Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
El Général Lebled : la relève du rap tounsi (Adieu Balti)

El Général Lebled : la relève du rap tounsi (Adieu Balti)

184682_198899496804690_132721563422484_670546_1129602_n.jpg

Alors que des rappeurs comme Balti, se confinaient comfortablement à rapper sous le portrait du Président tunisien (voir vidéo chnaya dhenbi en life) et profiter du système politique dominant, il existe malgré tout en Tunisie des rappeurs courageux qui méritent d'être connus. Nombreux rappeurs ont affûté leur verbe et leur rythme dans la clandestinité, El Général a eu l'énergie des résistants qui ont gagné leur révolution : les rappeurs libres tunisiens vont prendre leur place ! Pensons, surtout au rappeur tunisien El Général - ou encore Général Lebled, de son vrai nom Hamada Ben Amor (né le 20 mars 1986)  originaire de Sfax en Tunisie au paroles très engagées et cela ne plait pas du tout aux adorateurs du régime.  La censure était réelle en Tunisie, mais on composait avec les données. Il y avait des artistes qui osaient, poussaient à chaque fois un peu plus loin, d’être eux-même.

Les lyrics du titre incriminé ont été adressées au Président de la République tunisienne. le rappeur, conscient des maux de sa génération, informe le Président de ce qui se passe en Tunisie, en son nom et au nom du peuple tunisien, dans une démarche de dialogue direct et transparent.

167158_116900251717042_116898281717239_132128_4176874_n.jpg

Il a été arrêté à Sfax, le jeudi 6 janvier 2011. Il est devenu actuellement le rappeur le plus adulé du Peuple tunisien qui réclame sa libération ! En espérant, sa libération proche, vous pouvez le rajouter sur Facebook ici (il compte quelque 3687 fans).

Programmateurs, à l'étranger pensez à lui, si vous pensez inviter des vrais rappeurs tunisiens ! Evitez, le rap tounsi de collabos !

Soulignons encore, le rôle que peuvent jouer les rappeurs, avec leur musique à texte, comme porte-voix de la critique sociale et politique.

D'éclaireurs, ces artistes engagés se transforment, en quelque sorte, en sentinelles de la révolution, au grand bonheur de leurs nombreux fans.

 

58736_1186238433646_1758867499_359752_7116786_n.jpg

Je ne parle pas de moi même, ce sont mes titres, qui parlent de moi et qui combattent les ennemis à ma place...EL GENERAL. (source)

Dans son morceau "Président, ton peuple est mort", il interpelle le président Ben Ali sur la corruption et le chômage. 

La chanson du rappeur intitulée "Raïs Lebled" (littéralement: chef du pays), est une lettre ouverte dans laquelle le rappeur interpelle le Président Zine El Abidine Ben Ali pour l'appeler à descendre dans la rue pour voir les jeunes au chômage et les gens qui ne trouvent pas de quoi manger. Pour Hamdi, son frère est comme "un enfant qui s'adresse à sa manière à son père".

"La Tunisie, notre pays",  évoque la corruption et fait assumer au gouvernement tunisien la responsabilité de la dégradation de la situation sociale dans ce pays !

Devenu de vrais hymnes populaires auprès de la jeunesse tunisienne, la vidéo a largement été diffusée dans la blogosphère tant en Tunisie qu'au niveau international ! un sondage destiné aux internaute, demandait de voter pour le rappeur tunisien de l’année 2010. Les rappeurs de la nouvelle scène de rap se sentent peu proches des autres rappeurs français, qui n'ont jamais partagé à un moment leurs préoccupations de liberté. Vu de Tunisie, ces rappeurs de France paraissent remplis de préjugés et d'idées reçues qu'ils conservent en vase clos, voire en ghetto, sans prédisposition et sens de l'autre. A ce jour, aucun rappeur français a soutenu au moins leur quête !

Pour Fawez Zahmoul, fondateur de Rebel Records, un label de rap établi à Tunis, il s'agit d'un véritable réveil : "Le rap underground trouve enfin son terrain, il prend du galon, ça fait longtemps qu'il observe."

Voir le rap accompagner un mouvement social avec autant de fureur est en effet une première en Tunisie, où cette musique n'a pas encore eu l'occasion de produire de grands révolutionnaires. Et pour cause : occulté par un mainstream pailleté et phagocyté par la culture officielle, le rap contestataire erre à l'écart des projecteurs depuis son apparition, quitte à s'inventer parfois dans l'ombre des options politiques troubles. Une polarisation extrême que son histoire explique.

Marginalisé par les instances officielles en dépit des efforts de Slim Larnaout, un des premiers rappeurs à susciter un enthousiasme dès 1993, le rap tunisien n'a vraiment commencé à agiter le pays qu'au tournant des années 2000.

33496_1167575927095_1758867499_322616_5685495_n.jpg

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/80/Coat_of_arms_of_Tunisia.svg/380px-Coat_of_arms_of_Tunisia.svg.png

 

45781_421913786510_220627936510_5353614_6932272_n.jpg

Vous pouvez écouter et télécharger ses titres ici !

El General Feat Mr Shooma - 2011 "Vive la Tunisie !" (تحيا تونس)

Le Tunisien El General 74e personnalité la plus influente au monde