent-elles emprisonnées, expulsées du pays ? La question mérite d’être posée. Rattrapés par le cours des événements, si la chasse à l’homme se propagea à notre pays, les Juifs purent néanmoins compter sur des personnes déterminées à les aider et à les protéger.

Le projet de la Fondation Auschwitz vise dès lors à repérer les lieux marqués par l’histoire, mais aussi les actions menées dans le quartier afin d'en ranimer la mémoire et les combats. Avec l'aide de ceux qui souhaiteraient nous aider à alimenter cette recherche, nous tenterons de relever les événements notoires ou anecdotiques qui composent l'histoire et la mémoire du quartier.

En parallèle à cet exposé, la maquette d’un documentaire composé d'extraits de témoignages audiovisuels de rescapés et d'enfants cachés y ayant vécu sera également présentée en cette occasion.

 

Espace Magh, rue du poinçon, 17 à 1000 Bruxelles

 

Exposition « L’Espace Magh à l’épreuve du temps »

Annonce publiée sur le site www.espacemagh.be